Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 13:29
Edon Arcangioli avec ses camarades de lutte (photo Midi-Libre)

Edon Arcangioli avec ses camarades de lutte (photo Midi-Libre)

Edon Arcangioli et sa fille Michelle à la fête de Lézan

Edon Arcangioli et sa fille Michelle à la fête de Lézan

La nouvelle nous est arrivée en milieu de semaine, le camarade grand-combien Edon Arcangioli est décédé. Avec son départ c'est un peu de l'histoire du bassin minier qui s'en va. Il faisait parti des "révoqués" de 1948 et pour se faire réhabiliter, lui et ses camarades ont mené un combat magnifique y compris devant les tribunaux. La victoire fut tardive mais elle était très symbolique. Toute sa vie Edon fut engagé, malgré les sanctions de 1948, qui ne l'avaient que renforcé dans ses convictions. Une vie de lutte, politique, syndicale, associative. Un modèle pour de nombreux camarades. A la Grand-Combe ou dans le bassin alésien il était une figure connue et respectée. En 2004 la France entière fit sa connaissance à l'occasion du documentaire d'Yves Jeuland "Camarades, il était une fois les communistes". Edon y apparaissait comme un de ces héros qu'a su créer notre parti, en faisant de ces hommes modestes et sans grand bagages, des hommes dignes et glorieux par leurs luttes et leurs engagements. Une reconnaissance méritée et un itinéraire modèle à suivre pour les jeunes générations. Pour les camarades du Gard Rhodanien, la fête annuelle de la fédération du PCF était l'occasion de voir Edon Arcangioli. Chaque année nous le croisions dans les stands cévenols ou dans les meetings. Nous ne verrons pas Edon Arcangioli à la prochaine fête de Lézan mais son absence nous manquera beaucoup. Un hommage lui sera rendu le lundi 23 mars 2015, à 10 h 30, à l'état civil de Trescol. La section du PCF Gard Rhodanien présente ses condoléances à la famille d'Edon ainsi qu'aux camarades de son secteur.

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 08:41

Annette Hemmar vient de nous quitter, laissant les camarades bagnolais dans la peine. Elle était née en 1936, « la bonne année » disait-elle faisant référence au Front Populaire qui avait vu de nombreux apports pour la classe ouvrière dont elle était issue.

Elle ne fut pas épargnée par la vie, se retrouvant veuve très jeune et à la tête d’une famille de six enfants, elle fut une mère courage. Ses lourdes charges ne l’empêchèrent pas d’être une militante communiste toute sa vie.

Enseignante en Algérie, elle gardait un souvenir de  « là-bas » qu'elle n'évoquait qu'à  mots couverts, comme des moments précieux à sauvegarder.

Arrivée en métropole dans la région parisienne, elle fut cadre territorial dans la Fonction Publique, elle assurera une carrière active sans rien lâcher de sa vie militante. « Les réunions de cellule se faisaient chez moi au milieu des enfants » racontait-elle quand on parlait du passé.

Dès son arrivée à Bagnols, c'est avec le même engagement bénévole, la même conviction qu’elle se donna pour aider les autres et amener ses réflexions dans l'amélioration des conditions de vie des citoyens, des amis.

Bénévole, toujours, elle présida la Commission extra municipale des Projets dela commune de Bagnols à la suite de Jean-Christian Rey. Elle avait été candidate dans le contingent des communistes lors des élections municipales de 2008 mais elle était la première non-éligible.

Elle participait (lors de la mandature 2008-2014) aux réunions de préparation du Conseil Municipal aux côtés du groupe des élus communistes et apportait toujours son  avis pertinent et éclairé. En 2014 c’est naturellement aux côtés de ses camarades conduits par Michel Tortey qu’elle s’était présentée sur la liste « L’Humain d’Abord ».

Dans son engagement bénévole, elle fut un pilier de la Maison des Alternatives Solidaires créée pendant cette période. Elle animait et encadrait au sein de la MAS les travaux pour apporter sa compétence dans le soutien des plus démunis.

A la rentrée de janvier 2015 (après la trêve des fêtes), elle s’activait encore à la MAS autour du café du matin ou du repas de midi.

Elle fut aussi pendant ces dernières années membre actif du Conseil d'Administration de l'Association des usagers TER - SNCF pour la réouverture de la Rive Droite du Rhône aux côtés de la présidente Laurette Bastaroli. Les deux amies avaient réveillonné le 31 décembre dernier et comme toujours avec Annette il y avait eu de la rigolade et des plaisanteries. Il faut dire que la gouaille et la faconde d’Annette étaient célèbres dans le Gard Rhodanien où Annette manquera beaucoup.

La cellule du PCF de Bagnols salue donc la mémoire d’une camarade volontaire et attachante trop tôt disparue.

Un recueillement est prévu ce vendredi 27 février au funérarium de Bagnols à 11 heures suivi de la crémation à Orange.

Lors de la fête du Midi-Rouge (ici l'édition 2013) Annette s'activait en cuisine pour nourrir les participants

Lors de la fête du Midi-Rouge (ici l'édition 2013) Annette s'activait en cuisine pour nourrir les participants

Repost0
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 22:27

Nous avons été informés du décès de notre camarade et ami Etienne Ecuvillon.

Animateur de la section PCF Gard Rhodanien dans les années 1960-1970, il avait été présent sur les listes municipales du PCF à Bagnols notamment en 1965.

Diminué par la maladie, il participait peu à nos activités mais on l'avait rencontré notamment lors du vernissage des "quatre saisons" d'Albert André par le Cercle du Prolétariat.

Un bel hommage lui a été rendu par Bernard Deschamps, ancien député du Gard sur son blog. Nous reproduisons ci-dessous cet article.

 

 

Nous ne nous étions jamais perdus de vue en dépit des années écoulées et c’est un de ses tableaux qui illustre la couverture de la nouvelle édition de Les Gardois contre la guerre d’Algérie. Etienne était en effet inséparablement artiste plasticien, professeur et militant communiste. Inséparablement ? Pas toujours simple. Il fut une époque durant laquelle son militantisme politique s’exerça au détriment de la création artistique. C’était un sujet de conversations entre nous. Je trouvais dommage qu’il ne consacre pas plus de temps au dessin et à la peinture. Ce qu’il fit à un certain moment de sa vie et donna des œuvres que j’aime beaucoup. Au-delà de la technique et du style, ses engagements politiques étaient toujours sous-jacents. Pas toujours directement, certes. C’est son amour de l’humain qui le motivait. Certains tableaux pourtant furent inspirés par son vécu politique, ainsi de la couverture de mon livre. Etienne était de cette génération très marquée par les guerres coloniales. Il fut entre autre l’organisateur de la manifestation de jeunes pour la Paix et l’Indépendance de l’Algérie en 1961 à Bagnols sur Cèze et il affronta avec courage les tueurs de l’OAS. Lorsqu’il reçut Les Gardois que je lui avais offert, il réalisa sur le champ cette scène de manifestation que reproduisent les nouvelles éditions, y compris celle diffusée en Algérie. Regardez bien la reproduction. Les visages stylisés des manifestants expriment le calme et la détermination. En arrière-plan, les façades des immeubles sont traitées à la manière d’Issiakhem un des pionniers de la peinture algérienne moderne. Etienne était très engagé dans les combats de son temps. Il lutta contre l’orientation militaire donnée aux premières centrales atomiques construites à Marcoule dans les années 50 et pour leur réorientation civile afin de produire de l’électricité. Il fut un secrétaire de section du PCF dynamique à Bagnols sur Cèze et participa avec Maurice Fost et d’autres camarades qui me pardonneront de ne pas les citer, à la création de la première cellule communiste de Marcoule en 1968. Il avait de l’admiration et beaucoup d’affection pour les militants anciens comme Danton Thibes. C’est un technicien de Marcoule, Roger Roche qui lui succédera à la direction de la section, quand il sera nommé au collège de DIE où ses élèves l’adulèrent.  

Je savais ses ennuis de santé pour lesquels il venait régulièrement consulter à Nîmes, mais je n’imaginais pas sa disparition. Etienne m’apparaissait indestructible. C’était un solide, la sensibilité à fleur de peau, mais un solide physiquement et dans sa tête. Je pense très fort en cet instant à Bénédicte sa compagne, à Pierre et Joël.  

Bernard DESCHAMPS

28/12/2014 

tableau Etienne Ecuvillon

 

Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 07:45

Le journaliste français et militant communiste Henri Alleg, premier à dénoncer la torture pendant la guerre d'Algérie, est décédé mercredi à Paris à l'âge de 91 ans.    

Dans un livre "La Question", publiée en 1958, il dénonçait le recours à la torture par l'armée française engagée depuis 1954 dans une lutte avec les indépendantistes algériens. Ce livre-témoignage avait été saisi au lendemain de sa parution.alleg.jpg

Né en juillet 1921 à Londres de parents juifs polonais ayant fui les pogroms, Henri Salem, dit Alleg, arrive en avril 1940 à Alger et adhère un an plus tard au parti communiste algérien (PCA), dont il est membre du comité   central jusqu'à sa dissolution en 1955. Il dirige le quotidien "Alger   républicain", organe du PCA, de février 1951 à juillet 1955, date de son  interdiction.

Arrêté en 1957 en pleine bataille d'Alger et torturé, puis condamné en 1960 à dix ans de travaux forcés en France, il s'évade de prison un an plus tard et  regagne la capitale algérienne. Il refonde alors Alger Républicain jusqu'à son   sabordage après la chute du président Ben Bella. Henri Alleg, adhérent au PCF, auquel il restera fidèle jusqu'à la fin de sa vie, a été journaliste à l'Humanité de 1966 à 1980.

 

Dans son blog, notre camarade Bernard Deschamps, ancien vice-président du Conseil Général du Gard et ancien député rend un hommage à Henri Alleg dont il fut proche. Nous le reproduisons ci-dessous :

 

Henri n’aurait pas apprécié qu’on le pleurât. Mais l’émotion est trop forte. Depuis plus de soixante ans, à la direction du Parti Communiste algérien, directeur du quotidien démocrate Alger Républicain et en 1958, auteur du bouleversant  témoignage La Question, Henri Alleg était à la fois un guide et notre conscience. Il était en quelque sorte le parrain de notre association France-El Djazaïr créée en 2005 et dont il présida à Nîmes la première manifestation publique.

Jusqu’à son récent accident de santé, je lui téléphonais presque toutes les semaines. Il était toujours disponible, compréhensif et fraternel. Ses suggestions et ses avis étaient toujours judicieux. Notre association lui doit beaucoup. Il refusait rarement de se déplacer pour une rencontre ou une conférence, bien que sa santé en souffrît. La disparition de Gilberte l’avait terriblement affecté et  n’était pas étrangère à  son affaiblissement ces derniers mois, mais nous le croyions immortel. Il le sera d’une certaine façon à travers l’exemple de courage et de lucidité politique qu’il nous lègue.

Nous nous associons à l’immense douleur de ses fils, de ses proches et de l'actuelle direction d'Alger Républicain. Nous les assurons de notre profonde sympathie en ces moments difficiles.

 

Nîmes,18 juillet 2013,

Bernard DESCHAMPS

Président-fondateur de France-El Djazaïr

Ancien député

 

 

Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 14:21

 C'est avec tristesse que les communistes de Pont Saint Esprit et du Gard Rhodanien viennent d'apprendre le décès de notre camarade Jocelyne Lacroix prématurément enlevée à l'affection des siens. Arrivée il y a une trentaine d'années à Pont Saint Esprit à l'occasion d'une mutation professionnelle, elle avait noué contact avec Jean-Marie Daver à travers l'UL CGT après qu'une de ses amies ait été défendue par le conseiller prudhomal Daver. Cette amitié et cette communauté de pensée devaient l'amener à rejoindre les communistes spiripontains. Elle se révéla au grand public au moment des luttes pour faire vaciller le trône municipal de Gilbert Baumet. Son métier de contrôleur des impôts lui avait donné de sérieuses compétences dans les finances qui étaient bien utiles à l'analyse de la situation de la ville. Candidate aux municipales une première fois sur la liste conduite par Jean-Marie Daver, elle devait ensuite dans la liste conduite par Roger Castillon occuper une place éligible. les-elues-christine-clerc-et-jocelyne-lacroix-ici-avec-deux.jpg

Après l'élection de la nouvelle majorité municipale elle avait reçu la délégation de la vie des quartiers. Ses qualités humaines, professionnelles et militantes ayant été reconnues, la section Gard Rhodanien dirigée par Michel Tortey lui avait proposé de siéger au comité de section ainsi que d'intégrer le secrétariat de section. Malheureusement déjà frappait la maladie qui vient de l'emporter et elle ne put s'impliquer dans ces nouvelles fonctions. En janvier dernier ne pouvant plus assumer son mandat d'élue elle avait démissionné du Conseil Municipal spiripontain permettant à Marie-Thérèse Séquier de poursuivre l'oeuvre entamée.

Les obsèques de Jocelyne auront lieu lundi 10 juin à Nîmes. Les militants PCF du Gard Rhodanien sont très touchés par cette disparition et garderont un souvenir ému de Jocelyne militante discrète et déterminée.

Jocelyne-et-Michel.jpg

Jocelyne (ici devant la préfecture avec Michel Tortey) une militante aux qualités humaines unanimement reconnues

Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 18:42

Notre ami tunisien Chokri Belaïd  du Front Populaire Tunisien a été assassiné ce jour 6 février. Leader du Parti des patriotes démocrates, militant laïc de tendance marxiste et panarabe, il était un farouche opposant aux islamistes.

Coordinateur général du Parti des Patriotes démocrates (PPD), légalisé en mars 2011 après la révolution, Chokri Belaïd,  était un tribun à la voix rugueuse et au franc-parler. Farouche opposant aux islamistes, il a souvent défié de front les islamistes du parti Ennahda, au pouvoir après sa victoire aux législatives, en s'attaquant directement à son chef Rached Ghannouchi.

Le 2 février dernier, Chokri Belaïd avait par exemple accusé "des mercenaires" d'Ennahda d'avoir attaqué un rassemblement de ses partisans. Et la veille de sa mort, lors d'une émission de télévision, il a dénoncé des "tentatives de démantèlement de l'Etat et de création de milices pour terroriser les citoyens et entraîner le pays dans une spirale de violence".
 
Grosse moustache noire et sourire en coin, Chokri Belaïd était devenu une figure fort médiatisée de l'alliance de mouvements de gauche (Front populaire) qu'il a constituée en octobre 2012 avec une dizaine de partis de gauche et nationalistes arabes. Le poids politique de ce Front, qui se pose en alternative au gouvernement et aux opposants de centre-droit commence à vraiment peser dans la vie politique tunisienne.

De Jaurès à Lumumba en passant pas Aliende, dans tous les régimes les progressistes ont toujours été les victimes des extrémistes de droite qu'ils soient religieux ou politiques. Le meurtre de notre ami tunisien Chokri Belaïd vient, une nouvelle fois, rappeler cette triste réalité.

Nous souhaitons de vrais changements politiques à la Tunisie et du courage dans cette épreuve.

6281325800_da9f8eec22.jpg

Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 18:54

Notre camarade du Gard Rhodanien Victor Gastal vient de décéder à l'âge de 82 ans. Ses obsèques ont eu lieu ce jeudi 24 janvier 2013.

Salarié à Marcoule, il fut un communiste jusqu'à la dernière heure. Ses camarades l'ont accompagné aujourd'hui entourant sa famille pour laquelle nous avons une pensée.

Il a rejoint son épouse qui fut, elle-aussi investi au PCF.

Présent aux nombreuses initiatives de la section Gard Rhodanien, Victor était aussi toujours mobilisé pour les rassemblements syndicaux. Le 1er mai était un rendez-vous incontournable.

Un hommage lui a été rendu au crématorium d'Orange ce jour, les communistes qui ont gardé de bons souvenirs de ce camarade ont tenu à être là. Laurette Bastaroli qui avait travaillé et milité avec Victor à Marcoule a voulu se souvenir de "sa nature généreuse et opiniâtre". Chacun s'est remémoré le caractère bon enfant de Victor, son sourire, son amabilité.

manif 16 oct 2Lors des mobilisations contre la réforme des retraites sous la présidence Sarkozy, Victor (ici en bleu au bras de sa fille) venait grossir les rangs des manifestants.

Repost0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 10:57

C’est quasiment en face de l’une de ses œuvres les plus remarquables, le musée d'art contemporain de Niteroi, de l’autre côté de la baie de Rio de Janeiro, qu'Oscar Niemeyer est décédé mercredi à l'âge de 104.

Considéré comme l’un des pères de l’architecture moderne, l’architecte brésilien n’aura jamais cessé de travailler, brillant tout au long d’une carrière s’étalant sur neuf décennies. D'abord influencé par Le Corbusier, avec lequel il a travaillé à ses débuts dans les années 1930, Oscar Niemeyer a ensuite évolué vers un style plus en rondeurs, inspiré disait-il par les courbes des Cariocas, les habitantes de Rio, sa ville natale, des plages où elles prennent le soleil et des monts, comme le fameux Pain de Sucre, qui les entourent.

Brasilia, son laboratoire

Dans les années 1950, il participe pleinement à la conception de la nouvelle capitale du Brésil, Brasilia, inaugurée en 1960. La ville, qui a surgi au beau milieu du Cerrado, plateau sauvage du centre du pays, lui doit la plupart de ses édifices publics, précurseurs du style «Space Age», inventif et futuriste.

«Voilà l'architecture que je fais: la recherche de formes différentes et nouvelles. La surprise est la clé de tous les arts. Le potentiel artistique du béton armé est tellement fantastique. C'est la voie à suivre», disait-il en 2006. Même si certains de ses détracteurs jugeaient ses travaux trop proches de l'art pur, lui-même jugeait «ridicule et irritant» l'idée selon laquelle la forme doit découler de la fonction.

Le goût du communisme jusque dans ses œuvres

Après un survol du Congrès de Brasilia, formé de deux coupoles, l'une convexe et l'autre concave, reliées par deux tours jumelles, le cosmonaute russe Iouri Gagarine, premier homme envoyé dans l'espace, a dit avoir eu «l'impression d'arriver sur une autre planète». Le Prix Pritzker, considéré comme le Nobel de l'architecture, lui a été décerné en 1988 pour la cathédrale de Brasilia, dont la célèbre coupole en «couronne d'épines» permet à la lumière d'inonder une nef pourtant souterraine.

Fervent communiste, il est contraint à l’exil dans les années 1960 par la junte militaire au pouvoir au Brésil, bien que celle-ci trouve ses oeuvres en parfait accord avec son ambition de faire du Brésil «le pays du futur». C’est en France qu’Oscar Niemeyer trouve refuge et allie étroitement son travail à son engagement politique en concevant le siège du Parti Communiste Français, place du Colonel Fabien, à Paris. Georges Pompidou, grand amateur d'art contemporain, ironise alors en déclarant que la coupole de l’édifice est «la seule bonne chose» que les communistes aient faite.

Des réalisations à travers le monde

En France, il réalisera également la Maison de la culture du Havre (Seine-Maritime), le siège du journal L’Humanité à Saint Denis ainsi que la Bourse du travail de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Dans le reste du monde, Oscar Niemeyer a laissé son empreinte de verre et de béton blanc aux Etats-Unis (siège des Nations Unies à New York), en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Israël, au Liban ou encore en Algérie, pays où il a conçu le plus de bâtiments après le Brésil.

 

Le PCF lui a ouvert un livre de condoléances place du Colonel Fabien, prochainement des visites de la réalisation d'Oscar Niemeyer auront lieu pour montrer aux français cette réalisation et à cette occasion un hommage lui sera rendu par les Communistes Français.

En attendant cet événement une visite en quelques photos du siège du Parti Communiste Français.

 

colonelfabien 2009 002

colonelfabien 2009 003

colonelfabien 2009 004

colonelfabien 2009 005

colonelfabien-2009-006.jpg

colonelfabien-2009-007.jpg

colonelfabien-2009-008.jpg

colonelfabien-2009-012.jpg

colonelfabien-2009-013.jpg

colonelfabien-2009-015.jpg

colonelfabien-2009-016.jpg

colonelfabien-2009-017.jpg

colonelfabien-2009-024.jpg

Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 14:41

 

Ce mercredi 31 octobre 2012 se sont déroulées les obsèques de notre camarade Francine Brouillet emportée par la maladie à l’âge de 72 ans. De nombreux camarades du PCF et/ou de la CGT ont assisté à la cérémonie d’hommage pour se souvenir du caractère enjoué et positif de Francine et entourer son époux André, ses enfants et petits enfants. Plusieurs intervenants se sont succédés, les interventions étaient ponctuées de chansons et  de musique. Danielle Laurent a d’abord évoqué la mémoire de son amie Francine et a lu un poème de Louis Aragon. C’est ensuite la belle-fille de Francine qui est venue à son tour se remémorer les bons souvenirs passés dans sa seconde famille. Enfin Michèle Oromi parlant d’amour a lu un poème de Marc Alyn.

Diminuée depuis malheureusement plusieurs années par la maladie, les camarades du PCF présents ce jour ont voulu se souvenir des bons moments passés avec Francine et soutenir notre camarade André dans cette dure épreuve. 

francine BrouilletSur la photo ci-dessus prise il y a une quinzaine d'années, Francine (pull-over blanc et lunettes) est au deuxième rang entre les regrettés Joseph Bacon et Rosaire Sanmartino.

Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 17:48

Raymond Souque militant communiste vient de décéder à l'âge de 88 ans. Ses obsèques ont eu lieu ce mercredi 3 octobre à Orange. Engagé politiquement au PCF, il avait été un des créateurs de la CGT au CEA Marcoule dont il était salarié. Il a laissé dans cette entreprise de très bons souvenirs, ouvrant la voie à plusieurs générations de militants syndicaux. Très impliqué aussi dans le monde associatif, il a été très investi dans le milieu sportif. Ayant fréquenté le conservatoire il était aussi un très bon chanteur lyrique.

Plusieurs camarades de la section Gard Rhodanien du PCF ont participé à la cérémonie funéraire.

A la réunion hebdomadaire du mercredi soir, les camarades présents ont eu ce jour une pensée émue pour ce camarade.

Ci-dessous Raymond félicité par Jean Chaulet lors d'une récente réunion des vétérans du PCF au local de Bagnols sur Cèze.

raymond-souque.JPG

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche