Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 08:27
DES PAROLES ET DES ACTES

Un article du journal de la section Cévennes du P.C.F

Les beaux discours de la famille Le Pen et de l'extrême droite sont en contradiction totale avec les actes. Elle voudrait nous faire croire qu'elle veut défendre les oubliés, les « sans voix ». Toute honte bue, elle déclare péremptoire : liberté égalité, fraternité.

Jetons un rapide coup d'œil sur le vote des députés FN au parlement européen :

  • Sur le rapport Zuber contre la pauvreté infantile (24 novembre 2015) :
  • Le F.N vote contre
  • Sur le rapport demandant d'aller plus loin contre les accords entreprises-États qui permettent aux grandes entreprises de contourner l'impôt (27 octobre 2015) :
  • Le F.N vote contre
  • Sur le rapport Mihaylova (6 octobre 2015) pour l'aide à la Grèce avec des dispositions permettant de faciliter l'utilisation des fonds structurels par la Grèce :
  • Le F.N vote contre
  • Sur le rapport d'enquête sur les pratiques de la CIA (11 février 2015), une résolution dénonce les tortures, les détentions et programmes de restitution illicite, demande des poursuites et prolonge l'enquête parlementaire :
  • Le F.N vote contre
  • Sur la résolution de la commission libertés fondamentales contre la surveillance de masse et demandant une protection pour Edward Snowden :
  • Le F.N vote contre
  • Sur la Palestine (10 septembre 2015) pour une résolution commune demandant un rôle plus actif de la diplomatie européenne, pour une résolution de paix au Moyen-Orient et la reconnaissance de deux États dans les frontières de 1967 :
  • Le F.N vote contre
  • Le rapport Tarabella sur l'égalité entre les femmes et les hommes a été adopté par le Parlement européen le 10 mars 2015. Les députés F.N ont systématiquement voté contre toutes les propositions :

Le F.N ne reconnaît pas les inégalités économiques

Vote contre la directive congé maternité

Vote contre la reconnaissance des familles monoparentales

Vote contre des politiques européennes pour lutter contre la discrimination et favoriser l'emploi des femmes

Vote contre la ratification de la convention d'Istanbul de lutte contre les violences faites aux femmes

  • Vote contre l'assistance aux femmes sans-papiers victimes de violences
  • Vote contre la lutte contre les stéréotypes
  • Vote contre l'accès à la contraception et à l'avortement
  • Vote contre l'éducation à la prévention sexuelle
  • Vote contre la promotion de l'égalité des genres dans les relations extérieures
  • Vote contre l'indépendance des femmes migrantes, de leurs conjoints ;

Faut- il aussi préciser que nous n'avons encore jamais observé la présence de membres du F.N dans les manifestations, auprès des syndicats ouvriers ou paysans ; ceux-là même que Le F.N prétend vouloir défendre.

Les inégalités ne découlent pas d'une prétendue loi naturelle, Elles sont le fruit d'une volonté de ceux qui défendent leurs privilèges. Le modèle capitaliste ultra libéral est le pur produit du système politique inégalitaire, puisque c'est la loi du marché qui est censée réguler toutes les activités humaines. A tout besoin, toute demande, le marché de l'offre sera là pour y répondre. Avons nous besoin de sécurité ? l'entreprise privée de sécurité viendra nous défendre. C'est d'ailleurs ce que propose déjà Robert Ménard, maire F.N de Béziers ; Sauf qu'à ce jour la loi interdit la délégation du service public de la police. C'est la loi qui protège, et non le marché.

A défaut d'un effort de réflexion, c'est s'exposer à supporter comme une fatalité la mise en œuvre d'une société inhumaine.

Denis Weulersse, P.C.F et Front de Gauche.

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 11:49
Extrême-droite / Médias - Jeux dangereux avec le Front national

1. Alors que notre peuple rejette chaque jour un peu plus les politiques anti-sociales autoritaires du gouvernement, le Front national est utilisé par le pouvoir médiatique pour canaliser la colère populaire et la détourner des causes réelles : l'austérité et la concurrence généralisée,.. Les médias déroulent le tapis rouge au Front national et le repeignent complaisamment en parti anti-système alors qu'il en est un des défenseurs le plus farouche.

2. « Les Républicains » et le PS utilisent le Front national dans leur lutte politicienne pour conquérir ou garder le pouvoir. Ils espèrent chacun en faire leur adversaire au second tour de la présidentielle.

3. En réalité, l'extrême droite se nourrit du désespoir populaire et de la dépression économique. Son objectif n'est pas de s'attaquer aux injustices, de réduire les inégalités, mais au contraire de les cataloguer : inégalités selon votre origine, votre sexe, vos croyances, vos convictions...

4. Le Front national s'oppose systématiquement aux salariés et défend l'ordre patronal. Ses propositions s'attaquent toujours aux syndicats, aux conquêtes sociales, par exemple lorsqu'il prétend augmenter votre salaire en piquant dans les financements de la sécurité sociale plutôt que dans les profits.

Marine Le Pen et ses lieutenants squattent tous les plateaux de télévision et les radios. A longueur de « matinales », ils ont le loisir de déverser leur discours de haine, de flatter les plus bas instincts, de mentir effrontément. Et lorsque par miracle ils ne sont pas à l'antenne, c'est par le biais d'un commentateur, d'un sondage ou des questions d'un journaliste qu'ils rentrent par la fenêtre. A la manière du titre de la revue d'extrême-droite collaborationniste, on peut dire qu'« Ils sont partout ». Du moins dans les médias, car on ne les voit guère aux côtés des salariés en lutte par exemple. Ceux d'Air France, le FN les traite de voyous...

Récemment, David Pujadas a justifié d'avoir invité Marine Le Pen pour la cinquième fois à l'émission « Des paroles et des actes » parce qu'il s'agirait d'une personnalité d'envergure nationale... Mais de quel droit dispose M. Pujadas pour de tels arbitrages, pour nous imposer cette omniprésence médiatique du FN et de sa prêtresse ? Pour mémoire, Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste français, parti dont l'influence nationale n'est plus à démontrer, disposant de groupes à l'Assemblée nationale et au Sénat, et de milliers d'élus sur tout le territoire, n'a jamais été « honoré » d'être l'invité de cette émission. Consternant !

Au lieu de leur dérouler le tapis rouge, la responsabilité des médias est de garantir le pluralisme, d'organiser les débats contradictoires, et de tenir un discours de vérité sur les valeurs et le projet du Front national :

Dénonçons la fable d'un Front national qui serait brutalement devenu fréquentable. Marine Le Pen et le F.N sont autant les héritiers de Jean-Marie Le Pen que des courants de l'extrême-droite française.
Dénonçons le mensonge d'un Front national converti à la défense des plus fragiles, des plus modestes. Il prône des reculs sociaux, comme la suppression de l'aide médicale d'état, refuse dans les villes qu'il dirige l'accès à la cantine pour les enfants de chômeurs, ou encore exige le déremboursement de l'IVG. Partout, il défend la baisse des dépenses publiques et préfère rembourser les banques déjà gavées plutôt que de satisfaire les besoins.
Dénonçons l'escroquerie d'un Front national devenu inoffensif sur le plan des libertés individuelles et collectives. Dans les villes FN, l'interdiction de manifestations culturelles ou la fermeture d'équipements culturels, la traque des réfugiés, le fichage ethnique... rappellent les heures les plus sombres de l'histoire. Et combien de candidats FN, de militants propageant des discours d'une haine inouïe sur les réseaux sociaux ou par voie de tracts ?

Le Front national n'est pas anti-système. Il est le promoteur d'un système où les inégalités et le racisme règnent en maître. Il est le plus ardent défenseur d'un ordre économique injuste : le capitalisme. Le Front de gauche et les communistes sont les plus farouches adversaires de cette extrême-droite. En votant aux élections régionales du 6 décembre nous pouvons mettre un coup d'arrêt au Front national

Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 10:04
FRONT NATIONAL ET LES LE PEN   les sales affaires!

Ils se posent en incorruptibles chassant les « élites corrompues».

Mais les juges s’intéressent aux malversations accumu­lées par le F.N : du père, poursuivi pour non-déclaration d’un pactole de 2,2 millions d’euros, à la fille qui sem­ble exceller dans les financements occultes. Et, une fois de plus, les violences des militants, lors de son rassem­blement du 1er mai, rappellent la vraie nature du F.N.

C’est l’histoire d’un petit clan de bourgeois châtelains, riches à millions, qui se présentent comme des « repré­sentants du peuple », incorruptibles en guerre contre tous ces « pourris». « Tête haute et mains propres », répètent en boucle depuis des décennies le fondateur du Front national et son héritière, Mme Le Pen.

Longtemps, les affaires et les scandales financiers ont touché de nombreux dirigeants du PS et du R.P.R, puis de l ’U.M.P : Urba, HLM de Paris, D.S.K, Tapie, Clear­stream et, plus récemment, Cahuzac ou Bygmalion. Autant de symptômes de la corruption et de l’affairisme d’une classe dirigeante discréditée qui permettaient au F.N de capitaliser sur cette image de blanche colombe. Une image qui pourrait bien s’effriter… car, depuis 2013, plusieurs affaires concernent directement le F.N, sa présidente et plusieurs de ses proches. À commencer par son père.

Le goût de l’or

Les premières années de l’ascension politique de Jean-Marie Le Pen avaient déjà été émaillées de doutes quant à son patrimoine. Notamment sur l’origine d’une partie de sa fortune, héritée dans des conditions troubles du cimentier Lambert dans les années 1970. En 1981, déjà, l’ouverture d’un compte en Suisse avait mis la lumière sur ses millions, sans qu’on puisse prouver une fraude fiscale. Mais, cette fois, l’étau se resserre depuis l’ou­verture d’une enquête par le parquet de Paris, fin 2013. Et, comme Mediapart le révélait le 28 avril, Jean-Marie Le Pen détenait, via son majordome, 2,2 millions d’eu­ros, dont 1,7 million d’euros déposés en lingots d’or, dans un trust géré depuis la Suisse.

D’autant qu’il a omis de faire figurer sur sa déclaration de patrimoine l’achat de lingots à Paris… Un goût pour l’or qui s’explique par sa certitude d’un effondrement prochain de l’euro. Ces non-déclarations devraient lui valoir une nouvelle enquête, qui s’ajouterait à celle sur son patrimoine. Le lien avec Mme Le Pen existe : elle est la secrétaire générale du micro parti Promelec, dont le trésorier n’est autre que… le fameux majordome de son père. Elle n’a pourtant pas hésité à déclarer, le 29 avril, à propos de cette affaire: « Je ne suis au courant de rien, c’est l’affaire personnelle de Jean-Marie Le Pen. » Ou comment se dédouaner en mettant tout sur le dos de « papa ».

Mécanisme bien rodé et kits de campagne

C’est l’affaire la plus importante, car elle concerne tout l’état-major du F.N : un système de financement occulte est peu à peu révélé par l’enquête ouverte en avril 2014, et dont l’« HD » rend régulièrement compte. À l’origine de cette affaire potentiellement explosive pour le F.N puisque Mme Le Pen elle-même pourrait être atteinte, un signalement de la commission des comptes de cam­pagne, début 2014. Les juges d’instruction Aude Buresi et Renaud Van Ruymbeke ont alors ouvert une enquête pour financement illégal, en avril de la même année, portant notamment sur les élections présidentielle et législatives de 2012.

Et le 9 mars dernier, les deux juges ont élargi l’enquête aux faits de financement illégal de parti politique – acceptation par un parti d’un financement provenant d’une personne morale – et financement illégal de campagne électorale. Le mécanisme, bien rodé, est le suivant : Jeanne, un micro-parti fondé en 2010, achète des « kits de campagne » à Riwal, une société de com­munication dirigée par Frédéric Chatillon, un ancien du groupe identitaire G.U.D (Groupe union/défense) et proche de Mme Le Pen.

Puis, le micro-parti revendait ces kits de façon obliga­toire aux candidats du F.N, qui réglaient les factures en contractant un prêt à 6,5 % d’intérêts… octroyé par Jeanne. Et le micro-parti empochait ces intérêts, tandis que les candidats ayant dépassé les 5% des voix inté­graient le remboursement du prêt dans leurs comptes de campagne. Et c’est l’État qui payait la note au final ... En 2012, Jeanne avait ainsi collecté près de 9,6 millions d’euros ! Outre Frédéric Chatillon, plusieurs autres pro­ches de M me Le Pen ont été mis en examen, à com­mencer par Olivier Duguet et Axel Loustau, les tréso­riers successifs de Jeanne.

Et, selon Le Monde, la présidente du F.N et deux de ses proches, David Rachline (sénateur et maire de Fréjus) et Nicolas Bay, sont aujourd’hui visés par l’enquête. Fidèle à la tradition de l’extrême droite, Mme Le Pen a dénoncé un complot orchestré par « le pouvoir socia­liste (qui) ne manque pas d’imagination face à son opposition politique». Une accusation que va sans doute apprécier Renaud Van Ruymbeke, qui avait enquêté au début des années 1990 sur le financement occulte… du PS, dans l’affaire Urba.

L’Union Européenne, la vache à lait

Il faut croire que la « bureaucratie européenne » dénon­cée en permanence par Mme Le Pen a du bon, finale­ment. « Il faut mettre à bas l’UE ! » proclamait-elle encore en mars 2014. Mais, avant cela, il faut profiter au maximum de l’argent que l’UE met à la disposition des députés européens pour payer leurs collaborateurs, soit 21 000 euros par mois par élu.

Or, sur les 63 assistants parlementaires européens que compte le F.N, une vingtaine occupent des fonctions officielles au siège du parti, à Nanterre, et 31 ont des responsabilités diverses au sein du F.N. En clair, l’ar­gent de l’Europe sert à payer des dirigeants frontistes qui ne travaillent pas sur les sujets examinés par le Par­lement européen, ni ne mettent les pieds à Strasbourg. Là encore, Mme Le Pen a dénoncé une « opération politique » lors de l’ouverture de l’enquête pour abus de confiance par le parquet de Paris.

Des maires pas clairs

Sur les 10 mairies conquises par le F.N en 2014 (aux­quelles il faut ajouter Béziers, dirigée par Robert Ménard), l’une a vu son élection définitivement annulée et une autre pourrait bientôt l’être. La première, Le Pontet (Vaucluse), pour des problèmes de signature sur les listes d’émargement. La seconde, Hayange (Moselle), est dirigée par Fabien Engelmann – toujours « conseiller social » de Mme Le Pen. Il a été mis en examen pour ses factures de campagne. Ses comptes ont été rejetés par le tribunal de Strasbourg, qui l’a condamné pour manquement aux règles de financement des campagnes électorales. Ayant fait appel, il est tou­jours maire… pour l’instant.

Reste la question centrale : ces multiples scandales peu­vent-ils détourner une partie des électeurs du F.N séduits par le discours anti-corruption de ses dirigeants ? Rien ne permet de l’affirmer, tant le vote F.N semble amalga­mer, parfois de façon irrationnelle, de nombreux mécontentements.

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche