Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 08:47

Le Parti communiste français durcit le ton contre le gouvernement cent jours après l'élection de  François Hollande, critiquant sa mollesse devant l'accumulation de plans sociaux, sa politique européenne et les expulsions de Roms.

Dans une interview dans le Journal du dimanche, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent estime que les débuts du gouvernement sont marqués par des contradictions.

"Nous avons voté les premières mesures fiscales positives, mais le gouvernement a mangé son pain blanc", déclare-t-il.

"Il est resté les bras croisés devant l'annonce des plans de licenciements, nous avons vu son impuissance face à PSA. Pour la rentrée, j'ai les plus grandes inquiétudes", ajoute-t-il. "Nous ne sortirons pas de la crise si nous n'y répondons que par l'austérité. Les grandes difficultés sont devant nous et, face à elles, le gouvernement manque de l'ambition nécessaire."

Pour lui, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg "fait de l'agitation stérile" au lieu d'interdire les licenciements boursiers, comme le souhaite le PCF.

Pierre Laurent annonce que le Front de Gauche dont le PCF fait partie, votera en septembre contre le traité budgétaire européen qui, a décidé jeudi le Conseil Constitutionnel, ne nécessite pas de révision de la Constitution.

Cette décision "accroît dangereusement le risque d'une ratification dans le dos des Français", estime-t-il en réaffirmant son opposition à un texte qui "prévoit une austérité drastique avec des sanctions automatiques pour les pays qui ne respecteraient pas la réduction du déficit public".

François Hollande n'a selon lui pas tenu son engagement de renégocier ce traité, même s'il a obtenu l'adoption d'un pseudo-pacte de croissance européen, et les Français doivent selon lui trancher par référendum, ce que le président a toujours exclu.

Il estime que la bataille n'est pas perdue d'avance, plusieurs personnalités écologistes et du Parti socialistes ayant déjà annoncé leur refus de ratifier le texte.

Les expulsions de Roms de Bulgarie et de Roumanie ne trouvent pas non plus grâce aux yeux du secrétaire national du PCF, qui s'en prend au ministre de l'Intérieur.

"Je note qu'il y a d'autres déclarations inquiétantes du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui semble enclin à repousser aux calendes grecques le droit de vote des étrangers. Ce serait indigne de la gauche !", dit-il.

Pierre Laurent  déclare que la prochaine Fête de l'Huma à la mi-septembre sera un "grand rendez-vous" d'une mobilisation nationale contre le traité budgétaire européen.248526710_58e1c4ecfc.jpg

Contre ce texte, "le Front de Gauche est mobilisé et d'autres peuvent l'être. Des associations comme Attac sont décidées à agir, des forces syndicales aussi. Je les invite à se rassembler et à tenir des initiatives communes dès la fin du mois d'août et pendant le mois de septembre. La fête de l'Humanité sera un grand rendez-vous de cette mobilisation nationale. Ce sera la bataille prioritaire de la rentrée".

Repost0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 08:41

Conseiller Général du canton de Beaucaire de 1982 à 2001, Bernard Deschamps qui fut député dans la circonscription où se trouvait le Gard Rhodanien de 1978 à 1981 (à l'époque c'était la deuxième du Gard) a tenu à réagir après les décès successifs des époux Horvath et de notre camarade de l'Ardoise Maurice Bonnefoi. Pour mémoire la législature qui va de 1978 à 1981 n'avait dans le Gard que des députés communistes, Emile Jourdan, Gilbert Millet, Adrienne Horvath et Bernard Deschamps. Très présent dans le Gard Rhodanien Bernard Deschamps fréquentait notamment le site d'Ugine Aciers à l'Ardoise, souvent en compagnie de René Mathieu maire de Saint Victor la Coste et Conseiller Général du canton de Roquemaure. A tel point que les adversaires politiques de l'époque disaient de l'usine de l'Ardoise que c'était celle de Deschamps et Mathieu ! Des liens forts s'étaient créés avec les militants PCF du site et notamment avec Maurice Bonnefoi. (photo : repas des vétérans du PCF René Mathieu et Maurice Bonnefoi s'étaient évidemment trouvés à la même table)Ren- Mathieu et Maurice Bonnefoi

C'est donc tout naturellement que Bernard tient aujourd'hui à rendre hommage à la camarade Adrienne avec qui il partageait les bancs de l'Assemblée Nationale et à Maurice le militant ouvrier du site sidérurgique.

 

Hommage à Adrienne et Ernest Horvath

 

"Maurice Bonnefoi nous a quittés le 6 août 2012. Il avait 87 ans. J’avais fait sa connaissance dans les années soixante, à l’Ardoise, aux portes de l’usine Ugine-Acier. La cathédrale aujourd’hui malheureusement disparue. Pierre Bassot  était alors le principal responsable de la CGT.  Maurice, lui aussi militant actif du syndicat, était le responsable du PCF. Deux figures emblématiques de cette classe ouvrière combative, responsable, d’une grande intelligence tactique et politique. Ces qualités trouveront à s’exprimer pleinement lors de la longue grève de 1968, avec occupation de l’usine. Ce sont les ouvriers, sous la direction de leurs responsables syndicaux, qui veillèrent à l’entretien des fours afin qu’ils ne s’éteignent pas pour que la production puisse reprendre la grève terminée. De jour et de nuit, ils veillèrent à la sécurité de l’usine, faisant la démonstration de la capacité de la classe ouvrière à prendre en charge les destinées du pays. Maurice fut de ceux- là, avec sa compétence et ses connaissances acquises sur les lieux du travail et dans les livres. Un militant ouvrier, devenu un travailleur manuel et intellectuel à l’école de la vie, de l’activité syndicale et du militantisme politique. Fidèle à ses engagements de jeunesse, il était, depuis sa création en 2005, adhérent de France-El Djazaïr. Une grande figure, d’une extrême modestie, pour lequel j’avais une grande admiration.

Que Marie-Jeanne son épouse, Alain son fils, Julie et Stéphane ses petits enfants trouvent ici le témoignage de mon affection pour Maurice. En leur souhaitant bon courage."


Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 08:06

Nos voisins vauclusiens de "Continentale Nutrition" de Vedène poursuivent la lutte pendant la période estivale. Pendant le mois de juillet, ils ont créé des événements théâtraux (Festival d'Avignon oblige) notamment autour d'Audrey Vernon et son spectacle "Marx et Jenny". En août ils poursuivent la mobilisation.

Après la distribution de tracts au marché de Sorgues ce dimanche 5 août, ils ont été à nouveau à la rencontre de la population et des touristes ce mardi 7 août à partir de 10h,  au marché de Vedène pour une nouvelle distribution de tract.

Le dimanche 12 août les 200 jours de mise sous surveillance du site seront atteints. A cet occasion il sera organisé une soirée festive avec apéritif, paella et animation musicale le mardi 14 août à partir de 18h30 (participation de 5€ par adultes).

En septembre un concert de solidarité du groupe de rock Black Pulse au profit des salariés en lutte de Continentale Nutrition aura lieu.

Quelques images du spectacle d'Audrey Vernon et une interview des camarades "Continentale Nutrition" de Vedène

et "Fralib" de Gémenos.


Repost0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 19:57

Nous apprenons le décès de notre camarade Maurice Bonnefoi survenu à l’âge de 87 ans. Originaire d’Auvergne les camarades du PCF Gard Rhodanien et de la CGT l’auront connu notamment pour son activité au sein de l’usine métallurgique de l’Ardoise. Très impliqué dans tous les combats sociaux, on se souviendra qu’il faisait partie des salariés qui arrêtèrent Ugine Aciers en 1968. Toutefois une usine sidérurgique ne peut interrompre et reprendre sa production facilement. Il sera un des responsables du maintien de l’outil de production en état de marche pendant toute la durée du conflit et c’était une de ses fiertés ouvrières d’avoir fait en sorte que les ouvriers aient su faire fonctionner l’usine sans patron, ni cadres pendant l’occupation de 1968 mais qu’elle ait été rendue en parfait état. 

Maurice Bonnefoi était très apprécié et respecté par les nombreux ouvriers du site de l’Ardoise. La direction n'eut pas toujours le même respect cherchant à sanctionner les "meneurs" et Maurice fut parfois inquiété. Ceci n'ébranla toutefois pas ses convictions et sa combativité.

D’un point de vue politique il fut fidèle à son engagement au Parti Communiste Français. Candidat à plusieurs reprises il fut élu au Conseil Municipal de Laudun l’Ardoise. Il avait été aussi candidat aux cantonales préparant ainsi le terrain pour la victoire à l’élection suivante de René Mathieu au Conseil Général du Gard. Depuis la fin de son activité professionnelle Maurice militait au niveau de l’UL CGT des retraités. Il était notamment un des responsables des lotos organisés à l’Ardoise.

Très serviable et attentif aux autres, Maurice Bonnefoi rendait de nombreux services. Il était fier que son fils Alain ait eu, comme lui un engagement syndical et politique dans la même usine. Il avait aussi la même fierté pour le travail artistique et journalistique qu’entreprend depuis plusieurs années son petit fils Stéphane autour de la classe ouvrière notamment par la réalisation d'un film documentaire autour de l’usine de l’Ardoise. Maurice Bonnefoy, Massot, Lopez, Sonzogny

Malgré l’âge et la maladie Maurice a répondu le plus souvent possible aux sollicitations. Présents dans les manifestations pour la retraite en 2010, l’été dernier encore il était venu soutenir Philippe Marchèse délégué syndical à l’usine PEM à l’Ardoise (voir vidéo, ici sur la photo il est à gauche, à ses côtés certains camarades de la cellule de Laudun Roger Lopez, Pierre Massot, Robert Sonzogni).

Bien entendu Maurice ne manquait pas le 1er mai le rassemblement pour la Fête du Travail. Il y a trois semaines encore il était présent aux obsèques de notre camarade Claudio Alonso se remémorant les luttes des années 70 et 80.

Altruiste jusqu’au bout Maurice Bonnefoi a fait don de son corps à la médecine.

La cathédrale d’Ugine aciers (c’est ainsi que l’on appelait le bâtiment le plus haut de l’usine) a été démolie l’année dernière, aujourd’hui c’est un autre « monument » de la culture ouvrière qui vient de disparaître à l’Ardoise.Le PCF Gard Rhodanien s'associe à la douleur de la famille, les militants du secteur avaient tous beaucoup d'estime et de respect pour le camarade Maurice.

Repost0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 08:28

L'été 2012 n'est pas de tout repos sur le plan social. De nombreux plans de licenciements ont été annoncés chez Freescale, Air France, Doux, Neo Security, Sanofy... et certains dossiers "chauds" sont en attente comme chez Pétroplus, Carrefour ou encore Arcelor-Mittal à Florange.

 

Dans l'Isère la Maire (PCF) de Vénissieux, Michèle Picard, s’inquiète de la situation du constructeur de camions, Renault Trucks, dans sa ville. En effet, selon elle, Volvo France, la maison mère de Renault Trucks prévoirait la délocalisation de 160 emplois. « Sur le seul site vénissian, se sont près de 80 postes qui sont ainsi menacés » indique-t-elle dans une lettre adressée le 2 juillet au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

« Les salariés sont inquiets pour leurs emplois, leur avenir, et la destruction de leur savoir-faire. Aucun dialogue social n’est possible avec la direction et les syndicats ne sont plus que les spectateurs des décisions prises par cette dernière. De plus, la fermeture du secteur fabrication des moteurs (rampes, fabrication et usinage) témoigne de la volonté délibérée du groupe d’éliminer, à terme, tout emploi de fabrication à Vénissieux », ajoute l’élue.

En réponse, le chef du cabinet d’Arnaud Montebourg indique avoir demandé au commissaire au Redressement productif en Rhône-Alpes de se saisir de l’affaire.7109134845_28317a6fa6.jpg

On se souvient que dans l'affaire PSA le syndicat CGT avait tiré la sonnette d'alarme bien avant l'annonce faite par la direction du groupe, il convient donc d'être vigilant dans le dossier Renault Trucks mais le gouvernement doit se montrer entreprenant et mettre un terme à cette série noire de licenciements.

Repost0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 09:24

Alors que partout sur la planète la grande communauté des femmes et des hommes partage les efforts et les exploits des athlètes des jeux olympiques, la crise continue de faire ses ravages. Certes, ces jeux olympiques font encore rêver, partager de beaux moments et font parler « d’autre chose » dans cette atmosphère angoissante comme on dit. Encore que ? Autant cette universelle rencontre sportive peut porter le dialogue, l’effort, le dépassement de soi et la compétition avec l’autre dans la fraternité, autant on est forcé de constater que l’esprit de Pierre de Coubertin quitte peu à peu les jeux olympiques. Là aussi  la pression de l’argent est à  l’œuvre. L’argent qui détourne des valeurs humaines et sportives. L’argent qui marchandise les activités humaines dans le cadre d’un capitalisme débridé. L’argent, celui que les grandes chaînes de télévision ont investi dans l’achat des retransmissions. Celui des firmes transnationales qui s’affichent sur les maillots des sportifs en sueur et imposent leurs coupures publicitaires qui polluent la relation des  exploits des champions. L’argent qui parfois les « dope » parce qu’on se doit de ne pas perdre quand on porte les noms de ces grands groupes, gravés sur le survêtement et la serviette.

Et puis, il y a la débauche d’argent pour leur organisation : trente milliards d’euros. L'énormité de la somme choque quand partout s'impose une austérité mortifère qui maintient au chômage des millions d'individus, prive de moyens hôpitaux, écoles, crèches et alors que dans le monde tant d'enfants qui n’iront ni à l’école, ni ne feront jamais de sport ne reçoivent pas les rations alimentaires nécessaires à leur survie. Et malheureusement, la flambée de spéculation sur les céréales depuis quelques jours ne va rien arranger. Au bout de la chaîne des spéculateurs, ce sont des enfants supplémentaires qui vont connaître la faim. Cette douloureuse réalité entre en contradiction avec ce qui fait le succès des jeux olympiques auprès des peuples de la planète qui se passionnent et vibrent pour des compétitions pacifiques où chacune, chacun cherche à se surpasser. Qu'il y a loin du rêve encore vivace de l'olympisme synonyme de pacifisme et le dictateur El Assad qui chaque jour blesse, mutile, tue le peuple syrien à Damas ou à Alep dans l'impunité la plus totale. Qu'il y a loin avec une Europe où depuis quelques jours, les attaques contre des États comme l’Espagne ou l’Italie ont déjà imposé un violent train de mesures d’austérité à leurs populations! Ceci a lieu moins d’un mois après le dernier sommet européen qui a confirmé le fameux traité d’austérité budgétaire et adopté un prétendu pacte de croissance non contraignant. La finance se contrefout des sommets européens et demande encore plus de sang et de larmes.  Les agences de notations ont lancé des alertes contre l’Allemagne. Et le comble est atteint puisque le fonds de secours européen lui-même a été dégradé par la maudite agence Moody’s. C’est la preuve qu’au cœur de cet été, la crise s’amplifie en Europe. Les solutions mises en œuvre jusque là mènent à l’impasse. Il est urgent qu’un débat s’instaure sur la possibilité pour la Banque centrale européenne de racheter tout ou partie de certaines dettes et de prêter directement aux États au lieu d’alimenter les circuits financiers comme elle ne cesse de le faire.

Dans le même temps, il faut sortir des plans d’austérité qui se succèdent en menant l’Europe à la catastrophe. L’un des moyens de provoquer un débat sur une réorientation de la construction européenne et de se donner la possibilité de « renégocier » le traité européen est d’organiser un référendum. Une telle initiative du gouvernement et du Président de la République aurait un écho considérable dans toute l’Europe où l’angoisse et l’inquiétude gagnent, comme en témoigne une récente enquête dans laquelle 63% des européens disent avoir peur de basculer dans la précarité. Près de la moitié d’entre eux considère que l’Europe telle qu’elle existe ne les protège plus.jpg Patrick Le Hyaric

C’est un service à rendre à tous les peuples que de rouvrir ce débat pour leur permettre de choisir une autre voie pour l’Europe. Celle de faire du progrès social et écologique une priorité, en plaçant au cœur de la réorientation de la construction européenne les valeurs de solidarité, de fraternité et de paix que prône l'olympisme. Si les forces progressistes ne le font pas, les institutions européennes non élues projettent un plan machiavélique dont le traité signé par M. Sarkozy et Mme Merkel n’est que la transition pour une fuite en avant dans une intégration financière bancaire et budgétaire autoritaire ultralibérale au  nom de l’action contre la crise.

C’est ce qui avait été projeté fin juin. C’est ce que confirme un conseiller du président Barroso, autorisé, comme par hasard, à publier une tribune chez nos confrères du Monde daté du 28 juillet. Celui-ci prévient que les citoyens « redoutent probablement certaines des conséquences, mais ils pourraient être prêts à les accepter à condition d’avoir enfin la perspective d’un avenir maîtrisé ». Quel avenir « maîtrisé » ? Celui fait d’insécurité de vie, de précarité, d’austérité à perpétuité ? Bref, la commission européenne s’apprête à proposer encore « plus de souffrances et de larmes », en cherchant les moyens de les faire accepter aux peuples. Nous ne l’acceptons pas ! Parce que c’est injuste. Et aussi parce que c’est inefficace.

Pour obtenir un débat permettant de changer l’Europe, nous appelons à signer et à faire signer la pétition pour obtenir un référendum sur le nouveau traité européen. C'est une question de démocratie.

Cliquez ici pour signer la pétition en ligne

Repost0
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 14:15

Gaby Charroux député Front de Gauche des Bouches-du-Rhône qui a sur sa circonscription l'usine de Fos Sur Mer (unité que nous connaissons bien dans le Gard Rhodanien car elle a accueilli certains anciens salariés d'Ugine Arcelor de l'Ardoise) a interpellé le ministre du redressement productif sur la question de la sidérurgie française. Dans le Gard Rhodanien si nous avons perdu le site d'Ugine Arcelor à l'Ardoise demeure PME Péchiney Electro-Metallurgie que les gens du coin appellent de son ancien nom Keller-Leleu. C'est dire si la question de notre camarade Gaby Charroux nous intéresse et nous serons attentifs à ce que le gouvernement ne reste pas dans les décisions purement symboliques. 

 

 

Question au gouvernement

                                      mardi 31 juillet 2012


Gaby CHARROUX

Député des Bouches-du-Rhône

 

Sidérurgie

Monsieur le président, mes chers collègues, ma question s’adresse à M. le ministre du redressement productif.

Monsieur le ministre, la situation de la sidérurgie en France et en Europe ne cesse de s’aggraver. C’est le résultat de choix industriels de renoncement qui délaissent les investissements productifs au profit de la rentabilité immédiate.

Arcelor-Mittal vient de demander une réduction des coûts fixes de 50 euros par tonne d’acier alors que les salaires ne représentent que 10 % du coût, et le risque de la fermeture d’un haut fourneau à Fos-sur-Mer est patent, ce qui entraînerait une sous-production, préjudiciable à terme, à la viabilité du site. Ascometal a annoncé le 24 juillet la suppression de 307 emplois, dont 166 sur le site du Cheylas, en Isère, et 54 à Fos-sur-Mer.http://laudun.blogs.midilibre.com/media/02/02/2624649089.JPG

La sidérurgie, passée peu à peu sous la coupe de grands groupes financiers, souffre de manque de projets industriels ambitieux. Elle est aujourd’hui pénalisée par le manque d’investissement dans l’homme, dans la recherche et dans les processus de fabrication alors que, par exemple, à Ascometal-Fos, la mise en place d’une coulée continue permettrait de réduire les coûts, de gagner de nouveaux marchés et de pérenniser le site. À Arcelor, toujours à Fos-sur-Mer, 1 000 emplois ont été détruits en dix ans, dégradant ainsi les conditions de travail, mais également la qualité des produits. Dans ma seule circonscription, plus de 3 000 emplois directs sont menacés.

Monsieur le ministre, quelles dispositions pouvez-vous prendre pour que soit mise en œuvre une véritable politique industrielle orientée vers l’emploi et vers le développement qualitatif de la production ? Envisagez-vous à cet effet une entrée de l’État dans le capital de ces sociétés à la hauteur minimale de la minorité de blocage afin de peser sur les choix industriels et sociaux ? (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR et sur plusieurs bancs du groupe SRC.)

M. le président.La parole est à M. le ministre du redressement productif.

M. Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif. Monsieur Charroux, alors que la gauche avait constitué, à l’époque du gouvernement de Lionel Jospin, les deux derniers grands groupes sous contrôle national et européen que sont EADS et AREVA, vous posez cette question après dix années pendant lesquelles les groupes Pechiney et Arcelor, dans l’acier et dans l’aluminium, ont été remis entre des mains qui ne sont plus les nôtres et qui échappent à toute forme de contrôle. Nous sommes donc aujourd’hui dans une situation où des groupes financiers, d’ailleurs pour l’essentiel des groupes miniers, recherchent davantage de marges et de rentabilité en sortant des activités de transformation.

Vous citez le site de Fos-sur-Mer, mais il y a aussi ceux de Dunkerque et de Florange à propos duquel l’ancien Président de la République déclarait, le 1er mars 2012 : « Le deuxième haut fourneau repartira au deuxième semestre. » Nous savons aujourd’hui que cette affirmation est péremptoirecar de haut fourneau qui repart, il n’en est point, et qu’au contraire, Arcelor-Mittal ferme, de même qu’il se désengage de Liège, considérant qu’il y a des surcapacités dans toute l’Europe.

Notre choix est fait après le rapport rendu par M. Faure, qui a montré que les sites sont viables, qu’ils ont un avenir, pour peu que l’aciériste Arcelor-Mittal décide d’y investir et de faire son travail de propriétaire d’usines : nous allons engager un dialogue au plus haut niveau pour infléchir les décisions qui sont prises aujourd’hui en défaveur de l’Europe. Si nous n’y parvenons pas, nous en reparlerons, monsieur le député. (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe SRC et sur plusieurs bancs du groupe écologiste.)

Repost0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 14:50

Michel Etievient biographe d'Ambroise Croizat se bat depuis des années pour faire reconnaître les réalisations et l'apport important pour notre société que l'on doit à Ambroise Croizat. Il vient de nous faire parvenir le message ci-dessous.

Après une longue bataille, la direction du dictionnaire qui nous l'avait promis vient de faire entrer Ambroise là où il devait être depuis longtemps pour son action, son oeœuvre, sa grande modernité. Un grand merci à François Ruffin (à qui j’'avais publiquement dit mon étonnement et ma révolte de ne pas voir Ambroise dans le dico lors d'une émission de France Inter sur Croizat) et du journal Fakir qui nous ont fortement aidés en portant le projet ainsi qu’'à tous les copains qui ont soutenu l'’idée. (De même qu’à l’'émission de Daniel Mermet de France Inter : « Là-bas si j’y suis » qui a diffusé deux émissions entières sur A. Croizat à partir de mon interview). Je ne résiste pas à l'’envie de vous citer intégralement la mention sur Ambroise qui figure dans le Robert. L'’essentiel de ce que j’'avais écrit y est :

CROIZAT (Ambroise) : Homme politique français (Notre Dame de Briançon 1901-Suresnes-1951) Ouvrier métallurgiste, membre du Parti Communiste Français dès 1920. Député (1936-1940), emprisonné et déchu de ses droits en tant que communiste entre 1939 et 1944, il fut Ministre du travail et de la sécurité sociale de 1945 à 1947. Il participa à la création et à la mise en place de la Sécurité sociale et eut une influence considérable sur l'’établissement des comités d'’entreprises et des conventions collectives, sur le statut des délégués du personnel, le régime des prestations sociales et celui des retraites…

 Cerise sur le gâteau, la directrice des Editions, Laurence Laporte, nous a promis de faire entrer l’'an prochain… MARCEL PAUL !!!!

 Merci de faire passer à tous la belle nouvelle !

                          Belles amitiés                        Michel ETIEVENT

Fakir-Ambroise-Croizat.JPG

Repost0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 08:42

l est 18 h en ce 27 juillet quand s’ouvre le Conseil Communautaire de RCL. En plein été pendant qu’une partie des Bagnolais a fui les dubs des sound systems du Festival Reggae et que l’autre se régale à observer la ville métissée ; faire une réunion politique semble une incongruité. La place de la mairie de Bagnols à la même heure résonne aux accents d’un concert donnant des airs de cité balnéaire à la capitale du Gard Rhodanien. Pas d’inquiétude pour la réunion des élus, elle ne se tient pas en mairie, ils ne seront pas dérangés par des nuisances sonores. Comme pour le Conseil Municipal les élus délibèrent (faute de place ?) loin de la maison commune dans une salle de la maison de l’entreprise (sic) loin du regard de Marianne, du drapeau de la patrie et du portrait du Président de la République.

Nos élus savent-ils que selon une étude sérieuse dans les communes où l’on a déplacé récemment la mairie (ce qui n’est pas complètement le cas à Bagnols) le vote FN a augmenté de façon significative ? Est-il nécessaire de rappeler que le Gard est le seul département français à avoir placé Marine Le Pen en tête lors des dernières élections présidentielles ? Peut-être qu’une telle réalité aurait dû ramener nos élus à avoir d’autres pratiques et à se rapprocher des citoyens ? Visiblement ce n’est pas leur problème.conseil-communautaire-27-juillet-2012-004.jpg

C’est donc loin du public (d’ailleurs dans cette salle où s’entassent près de 50 Conseillers Communautaires où pourraient se placer les spectateurs ?) que les élus délibèrent en cette fin de juillet caniculaire.

Nos élus sont-ils d’ailleurs très concernés ou ne sont-ils pas eux aussi un peu en vacances ? De nombreux absents (représentés par leur suppléant ou pas), d’autres pendant le début de la réunion présidée par le doyen d’âge Roger Castillon maire de Pont Saint Esprit écoutent la boite vocale de leur portable, consultent leurs mails, envoient des SMS ou discutent avec leur voisin. On pensait que Sarkozy avait le monopole du jeu avec son portable pendant les moments solennels, visiblement ce n’est pas le cas.

Roger Castillon rappelle la procédure après la réception de la lettre de démission de Patrice Prat de sa présidence de la Communauté de Communes. On est là pour élire un nouveau Président ; ce n’est pas rien quand même. Selon la procédure le plus jeune élu doit assister le doyen. Un nouveau signe de l’atmosphère d’improvisation (ou de légèreté) qui règne, l’élu désigné comme le benjamin est … absent. A la hâte on recherche quel est le benjamin de l’auditoire : Jérome Pace élu de Sabran se désigne. Né en 1970 il le dispute à Jean-Christian Rey (soi-même) venu au monde au même millésime ! Mais à RCL on n’est pas très formel, c’est finalement Gérard Privat un élu de Laudun que Patrice Prat (démissionnaire) désigne d’office à moins que finalement sur le procès-verbal on ait fait figurer le non de Jérome Pace !

Il convient donc maintenant de désigner le futur président de RCL. On fait appel à candidature. Elément imprévu au protocole, le communiste Jean-Marie Daver crée la surprise. Dans une très brève justification de sa candidature (qu’on allait presque passer à la trappe) il explique que c’est une nécessité démocratique que la diversité politique soit représentée au sein de cette intercommunalité. Rappelant (car tout semblait fait en amont) que sa candidature ne devait pas être considérée comme un crime de lèse-majesté.

Jean-Christian Rey candidat plus prévisible sera plus long. Dans un propos dithyrambique sur le fonctionnement de la Communauté de Communes il insistera justement sur le caractère « non partisan » de sa candidature et de la recherche perpétuelle du consensus au-delà de l’esprit partisan. Bref, à RCL on ne fait pas de politique. C’est en tout cas le sens des propos de Jean-Christian Rey qui s’associe au bilan du travail de toutes les vice-présidences et des commissions. Nous tairons le bilan de sa propre commission notamment sur les « grands travaux » et les dossiers très peu avancés du TER, du musée, des Zones d’activités et de la fameuse Rhodanienne. En illustration du problème du pont de la Cèze un élu spiripontain a manqué le début de la réunion coincé dans les bouchons imputés bien entendu au Reggae !

Sans surprise Jean-Christian Rey est élu, Jean-Marie Daver ayant pris de court jusqu’à ses propres soutiens ! (Rey : 42 voix, Daver 1, Blanc 1)

Il était temps de passer au point n° 2 à savoir l’élection des vice-présidents. On aurait pu penser que Laurent Castanier l’élu communiste bagnolais retrouve une vice-présidence perdue lors de la seconde élection de la liste de gauche conduite par Jean Christian Rey. Pour mémoire Jean-Yves Chapelet ayant assuré l’intérim, il fut récompensé d’une vice-présidence. Depuis, Laurent Castanier siège sur un "strapontin" au bureau de RCL, au titre d’une délégation ingrate mais importante de service public, lourde budgétairement et conséquente pour l'environnement « la gestion des déchets ménagers et assimilés » et ce donc… sans vice-Présidence. On pouvait raisonnablement penser que le fauteuil de Président de Jean-Christian Rey aurait pu permettre un retour à la situation antérieure. Làs, le PS (qui ne fait pas de politique comme Jean-Christian Rey venait de nous l’expliquer ...) a tendance à vouloir se montrer hégémonique. conseil communautaire 27 juillet 2012 006

La surprise ne vint donc pas d’une éviction d’un Jean-Marc Jorda (maire de Sabran) qui aurait payé son soutien à l’ancien député Jean-Marc Roubaud qui conserva sa vice-présidence mais d’un échange de place entre Rey et Prat. Rey devenant président, Prat occupe la vice-présidence qu’avait jusqu’alors Rey ! Le seul autre changement est un échange au niveau des élus de Saint Victor la Coste Robert Pizard-Deschamps maire remplace Frédéric Faure à la 8 e vice-présidence.

On sait que depuis son élection à l’Assemblée Nationale Patrice Prat est frappé par le cumul des mandats. Curieusement la Présidence d’une communauté des communes ne rentre pas dans le calcul du cumul. Toutefois Patrice Prat maire de Laudun l’Ardoise, Conseiller Général et donc depuis peu Député avait pris la sage décision de laisser la place de la Présidence de la Communauté de Communes et du Conseil Général. Pour son maintien dans l’organigramme de RCL Patrice Prat a justifié la difficulté de faire délibérer le Conseil Municipal de Laudun en plein été. Il assure les participants que ce sera une situation transitoire, qui de toute façon va être remise en question par la création de la Communauté d’Agglomération. On restera toutefois perplexe sur cette décision. Patrice Prat continue-t-il à tirer les ficelles de RCL ? Va-t-il s’impliquer dans sa commission qui a peu fonctionné sous l’ère Rey ? On peut clairement s’interroger…

Les partisans de la féminisation des fonctions dans la vie politique auront constaté que tous les vice-présidents sont comme le président de sexe masculin.

Chaque vice-présidence ayant son responsable il ne restait qu’à passer au point n° 4 de la réunion qui consistait à créer un emploi de collaborateur de cabinet au Président de RCL. Jean-Christian Rey qui présidait maintenant la réunion a voulu tordre le cou à la rumeur. Sans dire de façon explicite les choses, il semblerait que dans les derniers jours le landerneau bagnolais bruissait de la nouvelle d’une nomination de Jérome Talon déjà proche du maire de Bagnols. Démentant cet écho mensonger, Jean-Christian Rey a expliqué que c’était Jean-Pierre Cochet (déjà en poste) qui passait à mi-temps. C’est donc une économie pour RCL ! Jean-Pierre Cochet occupera le reste de son temps comme attaché parlementaire de… Patrice Prat. Une nouvelle occasion de créer de la confusion dans les esprits.

Il ne restait plus à Patrice Prat qu’à faire un discours de remerciement. Se félicitant du travail accompli par RCL et souhaitant que la future Agglomération trouve son équilibre notamment entre espace rural et urbain.

Un pot de l’amitié a clos cette réunion. Il fallait bien fêter l’élection du nouveau président. Certains étaient pressés de partir à la fête votive de Saint Michel d'Euzet et étaient contents que la réunion ait été courte.

Déjà sur les bords de la Cèze les premiers échos du festival auraient pu se faire entendre si nous n’avions pas été dans la zone d’activité de l’Euze si loin du cœur de la ville. Les élus sont contents, les citoyens sont tenus à l’écart. Le FN a malheureusement encore de beaux jours devant lui !

Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 23:25

 Les estivales citoyennes du Front de gauche

Université Stendhal Grenoble 3 Saint Martin d’Hères

25 et 26 Août 2012

________________________________

 

Le Front de gauche continue.

Pour la première fois, ses composantes organisent un rendez-vous politique avant la rentrée sociale.

Ouvertes à toutes et tous, les « estivales citoyennes du front de gauche » souhaitent permettre un débat public débouchant sur des propositions alternatives à gauche, pour sortir de la crise.

Elles rassembleront divers acteurs de la vie politique, sociale et culturelle de notre pays.

 

Dans le prolongement des estivales de Grenoble, aura lieu l'université d'été du PCF à la station des Karéllis en Savoie du 30 août au 1er septembre 2012.

 

 

 

Deux meetings sur la situation en France et en Europe

 

Les ateliers de la transformation sociale le Samedi

 

La journée du Front de gauche le Dimanche

 

 

 

 

 

 

Deux Meetings

 

 

 

 

Samedi de 18h00 à 19h30

 

Meeting européen

 

Avec notamment:

 

·        Maité Mola, Vice-présidente du PGE, Izquierda unida (Espagne)

·         Paolo Ferrero, Secrétaire national de Rifondazione comunista (Italie)

·         Marisa Matias, Députée européenne, Bloco de Esquerda (Portugal)

·         Oscar Lafontaine ou un/une vice-président-e de Die Linke (Allemagne)   (a confirmer)

·         Pierre Laurent Président du Parti de la Gauche Européenne

 

 

 

 

 

Dimanche de 11 H à 13 H

 

Meeting public du Front de Gauche

sur la rentrée politique et sociale

 

 

Le meeting sera organisé autour de tables rondes avec animateurs permettant des prises de parole de l’ensemble des dirigeants des organisations politiques du Front de Gauche et de plusieurs personnalités membre du Conseil National du Front de Gauche

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée du samedi 25 août

10h à 18h

« Les ateliers de la transformation sociale »

 

 

Cinq « Filières » 26 ateliers

 

Défendre, développer l’emploi

Refuser l’austérité

Refonder l’Europe

L’alternative démocratique

Affronter l’urgence écologique

 

34 ateliers « hors filières »

 

Durée des ateliers : 1h 45

 

 

Pour l’ensemble de ces ateliers, de nouvelles et de nouveaux intervenant-e-s sont susceptibles de remplacer certaines des personnes annoncées ou de s’ajouter à elle. De même de nouveaux ateliers seront ajoutés. Enfin tous les horaires ne sont pas arrêtés, ils sont liés aux accords des participants. Le programme des Estivales, publié sur le site du front de gauche www.placeaupeuple2012.fr sera régulièrement actualisé ce qui permettra de suivre ses évolutions

 

 

 

Cinq « Filières » 26 ateliers

 

 

1 - Défendre, développer l’emploi

 

 

10h 00           Comment défendre l’emploi ?

                        Avec Eric Corbeaux et trois salarié-e-s d’entreprises en difficulté :

                        Technicolor Thomson, Trois suisses et Stil Montataire

 

 

 

14h 00            Un pole public financier  pour mobiliser le crédit en faveur de l’emploi avec Jacques Rigaudiat, un représentant du collectif National “Pôle public bancaire” et/ou des “économistes atterrés”

 

14h 00            Sécurité sociale professionnelle : avec une responsable CGT Isère, Régis Régnault et Jean-Claude Mamet

 

16h 00           “Changer le travail, nouveaux droits pour les salariés”. Atelier ouvert par le documentaire de création de Marcel Trillat : “Rêver le travail” Avec Yann Cochin, Martine Billard et Bernard Vasseur

 

16h 00           Quelle politique de l’emploi? (RTT, Droits, Code du travail…) Avec Michel Husson, Jacques Rigaudiat et un ou une militant(e) syndicaliste de pôle emploi et/ou d’association de chômeurs.

 

 

 

 

2-  Refuser l’austérité

 

 

10h 00           Comment sortir du piège de la dette ? Avec Michel Husson, et Pascal Franchet

 

10h 00           Quelles mesures d’urgence face à la crise? Avec Guillaume Etievant, Stéphanie Treillet.

 

10h 00           Quelle alternative à l’austérité? Quelles politiques économiques de gauche? Avec Jacques Généreux, Pierre Khalfa, Jacques Rigaudiat 

 

14h 00           Austérité, précarité, les femmes premières touchées? Emplois, salaires, statuts, des inégalités aggravées?

                        Avec Marie-Pierre Thoubans, Ana Azaria (Femmes Egalité), Stéphanie Treillet et un ou des syndicalistes.

 

XXhXX           Comment financer la politique sociale du logement? Avec Romain Biessy, intervenants possibles : Michel Mouillart, Benoît Filippi, J.C. Driant, F. Lemaire (Collectif " Pour un Pôle public financier au service des Droits !), Dominique Dujols… 

 

 

 

 

 

3- Refonder l’Europe

 

 

14h 00            “Refonder l’Europe?” Avec Endréa della Vecchia (FGTB, joint Social Conference),  Bernard Cassen  et Francis Wurtz

 

16h 00           MES; TSCG, un carcan pour les peuples. Avec Francis Wurtz, et Raoul Marc Jennar

 

14h 00            “Le ver était-il dans le fruit?” Retour sur la construction européenne. Antoine Schwartz, Pierre Khalfa

 

14h 00           Monnaie, banques et rôle de la BCE. Avec Denis Durand et Michel                  Husson

 

 

14h 00            Crise européenne et changement du paysage politique à gauche. Avec Philippe Marlière et Elisabeth Gauthier

 

16h 00            “Crise politique et crise économique, une conjonction à haut risque”. Avec Cédric Durand et Laurent Maffeïs

 

 

 

 

4- L’alternative Démocratique

 

 

 

10 H 00          “Démocratie: un problème de jeunes ?”

Avec Joëlle Bordet, Odile Barral et Françoise Laroche 

 

10 H 00          “Démocratie: quelle(s) rupture(s) ?

Avec Samy Joshua, Francis Sitel, Patrice Cohen-Seat, Hélène Franco

 

14h 00           “Démocratie: démocratie politique? démocratie sociale?”. Laurent Garrouste, Roger Martelli, Evelyne Sire Marin, Pierre Zarka

 

 

16h 00           “Démocratie demandez l’impossible !”

Avec Michèle Riot-Sarcey et Michel Butel

 

 

 

 

 

 

5- Affronter l’urgence écologique

 

 

XXhXX           Gaz de Schiste et code minier

Avec des représentants de collectifs citoyens et d’associations, environnementales.

 

XXhXX           Pétrole et transition énergétique.

Avec N Feat, M. Auzuneau et des représantants d’associations environementales

 

 

XXhXX           “Ecosocialisme et buen vivir”.

Avec M. Lowy, D. Tanuro, A Bernier

 

 

XXhXX           Pour un syndicalisme vert. Avec Louis-Marie Barnier, Anne Debregeas et un(e) syndicaliste de la chimie.

 

10h 00            Régie publique de l’eau, quelles politiques régionales, départementales et locales? Avec Gabriel Amard, Jean-Luc Touly

 

XXhXX           La planification écologique appliquée au développement des métropoles. Avec Maurice Charrier, intervenants possibles : Guillaume Faburel, Ludovic Halbert, Eric Charmes, Pierre Mansat, Guy Burgel, Jean Pasquinet sur la relocalisation des activités, Christophe Guilluy et Christophe Noyé –les nouvelles fractures sociales

 

 

 

35 ateliers « hors filières »

 

 

Ecole Université recherche :

 

14h 00            « Quelle loi d’orientation pour construire l’école de l’égalité? » Avec Cécile Cuckierman, sénatrice, un-e représentant-e de la FSU , Bertrand Geay et Myriam Martin

16h 00            Enseignement supérieur et recherche. Avec Pierre Chantelot, Olivier Gebuhrer, Patrice Perdereau

 

 

 

 

 

Hopital Santé :

 

 

14h 00           “Hôpital, droit à la santé” Avec Bruno Percebois, animateur de la campagne « Notre santé en danger », et  Françoise Nay, membre de la coordination nationale de défense des hopitaux, débat animé par Louis Marie Barnier

16h 00         "Pour vous, comment doit se concrétiser le changement ?"     Débat avec des actrices et acteurs du mouvement social Santé.          Annie David, sénatrice, fera  les conclusions de ce débat.

 

 

Egalité des droits :

 

XXhXX           “Français et étrangers, pour l'égalité des droits et la citoyenneté”. Avec des représentants de la LDH (sur collectif votation citoyenne), de la FASTI…

14h 00           “Situations de handicap, perte d'autonomie, prendre enfin la mesure des enjeux, pour un droit universel.” Animé par MP Toubhans et V Assante, avec Jean-Pierre Ringler, Président de la coordination Handicap Autonomie et Jean Luc Gibelin…

XXhXX          Les droits des femmes à l’épreuve de la loi HPST. Maternité / IVG. Avec Maya Surdut, un responsable du collectif des Lilas/ANCIC

 

XXhXX           “La dictature du genre et du patriarcat : vite une loi contre le sexisme et les discriminations.” Animé par Delphine Beauvois avec des représentant-e-s des associations : HF, Femmes solidaires, La Barbe, Planning local…

 

XXhXX           Lutter pour régulariser et dépénaliser les séjours irréguliers, en faveur de l’égalité effective des droits (séjour, études, travail). Avec Raymond Chauveau de la confédération syndicale CGT, Luz Mora de Solidaires, Anna Azaria de Femmes Egalité, RESF, un-e représentant-e CIMADE ou Gisti, Emmanuel Terray de la LDH, animateurs Christian Pierrel et Danielle Simonnet

 

XXhXX           La France au regard du respect des droits de l'enfant : quels changements immédiats ? Organisé par Elisa Martin

 

 

 

 

 

Défense :

 

XXhXX           “Boucliers anti-missiles, déploiement vers l’Asie, il faut sortir de l’OTAN” Avec Niels Andersson et Christian Pierrel

 

XXhXX       La militarisation de la sécurité: un danger pour la démocratie.

                    Avec Edouard Sill

 

XXhXX          Réserve républicaine ou garde prétorienne ? Avec Djordje Kuzmanovic

 

XXhXX          Le soldat: un citoyen à part entière ou entièrement à part ? un enjeu pour la 6e République. Avec JC Schmidt

 

XXhXX           Etat des lieux de l'industrie de l'armement. Avec Y Le Pollotec

 

XXhXX           Retour sur le bourbier afghan. Avec Georges Lefeuvre

 

XXhXX           La nouvelle noblesse rentière et la menace de guerres régionales dans la crise. Avec Alain Joxe

 

XXhXX           Le redéploiement stratégique de l'empire en crise d'hégémonie. Avec Arnaud Le Gall

 

International :

 

XXhXX           L’épreuve du pouvoir en Amérique Latine et les formes d’intégration régionale avec janette Habel, Christophe Ventura et Obey Ament 

 

XXhXX           “Changer la politique de la France en Afrique”. Avec Sylvie Jan ( Front de Gauche Afrique), Marc Ona (“ça suffit comme ça”, collectif de l’opposition gabonaise), un militant de l’opposition sénégalaise, un syndicaliste AREVA et le Niger

 

XXhXX           Les nouvelles formes d’intégration régionale en Amérique Latine avec Janette  Habel Christophe ventura et Obey Ament

XXhXX          Les révolutions arabes ont-elles échoué ? Avec Denis Sieffert, Jean-Pierre Filiu, Jacques Fath 

 

XXhXX          France Algérie 50 ans après organisé par Alain Billon 

 

 

Citoyenneté :

XXhXX          Sondé ou citoyen ? Avec Alain Garrigou

 

XXhXX           Citoyenneté universelles: quelle application concrète? Avec Eduardo Meneses. Franck Pupunat et un représentant d’Emmaus International)

 

XXhXX          Désobéissance civique. Avec des représentant de Désobéissance, des Déboulonneurs, des faucheurs volontaires et  Hélène Franco.

 

XXhXX          Economie sociale et solidaire: La loi de préemption par les salariés pour une transformation en coopérative et la loi cadre de l'économie sociale et solidaire); la bataille des  associations citoyennes et d'éducation populaire; avec Sylvie Mayer et François Longérinas

 

XXhXX           “Démocratie locale et égalité des territoires : comment articuler implication citoyenne et intérêt général ?” Intervenants pressentis: Jean-Pierre Worms, Georges Gontcharoff…

 

Emancipation, transformation, enjeux de société :

 

14h 00           « Syndicalisme et politique » Avec Didier Le Reste, Eric Corbeaux, Marc Dolez. Animation Jean François Tealdi, journaliste

 

14h 00           « Pour sortir de la crise quelle ambition sociale et culturelle » Place des artistes de la création et de son partage dans notre société. Avec Jacques Pornon, directeur de Scène Nationale, syndicaliste, Jean Voirin, syndicaliste, secrétaire national, Nawel Bab-Hamed Maire Adjointe déléguée à la culture de la ville de Lyon

16h 00           “Face à la crise de la presse, comment assurer le pluralisme” Avec 

Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, Denis Sieffert, directeur de la rédaction de politis, Cécile Cukierman, Sénatrice, Emmanuel Vire, secrétaire général du SNJ CGT débat animé par Jean François Tealdi, journaliste.

 

XXhXX          “Le sport, enjeu d’émancipation pour les femmes”. Avec Nina Charier, Annick Davisse, Colette Bocher.

XXhXX          "Le concept gramscien d'hégémonie. Une grille de lecture pour analyser le mouvement ouvrier aujourd'hui ?" avec Razmig Keucheyan et Karel Yon

14h 00           Face à la recomposition politique droite/extrême droite quel projet de société (citoyenneté, égalité des droits, développement durable et solidaire…) André Dechot  Alain Hayot, Alexis Corbière et Laurent Maffeïs

 

 

 

 

 

La journée du dimanche 26 août

9h à 11h

« Le développement du Front de gauche »

 

 

 

 

1 - Atelier/réunion des fronts thématiques permettant aux participant-e-s d’échanger sur leur expérience, le développement de ces fronts et leur activité à venir.

 

 

2 - Atelier consacré à une réunion du Conseil National du Front de Gauche ouverte à toutes et à tous pour discuter de son fonctionnement, de son évolution, de sa composition, de son association aux décisions du Front de Gauche…

 

 

3 – “Les nouvelles formes de militantisme” avec Francette Lazard,  Ana Azaria

 

 

4 – “Comment mener bataille dans le cadre des assemblées citoyennes sur le nouveau traité européen ?” Avec Danielle Obono et Manuel Bompard

 

 

5 - Atelier de désintoxication du langage. Avec Patrick Kabakdjian

 

 

6 - Conférence gesticulée Pôle Emploi organisé par Tifen Ducharne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ESTIVALES CITOYENNES DU FRONT DE GAUCHE 2012

Bulletin d'inscription

 

 

Merci de bien vouloir renseigner les champs ci-dessous qui nous permettront de prendre en compte ta demande.

 

Nom, prénom :

Fédération :

Courriel :

Adresse postale :

Tél. :

 

Le coût de la participation est de 160 € pour 2 nuits et 2 jours incluant les repas et les petits-déjeuners.

 

Règlement de l' inscription à titre individuel en retournanr ce bulletin auprès du secteur financier du PCF, 2 place du Colonel-Fabien, 75019 Paris ou bien, dans un cadre collectif, auprès de la section.

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche