Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 06:45

Pourquoi la Communauté d’Agglomération du Gard Rhodanien (CAGR) a-t-elle décidé de retirer de ses compétences optionnelles la culture et le sport ?

La raison en est simple : elle est financière.

Contrairement aux affirmations de son Président, la CAGR vit au-dessus de ses moyens, sa gestion est fortement mise en doute du fait de sa proximité avec la ville de Bagnols sur Cèze. D’ailleurs, un rapport de la C.R.C. (Chambre Régionale des Comptes) en dit long sur la gestion de cette dernière. Il n’y a qu’un pas à franchir pour penser que les mêmes causes ont les mêmes conséquences.

Supprimer des compétences optionnelles telles que la culture et le sport dans la partie « subventions » : c’est bien cela qui est visé. Ne plus subventionner les associations sportives et culturelles pourrait faire réaliser une économie possible de près de 500 000 euros (attention toutefois à ne pas faire des calculs trop rapides car il faudrait ajouter les subventions qui « rentrent » aussi dans les caisses).

De toute façon, quelle que soit la façon dont on fait les comptes cela ne suffira certainement pas selon les comptes de gestion 2013 à 2015. La CAGR (Communauté d’agglomération du Gard Rhodanien) a un déficit structurel cumulé de 1,2 millions d’euros et un trou financier estimé à environ 1 millions d’Euros. Toutes ces affirmations sont corroborées par les chiffres et non par les allégations d’un président.

La dernière augmentation des impôts vue sur votre taxe foncière et cette dernière décision permet de confirmer nos craintes maintes fois dénoncées par la section PCF de Bagnols sur Cèze.

Mais alors pourquoi garder seulement les investissements culturels et sportifs « d’intérêts communautaires et qui n’existent pas encore sur le territoire » ? Force est de constater que cela limite les investissements. Impossible de construire un nouveau stade ou une nouvelle piscine ou une médiathèque ou tout autre équipement qui pourraient trouver une utilité pour les citoyens.

Là aussi la réponse est simple : le Pôle d’Excellence Rural (PER) plus connu dans le grand public sous le nom de « Scène Campagne à Cornillon », est le seul projet qui peut entrer dans ces critères drastiques ! Quelle surprise ? Malheureusement, ces investissements risquent de provoquer la faillite des entreprises qui le construiront. En effet, les finances de l’agglomération ne pourront pas supporter des charges aussi importantes.

La Cellule Gabriel Péri du PCF de Pont Saint Esprit refuse que les Spiripontains et les habitants de l’agglomération subissent une nouvelle fois les décisions farfelues des politiques.

La commune de Pont Saint Esprit et ses habitants se remettent difficilement d’une situation catastrophique léguée depuis 2011, il est hors de question que l’agglomération les replonge dans des difficultés identiques.

Le projet PER Cornillon est plus que jamais sur les rails de l'agglomération du Gard Rhodanien : on va dans le mur et ils accélèrent !

Le projet PER Cornillon est plus que jamais sur les rails de l'agglomération du Gard Rhodanien : on va dans le mur et ils accélèrent !

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 14:30

Cette histoire commence en 1983, au mois de mars exactement. Le 6 mars la commune de Laudun se dote d’un conseil municipal socialo-communiste. Le maire sera Francis Roman, le 1er adjoint René Trouillet (PCF) tout comme son camarade André Brouillet qui héritera du portefeuille des sports. A quelques kilomètres de là, à Avignon la préfecture du Vaucluse nait le 11 mars une jolie petite fille que ses parents Florence et Daniel nommeront Céline.

A ce moment-là à Laudun qui ne s’appelle pas encore Laudun l’Ardoise, on n’a pas de problèmes avec le budget communal. C’est même le contraire, on ne sait pas toujours comment dépenser la manne qui vient de la taxe professionnelle que rapportent les usines installées dans le hameau de l’Ardoise. Ugine Acier n’a pas encore été rachetée par Arcelor et encore moins par Mittal qui finira par la fermer, c’est une usine sidérurgique qui offre du boulot. Daniel, le père de la petite Céline y travaille à ce moment-là. Il y a d’autres entreprises qui tournent à plein à l’époque à l’Ardoise : Keller-Leleu (future Ferropem), Fiberglass et une kyrielle de petites entreprises sous-traitantes de Marcoule. La future communauté de communes (R.C.L.) est loin d’avoir vu le jour, elle n’est même pas envisagée dans les esprits des élus municipaux qui viennent de prendre la suite du conseil municipal conduit par Pierre Héraud. « Rhône, Cèze, Languedoc » ne sera créée qu’en décembre 2002 et sa descendante la communauté d’agglomération du Gard Rhodanien en 2013 soit 20 et 30 ans plus tard. On ne peut donc pas faire aujourd’hui le reproche aux élus de l’époque de ne pas avoir vu venir ces « machins ». C’est pendant ce mandat municipal entre 1983 et 1989 que sera envisagée et construite la piscine et le complexe sportif de Lascours. C’est aussi dans ces années-là que la petite Céline fait ses premiers pas et montre à ses parents installés à Saint-Paul-les-Fonts des prédispositions pour le sport. C’est ainsi que Florence et Daniel finiront par l’inscrire au club de natation de Laudun qui possède la seule piscine couverte du secteur et c’est donc sous les couleurs de Laudun qu’elle commencera à briller, sa maman s’investissant dans le club, elle en sera même un moment la présidente.

La suite on la connait. Après être partie au pôle France à Font-Romeu, la petite Céline devient à 20 ans en 2003 championne du monde universitaire par équipe au relais 4 x 100 mètres en nage libre. Tout le monde aura reconnu la belle jeune fille qu’elle est devenue, taillée pour la natation diront les observateurs avec ses 1,73 mètre pour 63 kg : c’est Céline Couderc. Elle fera ensuite les beaux jours de l’équipe de France de natation : Championne d’Europe par équipe à Madrid en 2004 sur le 4 x 100 mètres et vice-championne d’Europe dans la même compétition du 4 x 200 mètres. En 2006 elle remporte (toujours en équipe) deux médailles de bronze aux championnats d’Europe à Budapest. Elle sera plusieurs fois finaliste dans des compétitions internationales comme aux championnats du monde de Montréal en 2005 ou aux jeux olympiques de Pékin en 2008. Céline Couderc aujourd’hui retirée des bassins détenait toujours le record de France par équipe du 4 x 100 mètres nage libre avec ses anciennes coéquipières Alena Popchanka, Ophélie Etienne et Malia Metella jusqu’à cet été mais comme tous les records il a fini par tomber récemment. Une belle carrière de sportive de haut niveau qui n’aurait peut-être jamais vu le jour sans la piscine couverte de Laudun !

Aujourd’hui l’agglomération du Gard Rhodanien sous la présidence de Jean-Christian Rey refuse de prendre sous la coupe de cette collectivité les équipements sportifs existants. La commune de Laudun l’Ardoise en butte à des difficultés financières (voir rapport de la Chambre Régionale des Comptes) peine à gérer cette structure qui montre des signes de fatigue. Que va donc devenir la piscine couverte de Laudun l’Ardoise ? Nul ne le sait pour l’instant mais si elle devait fermer on se priverait sans doute du futur ou de la future Céline Couderc.

Bien sûr cet article n’évoque, avec l’exemple de Céline Couderc que le sport de haut niveau… mais la piscine de Laudun peut être aussi envisagée sous l’angle du simple loisir. Beaucoup de personnes passent de bons moments au complexe de Lascours pour simplement se maintenir en forme ou avoir une activité de détente. Qu’en pensent-ils tous ces gens ?

Céline Couderc que nous avons contactée avant de publier cet article (et nous la remercions au passage pour son accord), insiste, elle, sur la question des scolaires, évoquant « un droit pour les enfants » d’apprendre à nager.

Nous serons attentifs, avec elle à l’avenir de la piscine de Laudun l’Ardoise et nous ne disons pas merci aux élus de l’agglomération qui n’en veulent pas !

Céline, une belle championne qui pense maintenant aux futures générations !

Céline, une belle championne qui pense maintenant aux futures générations !

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 08:40

APRES LEVOTE D'ABANDON DE LA CULTURE ET DU SPORT
Des questions importantes se posent auxquelles il est URGENT et essentiel de répondre :
D'ABORD UNE REFLEXION :
Les citoyens dont les bénévoles dans les associations du territoire du Gard Rhodanien n'ont pas été associés à la discussion que nécessite une telle orientation.
ENSUITE,
Le transfert des dépenses vers les collectivités locales, sans assurance de la cession des subventions associées aux projets culturels et sportifs, suscite les plus vives inquiétudes. Redonner aux villes (Bagnols, Pont) et aux villages des attributions que l’agglomération avait prise à sa charge risque de les mettre en difficulté. En effet, depuis que l’agglomération avait cette compétence ; les communes ont réorienté leurs budgets différemment. La situation bagnolaise épinglée par la Chambre Régionale des Comptes ne lui permet sans doute pas de financer des dépenses qu’elle n’avait plus à son budget. Pont Saint Esprit (qui sort à peine des années Baumet) va-t-elle plonger à nouveau dans une crise communale budgétaire ?
DANS LE DOMAINE DE LA CULTURE
Que vont devenir les festivals « les Arts de la Voix » ou « Forêt créative » ?
Que deviendra la scène « chapelle des Pénitents » de Pont St Esprit. Le théâtre va-t-il fermer ou va-t-il être repris par la ville ?
En tout cas les promesses lors de l'inauguration de cet établissement en juillet 2012 n'auront été tenues ni par l'agglomération ni par le parrain Pierre Arditi qui avait promis de revenir jouer.
En 2012 on dit une chose, en 2016 on fait le contraire : cela manque de cohérence et de sérieux !
Que vont devenir les projets des associations culturelles qui étaient parfois « aidées » par l'agglomération ?
DANS LE DOMAINE DU SPORT
Que vont devenir les manifestations sportives soutenues jusqu'à maintenant par l'agglomération du Gard Rhodanien ?
Certains clubs ont signé une convention avec l'agglomération. L'abandon du soutien financier ne va-t-il pas mettre ces structures en danger (dans le pire des cas) ou, dans le meilleur des scénarios, les obliger à réduire la voilure c'est-à-dire baisser le niveau sportif ? Autre solution qui pèsera sur les ménages de l’agglomération, ce sera vraisemblablement faire payer plus cher l’abonnement, les licences, la participation des familles des adhérents.
On vit actuellement un précédent dans notre département avec le rallye des Cévennes qui a lieu normalement cette saison mais qui n'aura pas lieu cette année faute de soutiens financiers. Pour rester dans le domaine automobile, la course de côte de Sabran (déjà confrontée à des difficultés) va-t-elle subir le même sort que le rallye des Cévennes ?
Au-delà de l’abandon d’une compétition sportive ancienne et renommée (championnat de France) un manque à gagner pour l’économie locale : hôtels, gîtes, camping, commerces de bouche…
L'OBJECTIF inavoué ? Faire des ECONOMIES BUDGETAIRES : installer L'AUSTERITE
On prétexte des économies mais, comme d’habitude, l’explication a été mal faite. Oui il y aura moins de dépenses pour la culture et le sport mais combien de subventions ne vont-elles pas rentrer dans les caisses de l’agglomération.
On réoriente donc vers l’économie et le développement vers l’emploi. Une rhétorique que l’on joue aux français depuis des années. Combien de plans et d’aide pour créer de l’emploi et combien de chômeurs nouveaux et anciens chaque jour ? La communauté d’agglomération du Gard Rhodanien mène la même politique qu’au niveau national. Combien de milliards donnés au patronat avec le CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi) pour aucune création d’emploi au final ?
En fait, localement on poursuit une politique qui a conduit à la disparition du festival de reggae. Combien de manque à gagner pour la ville avec la fin du « Garance » ? Rappelons-nous aussi que l’agglomération a déjà supprimé l’aide financière qu’elle apportait à la course cycliste « l’Etoile de Bessèges ».
LE VOTE DU 17 OCTOBRE 2016
Va-t-on vers un désert culturel dans le Gard Rhodanien ? Un territoire où ne se passe aucune soirée ? Aucune animation ? Un espace sans rencontre et sans échange de population ? Plus de compétitions sportives ? Plus de loisirs pour les enfants ou pour les adultes ? Plus d'occupation pour agrémenter son temps libre ? Plus d'occasion de bouger son corps ? Plus de moment pour se cultiver ou se distraire ? Plus de prétexte pour se mélanger avec les autres, se confronter à la mixité sociale ? Bref c’est la fin d’une forme de vivre-ensemble !
Laisseront ils s'installer une société libérale inégalitaire où ne pourront accéder aux domaines culturels et sportifs que les citoyens « aisés » ou ceux dont le pouvoir d'achat permettrait de se payer places de théâtres, évènements sportifs ou autres manifestations culturelles ?
UN MANQUE A GAGNER, DONC PAS DE RECETTES !!
Notre territoire a tout à perdre à ne plus avoir de manifestations culturelles ou sportives pour ce qu'elles sont mais aussi pour la manque à gagner touristique, commercial, ou économique. Les élus ont-ils bien réfléchi à l’impact négatif sur l'attractivité du territoire que serait l’abandon des compétences culturelles et sportives ?
DES ASSURANCES ?
On nous rassure avec des « grands projets » structurants comme le Musée, mais construire un Musée sans service culturel à l'agglomération est-ce bien cohérent ? Qui prendra en charge son fonctionnement ?
Poser la question c'est y répondre.
Les élus de l'agglomération en abandonnant la « culture et le sport » nous préparent-il des soirées devant notre télévision et des week-ends d'ennui ? Chacun chez soi ?
Tuer la Culture et le sport c’est donner raison à ceux qui en sont les ennemis. Ceux qui détruisent aujourd’hui des oeuvres d’art dans certains pays ou ceux qui disent aujourd’hui c’est pour les « bobos ». Résumons : l’agglomération fait aujourd’hui le programme des obscurantistes et de ceux qui disaient il y a 80 ans : « quand j’entends le mot « culture », je sors mon révolver ».
On dira bientôt « Gard Rhodanien morne plaine ! »

2012 : le temps des promesses / 2016 : dure réalité des faits !

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 16:02

►Pierre Laurent, était à Calais, la ville symbole de la crise de l'accueil des migrants, pour rencontrer les acteurs économiques et associatifs. Le PCF propose de renouer avec « une politique d'accueil digne » et de « traiter en urgence le problème des mineurs isolés ». Il exige «une autre réflexion sur le devenir des installations de Calais ainsi qu'une véritable politique d'accueil et d'accompagnement des réfugiés dans notre pays, en concertation avec l'ensemble des parties».

► Marie-Christine Vergiat, députée européenne Front de gauche a déclaré au Parlement européen : « Les barbelés de Calais sont devenus le symbole des nouveaux murs érigés en Europe ». Loin des stigmatisations médiatiques, le P.C.F révèle les enjeux de Calais.

 

 

 

Pierre Laurent s'est rendu lundi 10 octobre à Calais, la ville symbole de la crise européenne de l'accueil des migrants. Au nom du P.C.F, son secrétaire national a proposé de renouer avec «une politique d'accueil digne» et de «traiter en urgence le problème des mineurs isolés». Lydia Samarbakhsh, responsable du secteur international du P.C.F, exige «une autre réflexion sur le devenir des installations de Calais ainsi qu'une véritable politique d'accueil et d'accompagnement des réfugiés dans notre pays, en concertation avec l'ensemble des parties». Au diapason, les associations élèvent le ton : «Il est hors de question de collaborer avec (ce qui est) sous le vernis de la communication une opération plus policière qu'humanitaire» déclare le Secours Catholique. Emmaüs demande «le report de l'opération pour la prise en charge de chacun dans le respect et la dignité» contre ce qui pourrait devenir «une chasse aux migrants».

Ci-dessous, loin des stigmatisations médiatiques, la vérité sur Calais.

Le camp de Calais

Il compte 10 000 réfugiés et migrants provenant du Soudan, d'Erythrée, d'Irak, de Syrie, d'Afghanistan, du Sénégal, de Centre Afrique, du Mali, du Sri Lanka… Le Haut Comité aux Réfugiés les nomme "le prix de la guerre". A l'origine, la persistance des conflits au Proche Orient et dans la corne de l'Afrique et la surpopulation des camps de réfugiés au Liban en Turquie en Jordanie. Parmi ces 9000 réfugiés, on compte un nombre grandissant de femmes et des enfants y compris isolés .

Le démantèlement du camp

Il a été annoncé par le gouvernement et devrait prendre effet à compter de mi octobre. Une répartition est prévue sur l'ensemble du territoire dans des centres d'accueil et d'orientation en direction des personnes ayant fait le choix de demander asile en France. De véritables mesures incitatives doivent être mises en place avec de vraies garanties en matière d'intégration : un accueil digne et humain dans les centres, l'accélération les instructions de dossiers de demandes d'asile, l''accès à l'emploi, l'apprentissage du français… Problème : le gouvernement se fixe comme objectif le démantèlement complet avant la trêve hivernale et au moins 30 % des places nécessaires sont manquantes. Pour celles et ceux qui maintiennent leur choix d'aller en Angleterre, le centre Jules Ferry doit conserver un rôle de protection pour les populations les plus fragiles et de nouveaux centres doivent être ouverts dans la région pour éviter un nouvel éparpillement.

Changer les relations France /Angleterre

Nous ne sommes plus en 2003 au moment de la signature de l'accord du Touquet par Sarkozy alors Ministre de l'Intérieur, déplaçant de fait la frontière anglaise sur le territoire français dont la "sécurité" passe alors sous responsabilité du gouvernement français. Aujourd'hui les deux pays se doivent de coopérer non seulement pour la sécurisation du passage de la Manche mais aussi pour un partage des responsabilités dans l'instruction des demandeurs d'asile. A cet égard l'Angleterre se doit d'ouvrir sa frontière en faveur des mineurs ayant de la famille sur son territoire et des demandeurs d'asile....une solidarité partagée. A ce jour, seuls 63 mineurs sur le millier de mineurs isolés ont été admis en Angleterre pour rejoindre leur famille.

Les passeurs

La lutte contre ce trafic ne peut avoir de véritables effets qu'à condition de mettre en place des voies de passages sécurisées par les moyens de l'UE et des états membres concernés. Cela rendrait caduque le recours aux passeurs et donnerait une garantie pour la sécurité des migrants évitant les drames successifs et des tensions. Cette demande est celle du H.C.R et des grandes associations engagées.

Appel d'air ?

C'est l'argument souvent employé par les gouvernements successifs pour justifier l'absence de véritable politique d'accueil digne, exemple Calais. C'est un leurre. Malgré la précarité extrême des conditions de vie imposées, celles-ci n'ont jamais empêché réfugiés et migrants de venir sur Calais. L'attractivité de l'Angleterre et surtout les zones de conflits, les risques de mort, de faim, de maladies sont les véritables motivations de leur venue.

Opposer réfugiés et migrants économiques ?

Non. Aux réfugiés de la guerre, il faut ajouter les réfugiés de la faim, de la misère, de la maladie venant de pays déstabilisés au plan social, économique et politique, parfois d'anciennes colonies françaises. En France, à la différence d'autres pays européens comme l'Allemagne, ceux qui demandent l'asile n'ont pas le droit au travail, d'où l'accusation "d'assistance" à leur encontre. L'intégration passe par l'emploi, répondant souvent à des besoins non pourvus par les travailleurs nationaux. Elle encourage aussi la mobilité de ces derniers vers des emplois plus qualifiés. Le P.C.F se prononce en faveur de l'établissement d'un statut de réfugiés pour raisons économiques et climatiques.

Le Droit International

La Convention de Genève, de 1951, précise les critères d'attribution du statut de réfugié, faisant devoir pour les états signataires d'assurer la protection à "toute personne craignant avec raison d'être menacée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social ou de ses opinions politiques" (article 1). "Les états n'appliqueront pas de sanctions pénales du fait de leur entrée ou de leur séjour irrégulier aux réfugiés arrivant directement du territoire où leur vie et liberté sont menacées au sens prévu à l'article premier" (article 31). Que signifie dès lors le sens de la qualification "d'entrée illégale", terme utilisé par les chefs de gouvernement lors du Sommet de Bratislava, appelant au renvoi des migrants dans leurs pays d'origine ? C'est le choix de l'Europe forteresse, abandonnant ainsi ses valeurs d'accueil et de solidarité.

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 11:46

De nombreux citoyens présents pour l'inauguration de la place Danielle Casanova à Pont Saint Esprit (Gard).

Un bel hommage rendu dans leurs interventions par Jean-Marie Daver adjoint au Maire de Pont Saint Esprit (P.CF) et Roger Castillon Maire de Pont Saint Esprit (D.V.G) à Danielle Casanova et à travers elle à toutes ces résistantes, tous ces résistants qui ont lutté pour la liberté de la France.

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 14:22
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
La lettre des élu(e)s communistes et républicains de la région occitanie..  Septembre  2016
Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Région
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 14:51
Le journal des communistes de Pont Saint Esprit et des villages environnants
Le journal des communistes de Pont Saint Esprit et des villages environnants
Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 06:00
Danielle Casanova 9/01/1909 -9/05/1943
Danielle Casanova 9/01/1909 -9/05/1943

Pont Saint Esprit, le 23 septembre 2016

Madame, Monsieur, cher-e ami-e, cher-e camarade,

Les communistes de la cellule Gabriel Péri ont le plaisir de vous inviter

à l’inauguration de la place

Danielle Casanova

héroïne de la Résistance

Vendredi 30 septembre à 18h à la Citadelle de Pont-St-Esprit

Danielle Casanova est née le 9 janvier 1909 à Ajaccio, en Corse. Étudiante en médecine dentaire,elle fut, dans les années 30 une militante communiste active pour le rassemblement du Front populaire contre le fascisme et la montée du danger de guerre.

Élue en 1934 Secrétaire générale du Comité mondial des Femmes contre la guerre et le fascisme, elle fut aussi l'une des fondatrices, en 1936, de l'Union des Jeunes Filles de France, mouvement pour la paix et contre le fascisme. À la fin de 1936, elle organisa des collectes alimentaires pour les enfants d'Espagne victimes de la guerre civile et accompagna le convoi en Espagne.

Entrée dans la clandestinité à la suite de l'interdiction du Parti Communiste Français en septembre 1939, elle se consacra à la lutte contre l'occupant nazi, la collaboration du régime de Vichy avec Hitler et la répression des résistants. Elle contribua à la création et à la distribution de plusieurs journaux clandestins, participa à l’organisation de la manifestation du 11 novembre 1940, à celle des intellectuels contre l’arrestation du professeur Paul Langevin, puis à celle du 14 juillet 1941.

Arrêtée par la police française le 15 février 1942 à Paris, elle fut transférée au Fort de Romainville, fichée comme «Nacht und Nebel» («Nuit et Brouillard», nom donné par la Gestapo aux résistants jugés particulièrement «dangereux»). Elle y poursuivit la lutte clandestine avec d'autres prisonnières.

Déportée le 24 janvier 1943 à Auschwitz-Birkenau avec 231 autre femmes résistantes, elle entra dans le camp en chantant «La Marseillaise» avec ses compagnes devant les SS stupéfaits.

Chargée par les SS du «cabinet dentaire»,elle utilisa cette fonction pour essayer de soulager les conditions épouvantables de ses compagnes. Atteinte par le typhus, elle mourut le 9 mai 1943.

Plusieurs monuments rendent déjà hommage à cette résistante. De nombreux collèges, lycées, écoles et rues à Paris, Marseille, Ajaccio par exemple, portent son nom.

Alors que la Citadelle de Pont-St-Esprit, entre novembre 1942 et la Libération d'aout 1944, fut un lieu de torture et d'assassinat de nombreux résistants,

Alors que les valeurs de la Résistance et son programme, solidarité, droits des travailleurs, des familles et des citoyens, sont aujourd'hui bien malmenés,

Les communistes de Pont-St-Esprit et des Villages voisins saluent la décision de la municipalité de Pont Saint Esprit d'attribuer à cette grande résistante communiste le nom de la place de la Citadelle, et vous invitent à participer à cette inauguration.

En espérant que vous pourrez répondre à notre invitation, nous vous prions d’accepter nos cordiales salutations.

Pour la cellule Gabriel Péri du Parti Communiste Français

Jakie Bougault

Secrétaire de cellule

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:00
Hommage à notre camarade Sylvain Olivon

Nombreux étaient les amis et camarades venus accompagnés Sylvain à sa dernière demeure en ce vendredi 23 septembre 2016.

Devant le cercueil drapé du drapeau tricolore et du drapeau du Parti Communiste Français, notre camarade Roland Couderc, très ému, retraça quelques pages de la vie de Sylvain.

Hommage prononcé par Roland Couderc :

Je voudrais adresser un dernier hommage à mon ami et camarade Sylvain

Sylvain est né à Alès, en 1939, au début de la guerre, dans une famille communiste et résistante de la première heure.

Alors qu'il n'avait que quatre ou cinq ans, avec sa maman, son papa et son petit frère, ils furent tous les quatre enchainés à un arbre sur une place d'Alès par les nazis qui s'apprêtaient à les fusiller. Ils furent heureusement sauvés par un ami de la famille qui trouva les mots pour empêcher ce massacre.

Après son enfance à Ales, il fut contraint d'effectuer son service militaire en Algérie.

Revenu à la vie civile, il gagna pour son travail la vallée du Rhône. Et c'est là qu'il épousa Jeannie, en 1962 année de son adhésion au Parti Communiste Français. Ils s'établirent à Laudun puis ici à Saint Paul les Fonts, où ils construisirent une petite maison et eurent deux enfants.

Nous animions ensemble une petite cellule du P.C.F avec nos vieux camarade Raymond et Alix Lacroix. Je me souviens de ces soirées passées en réunion, des collages d'affiches ou des distributions de tracts dans les années 70/80.

Sylvain fut élu au Conseil municipal de 1977 à 1983. Mais vu l'éloignement de son lieu de travail il ne sollicita pas un deuxième mandat.

Sylvain et Jeannie eurent le malheur, en 2004, de perdre leur fils cadet Stéphane. Il n'y a pas de plus grand malheur pour des parents que de perdre un enfant.

Un peu avant sa retraite, sylvain contracta une longue et cruelle maladie. Mais il se battit courageusement contre cette maladie, comme toute sa vie il s'était battu contre les gouvernements successifs à la solde du grand patronat et de la finance, et contre les idées nauséabondes d'intolérance qui sévissent depuis trop longtemps.

Sylvain tu as fini de souffrir. Nous te disons adieu. Nous nous souviendrons de toi comme le camarade combatif que tu as toujours été. Mais aussi comme l'homme adroit de ses mains, serviable et bon vivant que tu étais aussi

Jeannie, nous te souhaitons beaucoup de courage pour surmonter cette douloureuse épreuve.

Mais pour toi et tes enfants, pour tes petits enfants la vie doit continuer.

Sylvain (manteau noir) à coté de Jean-Marie Daver porte drapeau ce jour là

Sylvain (manteau noir) à coté de Jean-Marie Daver porte drapeau ce jour là

Pour terminer cet hommage notre camarade Michèle Oromi récita un poème de Louis Aragon sur 1936.Poème qu'elle dédia à Sylvain homme de culture passionné de musique classique.

Jamais on ne se réveillait

Aux jours d'été de 36

que pour un 14 juillet

Le soleil, couleur de maïs

ne s'était couché de l'année

sur nos pancartes promenées

Perpétuel temps des cerises

c'était un grand bal bleu et blanc

Dans la villa en bras de chemise

sous un ciel plein de cerfs volants

prenaient de nous leur val oblique

les chansons de la République

C'était comme une féerie

Aujourd'hui le peuple est le maître

Il se promène dans Paris

qui met ses drapeaux aux fenêtres

Enfant, chantez et rechantez

Le pain, la paix, la liberté

Louis Aragon

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 15:57
Ginette Jourdan
Ginette Jourdan

Triste vendredi 23 septembre 2016 pour la section Gard rhodanien du Parti Communiste Français.

A 14 heures crématorium d'orange nous rendions un dernier hommage à notre camarade Ginette Jourdan ancienne Conseillère municipale de Tavel, puis à 16 heures nous avons accompagné notre camarade Sylvain Olivon à sa dernière demeure au cimetière de Saint Paul les Fonts.

Au nom des communistes du Gard rhodanien j'adresse aux familles et amis de nos camarades nos sincères condoléances. Compagnons de luttes ils resteront dans nos mémoires comme des militants déterminés soucieux de construire une société plus juste, plus humaine.

Michel Tortey

Secrétaire de la section Gard rhodanien du P.C.F

Militante du P.C.F et de la C.G.T Ginette était de tous les combats

Militante du P.C.F et de la C.G.T Ginette était de tous les combats

Ci-dessous l'hommage rendu par Laurette Bastaroli à Ginette au nom des communistes du Gard rhodanien.

Hommage à notre amie, notre collègue, notre camarade Ginette Jourdan

Ginette a exercé une profession qui l'a portée naturellement à être au plus près des autres, hommes et femmes, attentive à leurs besoins, à leurs demandes, quelquefois en partage de leurs détresses.

Elle était auxiliaire de vie près de Tavel dans la ville d'Avignon. Pourtant la vie ne l'a pas épargnée avec la perte de sa fille très jeune à peine sortie de l'adolescence.

C'est peut-être pour cela qu'elle était en recherche de solidarité, d'amitié et de don de soi.

Et Ginette a beaucoup donné : A sa manière, avec sa personnalité pleine de chaleur et d'entrain.

Cinq mandats élue conseillère municipale, soutenue par la population de Tavel, elle était toujours sourire aux lèvres, coquette et élégante assumant ses responsabilités avec opiniâtreté.

D'aucuns ont dit :

« elle savait ferrailler » - quelquefois au sein d'un conseil municipal à l'écoute et ses arguments, de … « ses coups de gueule » parfois.

Communiste, Ginette l'était... jusqu'au bout des ongles, arborant fièrement un bonnet rouge lors des manifs organisées à l'appel de la CGT.

Fidèle, aux mots d'ordre de luttes, toujours à remonter « le moral des troupes » car la vie militante n'est pas un long fleuve tranquille.

Cette vie est faite de marches hardies, d'interrogations et de doutes mais dans l'audace et la bataille.

Il fallait « tracter » « je tracte » il fallait coller « je colle » et elle assurait – ce n'était pas des engagements pour la frime.

D'autes ont dit « c'était le bout'en train de la section ». Toujours une boutade pour dérider et apporter quelques rires salutaires dans les moments difficiles.

La section ? Communiste elle a eu des responsabilités qu'elle a assumées avec élégance – clairvoyance même –

car aller plus loin était son objectif :

Soutenir la presse progressiste : La Terre – L'Huma – La Marseillaise. Animer la Fête de Lézan s'occuper des têtes, de l'esprit – certes – mais aussi des coeurs à l'ouvrage – des ventres.

Vendre des brochettes...Ginette était aux fourneaux; Ne fallait-il pas engranger pour pouvoir payer les luttes solidaires du jour et du lendemain pour le progrès de tous ?

Mener une campagne électorale avec succès pour les élections de nos camarades et collègues Bernard Deschamps aux Législatives et René Mathieu aux Cantonales.

Ginette et ses verres entre camarades, ses repas chez elle plein de rires , Ginette et ses boutades, Ginette et son sourire , tu vas nous manquer.

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Hommage
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche