Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 13:02

Nous militant-e-s syndicalistes, politiques ou associatifs exigeons le vote d’une loi d’amnistie en faveur de toutes celles et tous ceux qui ont été condamné-e-s pénalement depuis 2002 à raison d’actions militantes n’impliquant pas des atteintes aux personnes ou pour des infractions pour lesquelles est encourue une peine de moins de dix ans d’emprisonnement. L’amnistie emportera leur effacement immédiat du fichier national automatise des empreintes génétiques (FNAEG). Il nous est insupportable que les plus courageuses et courageux d’entre nous puissent continuer, après le changement de majorité politique du printemps dernier, à être traite-e-s comme des délinquant-e-s ou des criminel-le-s de droit commun ! Les députés du Front de Gauche ont déposé une proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives. Il faut que ce cette proposition soit examinée et adoptée.

Le Président de la République doit tenir la promesse du candidat François Hollande. L’amnistie, c’est maintenant ! 

Mercredi au Sénat, la majorité de gauche aura la possibilité de voter l'amnistie des infractions commises lors de conflits du travail, à l'occasion d'activités syndicales ou revendicatives dans l'entreprise ou au cours de manifestations.

Dans une tribune publiée dans le journal l'Humanité, les sénatrices et les sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen, déclarent : « il serait incompréhensible que, le 27 février, une seule voix de gauche manque pour que cette loi soit votée au sénat, puis à l'Assemblée nationale. Ainsi, des milliers de salariés et de citoyens pourront se dire qu'enfin, il est possible de se faire entendre par ce gouvernement ».

Il n'est donc question de « tordre le bras » à personne, l'heure n'est pas à l'affrontement, à la polémique, mais au rassemblement, à l'esprit de responsabilité et de solidarité. C'est dans l'intérêt des syndicalistes en lutte, du monde du travail, des salarié-e-s. C'est pour eux que nous voulons rassembler la majorité de gauche au sénat le 27 février.

Repost0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 09:10

Jean-Louis Trintignant vient de recevoir le César du meilleur acteur masculin pour son rôle dans le film « Amour ». Nous nous permettons de le féliciter pour cette récompense méritée d’autant que, pour mémoire, le 27 octobre dernier sur ce même blog nous lui avions déjà rendu un hommage appuyé. Pour ceux à qui cela aurait échappé le lien du dit article est là : Quand Jean-Louis Trintignant fait l'apologie du Communisme, les camarades du Gard rhodanien lui disent merci !

Dans notre « papier » nous rappelions les liens qui unissent Jean-Louis Trintignant au Gard rhodanien.

Nous avions conclu cet article par les phrases suivantes : « Pour terminer une petite proposition faite aux élus de Bagnols sur Cèze et/ou de Pont-Saint-Esprit. On se souvient qu’en 1972 Jean-Louis Trintignant réalisa « Une journée bien remplie » un film qui sortit en mars 1973. Ce long métrage réalisé dans le Gard (Uzès, Pont Saint Esprit, Bagnols sur Cèze) a eu notamment comme cadre le garage de son oncle « route de Nîmes » à Bagnols. Ne serait-il pas judicieux de s’en souvenir, même si Jean-Louis Trintignant est modeste et a horreur des honneurs, en faisant une projection de ce film en présence du réalisateur ? N’attendons pas que Jean-Louis Trintignant soit mort pour lui dire que nous l’aimons, en tout cas ce modeste papier ce jour est l’occasion de dire un grand merci à cet immense acteur pour l’ensemble de son œuvre ! ».trintignant une journée bien remplie

Nous ne pouvons que réitérer cette demande aujourd’hui. Honoré au niveau national, selon l’adage « Nul n’est prophète en son pays », Jean-Louis Trintignant serait-il ignoré dans sa région d’origine ? Une injustice grave a réparer au plus vite.

Pour tout dire, nous ne l’avons pas dit à l’époque par politesse mais, au mois de juillet dernier, quand c’est Pierre Arditi qui est devenu le parrain du théâtre intercommunal de Pont nous n’avons pu nous empêcher de penser que c’était évidemment Jean-Louis Trintignant qui aurait dû être à sa place. Il est bien gentil Pierre Arditi et, en plus il avait très bien joué le jeu (voir l’article que nous avions publié le 12 juillet dernier) : Pont Saint Esprit : Inauguration du théâtre intercommunal "chapelle des Pénitents" mais n’était-il pas là pour ses amitiés au Parti Socialiste !

La venue de Pierre Arditi était bien, comme toujours, une opération politique ! Chez les vrais passionnés de théâtre, ce jour-là l’ombre de Jean-Louis Trintignant était sur la place de la chapelle des Pénitents et nous considérions que c’était bien lui qui était en pénitence ! théâtre Pont 18

Et oui, dans le Gard Rhodanien, y compris dans le domaine culturel, même si l’on s’en défend, on fait toujours de la politique politicienne (inutile de rappeler ici la récente affaire « Renoir » à Pont Saint Esprit) même si l’on se cache derrière des paravents de gestion ou d’animation.

On espère toutefois que, ce coup-ci, les communistes seront entendus et qu’un hommage mérité à Jean-Louis Trintignant verra le jour prochainement dans le Gard Rhodanien. Nous y participerions avec plaisir.

Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 08:00

Le président équatorien sortant a été largement réélu, dimanche, dès le premier tour. Sa politique de développement social lui vaut une forte popularité.

C’est une réélection en forme de triomphe pour Rafael Correa, lors de la présidentielle de dimanche, en Équateur. Le président de gauche sortant a devancé, avec plus de 56 % des suffrages, son principal rival, l’ancien banquier de la droite néolibérale Creo (Créer des opportunités), Guillermo Lasso, de plus de 30 points. L’ex-président et militaire honni, Lucio Gutierrez, n’a obtenu que 7 %, tandis que sur la gauche du parti présidentiel, la coalition plurinationale d’Alberto Acosta, un ancien proche de Correa, a enregistré moins de 5 % des votes.

Les résultats des législatives devraient être connus ultérieurement, mais Correa semblait sûr, dimanche soir, que son parti, Alianza Pais, était en passe de décrocher la majorité au Parlement qu’il n’avait pas jusqu’ici. Fait exceptionnel : c’est la première fois depuis longtemps en Équateur, pays marqué par une instabilité politique chronique, qu’un président échappe à l’usure du pouvoir. Mieux, celui-ci, depuis le premier mandat de Rafael Correa en 2007, s’en trouve consolidé. La participation était estimée, dimanche soir, à plus de 60 %, moins que les prévisions du Conseil national électoral, mais la vague provoquée par le leader de la révolution citoyenne a porté aussi bien dans les villes que dans les zones rurales, ce qui est nouveau dans un Équateur traditionnellement polarisé.

Du haut du balcon du palais présidentiel de Carondelet à Quito, Rafael Correa, tout sourires, a lancé à une foule de ses partisans que « cette révolution, rien ni personne ne l’arrête » ! Il va donc poursuivre et même renforcer la « révolution citoyenne » jusqu’en 2017, échéance de son nouveau mandat, le dernier permis par la Constitution. Puis, lors d’une conférence de presse, il a affirmé que le grand défi de ses quatre prochaines années de gestion est de « rendre irréversible le changement dans les relations de pouvoir », afin que le peuple, et non le capital, soit aux commandes. « Ou nous changeons le pays maintenant ou ne nous le changeons plus », a-t-il dit.

Réduire la pauvreté

Correa veut donc « accélérer » le pas dans une même direction pour réduire la pauvreté. Près de 30 % des Équatoriens vivent encore sous le seuil de pauvreté, selon le dernier rapport de la Banque mondiale en 2011, un taux que le gouvernement envisage de porter à 16 %. Grâce aux richesses du sous-sol, Correa a fait construire depuis cinq ans des hôpitaux et des écoles, et il a rénové le réseau routier. Sa politique de redistribution et ses plans sociaux ont permis à l’Équateur de connaître une solide croissance. Elle s’appuie sur la manne pétrolière et les redevances dues à l’État par les grandes compagnies depuis 2010, après que Correa a fini par imposer à ses créanciers une importante baisse de la dette extérieure du pays. Son objectif proclamé est de réduire la dépendance de l’économie équatorienne vis-à-vis du pétrole, notamment en favorisant les investissements dans un secteur minier prometteur en raison des réserves d’or et de cuivre décelées dans le sous-sol du pays. L’enjeu est de taille et porteur de conflits. Car le projet plus large de créer un ordre social fondé sur le socialisme du « bien vivre » (sumak kawsay) doit concilier à la fois le respect de l’environnement et des besoins sociaux que réclament entre autres les populations indigènes, et un développement durable qui ne soit pas aux mains des multinationales et des investisseurs étrangers.

Un succès dédié à Hugo Chavez  À peine réélu, Rafael Correa a salué son homologue vénézuélien. « C’est l’occasion de dédier aussi la victoire à ce grand leader latino-américain qui a transformé le Venezuela, à ce grand ami Hugo Chavez », a dit le président de l’Équateur. Selon Correa, le triomphe de la « révolution citoyenne » équatorienne accompagne le triomphe de toutes les révolutions du continent et « bien sûr, la révolution bolivarienne au Venezuela ». À Caracas, un communiqué du ministre des Affaires étrangères diffusé au nom du président Chavez soulignait notamment que « la réélection du président Correa est une victoire des forces bolivariennes et socialistes de notre Amérique, grâce à laquelle le changement d’époque se consolide ».

 

Bernard Duraud dans l'Humanité du 19 février.

 

Heureusement l'Humanité existe pour faire vivre le pluralisme!

Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 00:00

C'est la crise, il n'est pas besoin de le redire. Toutefois il est des territoires encore plus touchés que d'autres. C'est le cas de l'outre mer et plus particulièrement l'île de la Réunion. Pour preuve voici plusieurs jours que des violences ont lieu chaque nuit et on se bat pour obtenir un boulot !

A l'origine des affrontements entre la jeunesse et la police la question des emplois aidés et des emplois d'avenir. Le gouvernement Ayrault a créé 9000 contrats aidés et 7000 emplois d'avenir à la Réunion mais de plus en plus de voix s'élèvent sur le territoire pour critiquer la faiblesse de ce chiffre au regard des besoins locaux et, dans le même temps, une répartition clientéliste par certains élus.

En fait le taux de chômage record de l'île (30% en moyenne, atteignant près de 60% chez les jeunes) explique a lui tout seul le côté explosif de la situation. Les contrats aidés non marchands, d'une durée de six mois, constituent souvent le seul espoir d'occuper un emploi.

Ces "émeutes du travail" rappelent les émeutes de février 2012 contre la vie chère qui s'étaient étendues comme une traînée de poudre à toute l'île pendant une semaine après un barrage de route. Des dizaines de commerces avaient été pillés.

Le gouvernement doit, à la Réunion, comme partout ailleurs sur le sol français prendre des mesures efficaces pour aider les plus en difficulté.

Dans notre secteur du Gard Rhodanien, la question de l'emploi est aussi une préoccupation importante et donc notre camarade Jacques Demanse maire de Sauveterre a tenu à mettre en place un emploi d'avenir dans la commune dont il est responsable de la gestion.

Comme le rappelait Anne-Marie Brocard, directrice de l'agence Pôle Emploi de Villeneuve, "l'emploi d'avenir est un véritable sas pour les jeunes vers la vie active.", le jour de la signature du contrat liant le jeune François Baron, 19 ans à la municipalité de Sauveterre. Jacques Demanse tenait à accueillir lui-même le jeune homme pour le paraphe de son contrat, il était accompagné d'Anne-Marie Brocard directrice de l'agence Pôle Emploi de Villeneuve,de Michel Bargeton,directeur  de la mission locale Gard rhodanien et de Florian Blanc, qui sera le tuteur du jeune François.

L'emploi est la préoccupation essentielle du maire de Sauveterre, elle est celle de nombreux citoyens qui sont frappés par le chômage ou voient leur entourage victime de ce fléau.

Les contrats aidés et les contrats d'avenir ne sont pas la panacée, ils peuvent être, dans certains cas, un tremplin pour entrer dans la vie active. Le gouvernement doit se montrer plus offensif sur la question de l'emploi, pour l'instant dans ce domaine comme dans d'autre, il déçoit.

http://images.midilibre.fr/images/2013/02/03/le-maire-jacques-demanse-vient-de-signer-le-contrat-avec_518079_510x255.jpgUne poignée de main pour une entrée dans la vie active !

Repost0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 08:12

La crise ce n’est pas pour tout le monde pour preuve : Alcatel Lucent: provisionne 4,8 millions de retraite chapeau pour Ben Verwaayen son ex-patron remercié il y a peu. L'ancien directeur général va toucher une retraite chapeau d'au mieux un demi-million d'euros par an. 

 Les chiffres clés Sommes provisionnées pour la retraite des administrateurs salariés (en millions d'euros, en fin d'exercice)
2008: 1,1 ; 2009: 2,6 ; 2010: 3,4 ; 2011: 4,8. Ces chiffres ne souffrent pas de contestation possible car ils viennent de la communication de l’entreprise !


"Ben Verwaayen se contentait de gérer le déclin, et n'avait plus la pêche nécessaire pour réinventer Alcatel Lucent". Cette analyse d'un ancien collègue a sans doute été partagée par le Conseil d'administration du constructeur télécoms, qui a remercié jeudi 7 février son directeur général depuis 2008. Mais le Néerlandais, qui fêtera lundi ses 61 ans, n'a pas à s'inquiéter pour ses vieux jours. Certes, il ne disposait d'aucun "golden parachute". Mais il va toucher une généreuse retraite chapeau. Le montant exact de cette retraite n'est pas connu et "sera rendu public prochainement", indique une porte-parole.

Toutefois, il est possible d'avoir une bonne indication en se basant de l'argent provisionné chaque année par la société pour payer cette généreuse retraite complémentaire. A fin 2011, le montant atteignait déjà 4,8 millions d'euros. Et il est actuellement sans doute supérieur, car il augmentait d'un bon million d'euros chaque année.

En pratique, le montant de la retraite chapeau obéit a une formule complexe et est basé en partie sur les performances de l'équipementier en termes de chiffre d'affaires, de rentabilité, de cours de bourse, de satisfaction des clients... Les comptes d'Alcatel Lucent indiquent seulement que cette retraite chapeau peut atteindre au maximum 40% du salaire le plus élevé touché par Ben Verwaayen. Celui s'élevant à 1,33 million d'euros bruts (part variable incluse), le montant maximal de la retraite complémentaire serait donc d'un demi-million d'euros par an environ.

Pendant ce temps-là le groupe Alcaltel-Lucent supprime 1500 emplois en France.

C’est la crise nous dit-on dans les conseils d’administration des entreprises tout comme au gouvernement mais visiblement ce n’est pas pour tout le monde ! De même l’austérité c’est pour vous, l’argent c’est pour eux !

Pendant ce temps-là la propagande contre les salariés qui ne travailleraient pas assez se poursuit et les médias font leurs choux gras de la lettre de Titan à Arnaud Montebourg sur le dossier Good-Year.  

Tant que les citoyens croiront ce genre de mensonges les capitalistes pourront continuer à se gaver ! En ce qui nous concerne, nous les communistes nous ne sommes pas dupes !

retraite-chapeau-preview-3332097.jpg


Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 22:18

Inconscience d’un homme qui semble avoir largué les amarres avec le monde réel ? Provocation délibérée à l’égard des salariés en escomptant tirer un petit profit d’une opération de communication ? On se perd en conjectures en entendant le PDG de Renault proposer de différer à 2016 une partie… d’une partie de ses rémunérations, si les syndicats cèdent au chantage de la « compétitivité ».


« Compétitivité », qu’en termes élégants ces choses-là ne sont pas dites.


caricature-grands-patrons-copie.jpgPour les salariés, il s’agirait, derrière ce mot à la mode, d’accepter de voir leur vie de famille bouleversée à la merci des desiderata des managers, de travailler plus sans que le salaire suive…


Magnanime, le patron de Renault supprimerait plus de 8 000 emplois mais ne fermerait pas de site, les promesses n’engageant que ceux qui y croient.

Carlos Ghosn a un sens bien particulier du partage des richesses et des efforts à consentir pour braver la tempête qui souffle sur l’industrie automobile française.

 

Aux ouvriers payés au Smic ou à peine plus, sans treizième mois, de réduire leur train de vie, au patron de se contenter de 26 000 euros par jour au lieu de 36 000 ! À supposer même, ce dont il n’est pas question, que le PDG ne se contente que de la part fixe de son salaire, il encaisserait plus de 1,2 million d’euros, sans compter ses émoluments au titre de la direction de Nissan, et le reste.


La manœuvre du numéro un de la firme, dont l’État est toujours actionnaire, frappe par son cynisme et, effet de sa médiatisation, elle aura permis à des millions de gens d’apprendre que Carlos Ghosn perçoit des revenus dont chacun d’entre nous ne parvient même pas à concevoir l’ampleur.


Le domaine de l’infiniment grand reste aux yeux d’un salarié ordinaire du registre de l’abstraction. Les salariés de PSA, menacés dans leurs emplois, éprouvent la même difficulté à imaginer la vie avec le salaire fixe de 1,3 million de leur PDG,

Philippe Varin, qui a déclaré, gagné lui aussi par cet élan de générosité, abandonner la partie variable de ses émoluments le temps de faire avaliser la liquidation de l’usine d’Aulnay.


Mais chez Renault comme chez PSA, et pas seulement, chacun comprend bien, même confusément, que ce monde marche sur la tête et qu’il convient dès lors de le remettre sur ses pieds.


Chasser la droite du pouvoir fut un préalable nécessaire, mais non pas à soi seul suffisant. Au fait, Arnaud Montebourg pense-t-il toujours que la direction de Renault n’a pas franchi la ligne rouge ?


Le Front de gauche pour ce qui le concerne a permis de faire battre N.Sarkozy, il agit pour que la gauche réussisse de la commune au national.

Partout, il porte des propositions concrètes pour que le changement soit maintenant et pointe qu'une majorité existe pour voter des lois que les sénateurs socialistes ont voté sous la mandature Sarkozy telle l'amnistie des syndicalistes, l'interdiction des licenciements boursiers, etc..,

Nous ne pouvons tolérer que ce que les élus PS défendaient avant mai 2012, soit jeté aux oubliettes une fois F.Hollande élu.

Trop de temps a été perdu, maintenant il faut mener un politique de gauche. Ce sera le sens des mouvements sociaux du 5 mars contre la transcription en l'état dans la loi  de l'accord CFDT/MEDEF et pour la défense de l'emploi, des salaires, de la formation et   des services publics

Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 08:30

Le Parti communiste s'est doté d'une nouvelle direction, jeudi 14 février, élue au sein de son conseil national (CN), le parlement du parti composé de 166 membres. Sur proposition de Pierre Laurent, le secrétaire national du parti tout juste réélu lors du 36e congrès du parti, le CN a élu Isabelle de Almeida, une assistante sociale de 46 ans, responsable PCF en Côte-d’Or, à sa tête. Jean-Louis Lemoing a lui été confirmé comme trésorier.

Au niveau de la direction, le conseil exécutif national a également été élu jeudi. Il est désormais composé de 34 membres à parité, contre 32 auparavant. 12 nouvelles têtes y font leur apparition. A noter que Marie-George Buffet quitte cette instance mais reste membre du conseil national. La coordination nationale – la direction resserrée du parti - est quant à elle composée de 10 personnes et est désormais à parité. Seuls deux membres – deux femmes – y font leur entrée : Lydia Samarbakhsh, qui travaille avec M. Laurent et s'occupera désormais du secteur international, et Marie-Pierre Vieu, chargée des relations avec le Front de gauche.

Les responsabilités de chacun devraient être précisées lors d'une prochaine réunion du conseil national le 9 mars. Mais certaines ont déjà été actées. Outre Lydia Samarbakhsh et Marie-Pierre Vieu, Patrice Bessac, qui reste membre de la coordination, n'est plus porte-parole mais continue à s'occuper de la formation des militants et, nouveauté, de la communication interne. Olivier Dartigolles reste le seul porte-parole aux côtés de M. Laurent. Lydie Benoist, chargée jusqu'alors des élections, laisse son poste à Pascal Savoldelli pour s'occuper de la "promotion des cadres".

Après le rejet de la proposition de loi PCF autour de l’amnistie sociale des syndicalistes, mercredi, en commission des lois du Sénat, Pierre Laurent a annoncé que son parti souhaitait "amplifier la mobilisation" autour de ce texte avec un meeting à Paris le 25 février, où devraient être présents des syndicalistes menacés de sanctions pour leur engagement. Un rassemblement sera aussi organisé par le Front de gauche devant le Sénat le 27 février, jour où la proposition de loi sera examinée.

M. Laurent a également indiqué, jeudi, que, suite au scandale de la viande de cheval, les parlementaires Front de gauche déposeront une proposition de loi en faveur de l'indication géographique obligatoire des produits transformés et qu'ils demanderont l'ouverture d'une enquête sur le sujet. Le PCF compte également profiter du Salon de l'agriculture, qui ouvre ses portes le 23 février et où une délégation PCF conduite par Pierre Laurent se rendra, pour développer ces thématiques.

Au niveau de notre section Gard Rhodanien le Comité de section se réunira le 27 février prochain et élira le nouveau secrétariat de section. En attendant la campagne contre l'austérité se poursuit dans le Gard Rhodanien (comme au niveau national) et une série de distribution de tracts est au programme des militants.

Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 19:25

 

Les députés communistes et du Front de gauche, avec à leur tête André Chassaigne, ont déposé une proposition de loi d’amnistie des syndicalistes.

Pour lui donner plus de force, nous vous proposons de signer une pétition soutenant la demande d’examen de la « proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives » présentée par les députés du Front de Gauche.

Faites tourner cette pétition, reprenez-là, diffusez-là, que nous soyons nombreux à exiger cette mesure de justice.

 

Monsieur le Président : il faut amnistier les syndicalistes !

Les cinq dernières années passées sous la présidence de Nicolas Sarkozy auront constitué pour le monde du travail un désastre incommensurable, avec la destruction méticuleuse et méthodique du modèle social français. Du système des retraites au code du travail, en passant par la protection sociale et les services publics, aucune spécificité sociale française n’aura échappé au rouleau compresseur libéral.

 

Je soutiens la demande d’examen de la « proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives » présentée par les députés du Front de Gauche

POUR SIGNER CLIQUER ICI

 

Beaucoup de nos concitoyens se sont légitimement engagés dans des mouvements sociaux. Ils se sont exprimés pour faire respecter leurs droits fondamentaux, protéger leurs conditions de travail, préserver l’emploi, les services publics, un système de protection sociale efficace et solidaire, leur environnement. Alors qu’ils défendaient l’intérêt général, nombre d’entre eux ont fait l’objet de sanctions pénales, disciplinaires et de licenciements. L’objectif du pouvoir précédent était clair : imposer par la force la vision d’une société divisée, du chacun pour soi, où seules les logiques de l’argent dominent.

Et ce travail de casse sociale a été accompagné par une politique visant à criminaliser l’action syndicale. Sous tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy, de nombreux syndicalistes ont été attaqués pénalement du fait directement de leurs actions et engagements syndicaux. Trop de sanctions injustes ont été infligées qui ne visaient qu’à éteindre toute velléité de contestation. Et c’est parfois le simple affichage ou la distribution de tracts qui donnent lieu à des menaces ou assignations judiciaires !

L’action collective est pourtant un droit inhérent à toute démocratie. Ainsi, la Constitution de la Ve République reconnait au citoyen le droit de défendre ses droits et intérêts ainsi que le droit de participer à la détermination des conditions de travail et à la gestion des entreprises (alinéas 6 et 8 du préambule de la Constitution de 1946). Ces poursuites contre le monde syndical ont causé des dégâts considérables et participé à rendre délétère le dialogue social dans notre pays.

Le changement implique le retour au respect et au dialogue. Et cela commence par mettre en débat notre proposition de loi d’amnistie de tous les militants syndicaux menacés ou condamnés sous l’ère des gouvernements de la présidence de Nicolas Sarkozy, déposée à l’Assemblée nationale par les députés du Front de gauche. Elle se concentre sur les faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales ou revendicatives, ainsi que sur l’amnistie des sanctions disciplinaires. Cet appel à plus de justice mérite d’être relayé dans tout le pays.

Oui, Monsieur le Président, il faut amnistier les syndicalistes !

Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 00:31

Quel calcul tortueux a pu pousser hier des sénateurs de gauche à rejeter la proposition de loi «amnistie sociale» proposée par le groupe communiste, républicain et citoyen (CRC)?

N’auraient-ils pas dû s’insurger contre les procédures qui criminalisent l’action revendicative, se porter spontanément aux côtés des citoyens qui défendent leur emploi, leur école, leur hôpital, leur ligne de chemin de fer, leur voisin immigré, leur retraite et qui sont traités comme des délinquants ou des criminels?

Ont-ils été effrayés par la mystification du ministre de l’Intérieur annonçant des violences sociales?

La présence policière massive autour des manifestations de salariés ces derniers jours leur a-t-elle fait oublier l’image de ce jeune ouvrier en CDD d’Arcelor Mittal en Belgique, le visage ensanglanté, l’œil crevé par un tir policier?


L’agitation des peurs à l’égard des mouvements sociaux n’honore pas Manuel Valls, qui s’obstine à préférer Clemenceau qui pratiqua de féroces répressions sociales plutôt que Jaurès qui mettait son intelligence et son courage au service des verriers de Carmaux, des viticulteurs du Midi ou des mineurs de Montceau-les-Mines.

Il devrait méditer cet avertissement d’Albert Camus dansles Justes: «On commence par vouloir la justice et on finit par organiser une police»

Il était pourtant facile de discerner d’où venait la violence dans la journée d’hier, alors qu’un chômeur en fin de droits s’immolait par le feu à Nantes, devant l’agence de Pôle emploi où son dossier d’allocation avait été rejeté.

On cherchera – et on trouvera – les faiblesses qui ont pu conduire à ce geste.

Mais de quel côté se situent la cruauté et l’inhumanité?

Certains commentateurs, toujours prompts à présenter un jet d’œuf sur un PDG comme une atteinte à l’ordre, devraient se pencher un peu surles tragédies sociales.

Quant aux députés et aux sénateurs socialistes, PRG, EELV, ils ne peuvent se laisser «toucher par l’éternel sophisme qui, au nom de la liberté, consacre la perpétuité de la misère et destitue de tout droit les travailleurs épuisés par une vie de labeur», selon la formule du fondateur de l’Humanité.


Les parlementaires qui se sont fourvoyés ont l’occasion de se reprendre dans quelques jours.

 Le 27février, cette proposition de loi pourra être votéeen séance, de sorte que les travailleurs condamnésdans leur militantisme soient rétablis dans leurs droits.

 En appuyant ce texte, Christiane Taubira mettrait son crédit tout neuf, gagné de haute lutte dans la discussion du mariage pour tous, au service d’une cause qui a toujours séparé la gauche et la droite. «Cela constituerait enfin un premier signe positif en leur direction», estiment les sénateurs CRC. Un premier pas que bien d’autres pourraient suivre.

 

Editorial de Patrick Apel-Muller dans l'Humanté du 13 février.




 

Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 20:39

 Le 36e Congrès du PCF vient de s'achever. Certains n'auront retenu que la question (marginale) du marteau et de la faucille, d'autres les relations du PCF avec le PS. Ceux-là n'ont rien compris. Ce sont les mêmes qui, depuis des années, prenant peut-être leurs rêves pour des réalités, annoncent régulièrement la mort du PCF.

Et pourtant on est toujours là !
Dans l'édito ci-dessous de notre camarade Hervé Bramy; il est question de l'actualité du PCF mais aussi de son avenir....
 
bramy--1-.jpg
"Le communisme reste plus que jamais d’une vibrante actualité. Les citoyens constatent au quotidien que la société dans laquelle ils vivent est bloquée, à l’arrêt, ne permet pas de saisir les évolutions et les progrès humains à la hauteur des possibilités qu’offre la période. Ils sentent bien qu’on empêche la société d'aller de l'avant.
Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche