Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 08:30

A quelques jours du 36e Congrès du PCF, Gilles Alfonsi pour "Cerises" a interviewé Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF. Les questions et les réponses sont à découvrir ci-dessous. Au sommaire la politique gouvernementale, la stratégie du PCF, les enjeux du Congrès, le Front de Gauche et le communisme du XXIe siècle.

 

Questions de « Cerises » : Quelle est votre analyse de la politique gouvernementale ?

 

Réponse de Pierre Laurent : Le peuple français a majoritairement chassé Sarkozy mais la politique du gouvernement ne marque pas de rupture dans le domaine économique et social avec les logiques libérales appliquées précédemment. Grâce à la mobilisation citoyenne, le mariage pour tous est la première vraie avancée. Les trois axes principaux de cette politique, à savoir l’acceptation sans condition du traité européen, la compétitivité et la flexsécurité ‘‘made in MEDEF’’ poursuivent et aggravent la casse des droits sociaux et de ceux du travail propre à notre pays. Cette politique ne va pas seulement à l’encontre des valeurs de la gauche, elle nous conduit dans le mur. Elle ne peut permettre de sortir de la crise. La récession qui concerne déjà huit pays européens nous guette comme elle guette l’Allemagne par contagion.

 

Q : Quelles conséquences stratégiques en tirez-vous ?

 

R : Nous voulons être utiles à nos concitoyens, à notre pays, à l’Europe, à la gauche toute entière. C’est la politique du gouvernement qui tourne le dos à la volonté majoritaire qui a permis la victoire

de la gauche. Il faut donc mettre cette majorité en mouvement, faire entendre sa voix et empêcher ainsi l’OPA du MEDEF sur toute politique publique. C’est en 2013 qu’il faut obtenir une réorientation

de la politique nationale. Il y a urgence. La campagne ‘‘Une alternative à l’austérité, c’est possible !’’ est faite pour cela. Elle doit être ouverte à toutes celles et tous ceux qui à gauche, au delà du

Front de gauche lui-même, souhaitent un changement d’orientation. Elle doit chercher les voix de la convergence dans l’action avec le mouvement social dans le respect de la responsabilité de chacun. Le Front de gauche porte une alternative de gauche à cette politique, il doit travailler au rassemblement d’une majorité possible autour de ces choix alternatifs.6954607406_0fc1992164.jpg

 

Q : Quels sont les principaux enjeux de votre congrès ?

 

R : Nous unir pour être plus efficaces, plus inventifs, plus utiles à toutes ces femmes et ces hommes qui ne supportent plus la crise actuelle. Plus ça va, plus le système ne connaît qu’une seule loi, celle du fric, de la finance, alors qu’il faudrait consacrer toutes les richesses à redresser le pays. Regardez le MEDEF, les agences de notations, ils en demandent toujours plus. Et le gouvernement, au lieu de les combattre, va au devant de leurs désirs. Notre congrès doit avoir un objectif : mobiliser les forces nécessaires, et elles existent dans le pays, pour obtenir un changement de cap de la politique gouvernementale, avec le Front de gauche et au-delà avec toutes les forces disponibles. Plus fondamentalement, nous voulons montrer l’actualité de notre engagement communiste pour reprendre le chemin du progrès humain. Nous avons changé d’époque ; nous devons démontrer que les communistes aussi.

 

Q : Où en est le Front de gauche selon vous ? Quelles sont ses perspectives ?

 

R : Le Front de gauche s’est renforcé dans un combat politique de haut niveau sur la base d’un choix de société. C’est pour cela qu’il rassemble à la fois neuf organisations politiques et des citoyennes

qui s’investissent en politique à partir de leur engagement associatif ou syndical. Ce côté ‘‘non partisan’’ au sens où il ne défend pas de chapelle mais une volonté de transformation sociale est

essentiel à son développement. Il doit rester un mouvement avec des formes d’organisation souples, collégiales, respectant la diversité de ses composantes dont l’originalité de chacune fait sa force

collective. Il doit être un outil au service de l’ensemble de notre société en cherchant toujours plus à pousser le curseur de la gauche tout entière le plus à gauche possible. Il doit inventer de nouvelles

formes de démocratie en plaçant les citoyennes et les citoyens qui sont les

vrais révolutionnaires de notre pays, au coeur de la réflexion comme de l’action.

 

Q : Qu’en est-il des réflexions du PCF sur le communisme ?

 

R : Le système capitaliste en crise contrarie en permanence les aspirations d’une société et d’un monde meilleurs. Il ne s’agit pas de proposer le paradis sur terre, mais entre l’enfer capitaliste et un paradis imaginaire, il y a un chemin et ce chemin c’est celui qui remet l’humain au centre de la société et de son développement, celui où de nouveaux modes de production, par exemple, allient développement industriel et préservation de la planète au service des besoins sociaux, culturels

et écologiques ; c’est l’invention d’une démocratie réelle comme levier de tout changement où l’égalité entre femmes et hommes est au service de l’émancipation, et cela dans tous les domaines, du lieu de travail au lieu de vie ; c’est la mobilisation de toute la société pour imaginer, créer, inventer, expérimenter ; enfin, c’est faire de la coopération et de la solidarité des individus et des peuples les moyens d’une nouvelle ère de civilisation. Oui, nous sommes entrés dans un communisme de nouvelle génération. 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 23:00
Le mois de janvier qui vient de s'écouler a vu la liste des entreprises qui licencient ou veulent licencier prochainement s'allonger encore et toujours. On en connait seulement les plus connues à savoir les Arcelor, 3 Suisses, PSA, Pilpa, Goodyear,  Sanofi, Crédit agricole, Renault mais il y en a bien plus malheureusement. Ces jours derniers certains des salariés de ces entreprises se sont rencontrés à Paris pour soutenir les Virgin. Dans quelques jours les parlementaires du Front de Gauche vont re-déposer une loi contre les licenciements boursiers mais aussi ceux fondés sur des motifs économiques qui n'en sont pas. On verra alors si les parlementaires socialistes et de la majorité Hollande-Ayrault la votent. Il faut savoir qu'ils l'avaient votée quand la Gauche était dans l'opposition au Sénat l'année dernière. Maintenant qu'ils ont la majorité,  de les élus socialistes soutiendront-ils l'initiative des parlementaires du FrontGauche en prenant le parti des salariés ou donneront-il un blanc-seing aux patrons ?                 

 

Dans la vidéo ci-dessus, Pierre Laurent évoque la prochaine loi déposée par les élus Front de Gauche.                                       
Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 10:22

Mariage pour tous, droit de vote des étrangers... mais aussi hausse du chômage et contrats de compétitivité, les communistes réagissent... Tous ces points sont repris et commentés par Pierre Laurent secrétaire national du PCF dans la vidéo ci-dessous issue d'une inteview à la chaîne TV 5 Monde.

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Déclarations d'élus communistes
commenter cet article
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:10

En vue d’un accord électoral le PS exige du PCF qu’il vote les textes du gouvernement présentés au parlement.
Luc Carvounas secrétaire national du PS chargé des relations extérieures menace. Une circulaire va prochainement être adressée aux cadre du PS relayant un mot d’ordre « pas d’accord avec les partenaires de gauche aux municipales de 2014 tant qu’ils (dont le PCF) n’ont pas clarifié leur ligne » rapporte l’édition d’hier du journal du dimanche.
Un chantage pour obliger les communistes à donner une majorité au Sénat, au gouvernement qui n’en a pas sans eux commente Luc Carvounas.
Oui nous refusons de cautionner des mesures qui vont à l’encontre des intérêts de notre peuple. Rassembler la gauche ne peut pas consister à la mettre au pas derrière une orientation politique qui fait débat à gauche, jusque dans les rangs du PS.municipales-copie-1.jpg
La question essentielle aujourd’hui n’est pas les municipales, mais celle du changement sur le front de l’emploi et du pouvoir d’achat.
Face à la droite et l’extrême droite qui rêvent de revanche le PCF ne cessera d’oeuvrer pour un large rassemblement, pour redonner de l’espoir à partir de contenus politiques vraiment de gauche.
Comme le fait remarquer Francis Parny (PCF) « il n’y a pas que les maires communistes qui ont intérêt à la poursuite d’une gestion au service de la population. C'est aussi l'interet des maires socialistes. 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Billet d'humeur
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 14:11

Vendredi 25 et Samedi 26 janvier s’est tenue à Alès, dans le cadre de notre congrès notre conférence départementale gardoise du PCF.

Ce sont près de 90 délégués qui, sur ces deux jours, ont débattu et amendé le texte de la base commune ainsi que  nos statuts. Des débats riches, parfois passionnés, mais toujours dans le respect de chacun, de nos différences.

Un nouveau Comité Départemental a été élu. Les objectifs fixés par l’exécutif sortant ont été atteints à savoir renouvellement (48 % de nouvelles et nouveaux camarades siègeront au CD) ; rajeunissement (15 camarades ont moins de 36 ans (29% du CD) dont 9 moins de 26 ans) ; parité hommes femmes (26 hommes 26 femmes). A noter que la benjamine du Comité Départemental est notre camarade du Gard Rhodanien Léa Comushian, 19 ans, de la cellule des Angles/Villeneuve.

La conférence a débattu sur le fonctionnement du parti. 2013 étant une année sans élection, c’est le moment de regarder de près notre fonctionnement, nos structures, nos adhérents.

Deux axes nous semblent prioritaires

1)      La formation des militants : stage d’accueil des nouveaux adhérents, formation « école de section », formation animateurs de cellule de section.

2)      La bataille financière.

Comme le souhaitaient nombre d’adhérents, la proposition de répartition des cotisations en trois tiers a été repoussée pour garder la règle des 4 quarts (cellule, section, fédération, nationale).

Ce compte-rendu ne reflète pas de toute la richesse de nos débats, mais il en reprend quelques grands axes de la discussion. Le Congrès national qui se tiendra au mois de février prochain sera l’occasion de poursuivre la réflexion.

Ci-dessous le nouveau comité départemental :

Les 26 femmes sont dans l’ordre alphabétique : Bord Cathy, Breysse Claudette, Cheret Michèle, Chhiv Ly ly, Combis Danièle, Comushian Léa, Coste Julie, Davoust Josiane, Desbonnet Delabarre Arlette, Fayet Sylvette, Ferretti Françoise, Garcia Odette, Gay Lucienne, Gayraud Martine, Jouve-Munoz Christine, Lauron Fabienne, Malplat Chloé, Martin Catherine, Nivelle Marie-Claude, Pafundi Denise, Peron Coralie, Ratier Evelyne, Sarda Marie-Laure, Seguy Patricia, Thiebault Florence, Vilamir Jacqueline.

Les 26 hommes sont dans l’ordre alphabétique : André Sylvain, Bastid Christian, Bastide Ludovic, Bouget Vincent, Cabanias Manuel, Ciecko …, Clément Bernard,  Croizier Francies, Deschamps Frédéric, Di Francesco Giovanni, Félix Bernard, Gaini David, Garcia Paul, Idri Eddy, Lafut Patrice, Lavinia Samuel, Migliore Sébastien, Penaroyas Florian, Perrod Alain, Pujalte Anthony, Rieu Bernard, Suau Jean-Michel, Thombrau Daniel, Tortey Michel, Truddaiu Pietro.

vallabrix 2012 001Martine Gayraud, Marie-Laure Sarda, Bernard Rieu siègeront dans le comité départemental gardois du PCF tout comme Léa Comushian et Michel Tortey du Gard Rhodanien.

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Congrès: débattons!
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 23:00

 

Dans le cadre de la refondation de l'école, le gouvernement veut mettre en place une réforme des rythmes scolaires. Mais s'agit-il de favoriser la réussite de tous les enfants, ou de faire de nouvelles économies sur le dos de l'école en transférant une partie des missions du service public vers les collectivités locales ?


Du temps pour apprendre !

 

Avec la suppression du samedi matin et la baisse dramatique du taux de scolarisation des 2-3 ans, toute une génération d'enfants à perdu l'équivalent de deux ans de scolarité sur  l'ensemble de la primaire. Des programmes trop chargés, la multiplication des disciplines ont obligé les enseignants à faire toujours plus avec toujours moins de temps. Ils ont été contraints à un choix impossible : tout enseigner à une petite partie des enfants, ou n'enseigner qu'une partie des contenus à tous les enfants. C'est ainsi qu'ils se sont parfois sentis individuellement responsables de l'échec du système.

Il est urgent de renverser la tendance. Dans une société où les savoirs jouent un rôle de plus en plus important, il y a besoin de plus de temps pour faire réussir  tous les enfants. Plus de temps aussi pour que les enseignants puissent faire évoluer leurs pratiques, se former et travailler en équipe. Plus de temps enfin pour que parents et enseignants puissent se rencontrer et échanger.


Plus d’école pour tous !

Le service public de l’éducation nationale doit prendre en charge tous les apprentissages nécessaires pour réussir l’école: il faut en finir avec la délégation aux familles, aux collectivités locales ou au cours privés.

Diminuer le temps passé à l’école, c’est aggraver les inégalités entre ceux qui pourront bénéficier de cours ou d’activités après l’école et les autres. Au contraire, pour apprendre à tous des savoirs plus complexes, il faut du temps.  


C'est pourquoi il est nécessaire d'allonger la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, et de garantir le droit à la scolarité dès 2ans pour les familles qui le souhaitent.

C'est pourquoi il faut prévoir du temps dans le service des enseignants pour se former, se concerter et faire évoluer leurs pratiques. C'est pourquoi il faut prévoir du temps et des lieux pour que les familles puissent rencontrer les équipes éducatives.

La réforme des rythmes scolaires annoncée par le gouvernement ne va malheureusement pas dans ce sens.

Au lieu d'allonger le temps scolaire, elle réduit le temps pris en charge par le service public d'éducation nationale et délègue une partie de ses missions aux collectivités locales.

 Le risque est grand de voir les inégalités entre les territoires s'accroître. En fonction des ressources et des choix politiques des collectivités, les enfants n'auront pas droit à la même éducation partout. Ce n'est pas ainsi que l'on refonde l'école de la République et que l'on construit la culture commune nécessaire au vivre ensemble!

Au delà de la réforme des rythmes, l'acte III de la décentralisation, qui transfère aux régions la responsabilité de l'orientation et de l'enseignement professionnel, marque une nouvelle étape du désengagement de l'Etat dans l'éducation. Il est temps d'en finir avec la mise en concurrence des territoires et des établissements. L'éducation doit redevenir un service public national. Il faut recruter des enseignants et des personnels sous statut de la fonction publique d'État et assurer le même accès à l'éducation pour tous, partout.

 

Pas de reforme de l'école sans les enseignants !

 

 Pour les communistes  et élus la reforme des rythmes ne peut être appliquée sans une large concertation avec les enseignants.

Le PCF invite les enseignants, les personnels, les parents et tous les citoyens à participer aux assemblées et aux débats sur l'école.

Construisons ensemble la réforme dont l'école a besoin !

 

L'Education doit rester un

service public national ! 

 


 

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 08:17

La campagne du Front de Gauche "l'alternative à l'austérité c'est possible !" vient d'être lancée. Le meeting de Metz qui s'est tenue a été une occasion de faire entendre nos propositions alternatives. Ceci est d'autant plus nécessaire que, même le FMI vient de reconnaître qu'il avait fait une erreur dans ses calculs et que ça aggrave la crise ! On croit rêver.

 

En effet le directeur de la recherche du FMI reconnait, dans un rapport rendu public en janvier, une erreur monumentale  de calcul ! Le principal bailleur de fonds de la planète vient d'admettre sa faute : il a gravement sous-estimé les effets néfastes des cures d'austérité qu'il préconise. "Simple erreur de calcul", dit-il, mais dont les conséquences sont dévastatrices.

Olivier Blanchard, l'une des sommités économiques les plus renommées au monde, admet noir sur blanc, dans un rapport de 43 pages rendu public le 3 janvier dernier, que le FMI s'est trompé sur toute la ligne. Et la faute provient d'une simple erreur de calcul ! ...austerite-dessin-humoristique.JPG

Or, devinez quoi : les tenants de la rigueur continuent à faire comme si de rien n'était...

En effet, les médias, les pseudos experts et, plus graves, les politiques ne se sont pas empressés de "corriger le tir" ! Ils continuent à préconiser des remèdes de médecins de Molière, sans tenir compte de ce rapport ! Incapacité sans doute de reconnaître qu'ils se sont trompés et se trompent sur toute la ligne ! Ils continuent, Hollande en tête, à prescrire des mesures drastiques qui étranglent inexorablement les peuples et amènent les états au bord du gouffre, augmentent le chômage de masse, etc.

Or, il apparaît dans le rapport du FMI que ce sont ces mesures qui aggravent la crise et mettent à genoux les pays qui y sont soumis.

 

Clémentine Autain (lors du meeting de Metz) dans son discours évoque, elle-aussi, l'alternative à l'austérité. Vidéo ci-dessous.

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 18:22

Le Front de gauche a lancé sa "campagne contre l'austérité"ce mercredi soir lors d'un meeting à Metz, au côté des salariés en lutte d'ArcelorMitall, Florange, Virgin ou Sanofi.

Arrivés en tenue de travail argentée et casque doré sur la tête, les sidérugistes d'Arcelor Mittal de Florange ont rejoint la scène sur la musique "on lâche rien" du groupe HK et les saltimbanques, musique de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Le matin, ils étaient à Paris où ils ont tenté de s'enchaîner aux portes de Matignon avant d'être reçus au siège du PS par le premier secrétaire Harlem Désir et à l'Elysée par un conseiller de François Hollande.

Des salariés de Florange, Gandrange, Virgin et Sanofi ont témoigné et offert un casque à Jean-Luc Mélenchon à qui revenait la tâche d'ouvrir le lancement de la "campagne contre l'austérité", avant les interventions des leaders des autres composantes du mouvement: Myriam Martin (GA), Christian Picquet (GU), Clémentine Autain (FASE) et Pierre Laurent (PCF)

"Inutile d'essayer de nous diviser"

"Ne croyez pas que ce soit une campagne dans laquelle le Front de gauche se substituerait à l'action syndicale, la campagne contre l'austérité c'est la campagne pour les droits des peuples à vivre (...) et pas seulement survivre. (...) Nous sommes prêts à tout moment à relever le défi qui consisterait à diriger ce pays sur d'autres bases", a rappelé en premier Jean-Luc Mélenchon.

"Il est inutile de nous menacer, d'essayer de nous diviser", a prévenu Jean-Luc Mélenchon qui s'est attiré les foudres du PS mercredi matin en déclarant dans la presse que dans le couple franco-allemand, la chancelière allemande Angela "Merkel tient le guidon et "Hollande pédale". "A bas l'odieux chantage quand j'entends dire "vous misez sur l'échec" (...) c'est le contraire, c'est parce que nous refusons l'échec que nous faisons les propositions que nous faisons. Mais nous avons brisé le cercle vicieux qui voulait que nous approuvions le béret à la main ce qui nous est proposé. (...) Nous n'attendrons pas 2017, il y aura la lutte tous les jours avec les syndicats et il y aura les élections. En 2014 il y aura les rendez-vous avec l'Europe", a prévenu le co-président du Parti de gauche.

"Changer le paysage politique"

"En ce début de l'année 2013 il y a une force, celle du FG qui vous dit "nous ne renonçons à rien, la résignation nous n'en voulons pas" (...) nous repartons à la bataille, nous repartons unis", a enchaîné Pierre Laurent qui clôturait la réunion. "Cette campagne une nouvelle fois va changer le paysage politique de ce pays", a-t-il assuré.

Le sénateurs communiste a également prévenu que "pour les parlementaires du Front de gauche, il n'(était) pas question de transcrire dans la loi l'accord" avec le Medef. "Nous irons à ce débat avec des propositions: interdiction des licenciements boursiers, droit de veto pour le CE, taxation des CDD, un plafond maximum de 5% d'emplois précaires..."

Un autre meeting est prévu le 13 février à Rouen, non loin de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne. Le FG est aussi séduit par l'idée de mettre en place des "marches" et veut par ailleurs "redynamiser ses assemblées citoyennes".

Ci-dessous le discours de Pierre Laurent à ce meeting.

 

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans FRONT DE GAUCHE
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 17:54

Notre camarade du Gard Rhodanien Victor Gastal vient de décéder à l'âge de 82 ans. Ses obsèques ont eu lieu ce jeudi 24 janvier 2013.

Salarié à Marcoule, il fut un communiste jusqu'à la dernière heure. Ses camarades l'ont accompagné aujourd'hui entourant sa famille pour laquelle nous avons une pensée.

Il a rejoint son épouse qui fut, elle-aussi investi au PCF.

Présent aux nombreuses initiatives de la section Gard Rhodanien, Victor était aussi toujours mobilisé pour les rassemblements syndicaux. Le 1er mai était un rendez-vous incontournable.

Un hommage lui a été rendu au crématorium d'Orange ce jour, les communistes qui ont gardé de bons souvenirs de ce camarade ont tenu à être là. Laurette Bastaroli qui avait travaillé et milité avec Victor à Marcoule a voulu se souvenir de "sa nature généreuse et opiniâtre". Chacun s'est remémoré le caractère bon enfant de Victor, son sourire, son amabilité.

manif 16 oct 2Lors des mobilisations contre la réforme des retraites sous la présidence Sarkozy, Victor (ici en bleu au bras de sa fille) venait grossir les rangs des manifestants.

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans nécrologie
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 07:14

 

Martine Billard et Pierre Laurent et les représentants des autres composantes du Front de Gauche ont lancé mardi 15 janvier à Paris la campagne du Front de Gauche contre l’austérité. 
Elle va s’étendre sur plusieurs mois. Son objectif est à la fois de dire notre opposition à la politique de gouvernement et de montrer que le Front de Gauche dispose d’un programme alternatif à travers des mesures qu’un gouvernement, décidé à rompre avec les logiques financières et productivistes, devrait mettre en place. 
Le 23 janvier cette campagne démarrera sur le thème de l’emploi à Metz. Ce meeting d’ouverture mettra en évidence nos propositions sur l’emploi et le soutien que nous accordons aux salaries du groupe Arcelor-Mittal dont une grosse délégation viendra sur la tribune. Jean-Luc Mélenchon ouvrira le meeting où interviendront plusieurs responsables des partis du Front de Gauche dont Pierre Laurent. http://www.francetvinfo.fr/image/74ra8ih9b-d178/570/320/618535.jpg
Mardi 15 ont été présentés les documents sur laquelle la campagne s’appuiera : un texte "cadre" qui en donne l’orientation et 25 mesures (10 pour montrer que nous savons où trouver les moyens financiers, 15 que nous savons comment les utiliser) travaillées par les économistes et la coordination nationale du Front de Gauche.
Les assemblées citoyennes et les composantes du Front de Gauche sont appelées à se mobiliser pour populariser ces mesures sous forme de réunions, meeting mais surtout en se tournant vers la population. Le Front de Gauche propose ainsi l’organisation de marches départementales pour l’alternative à l’austérité partout en France.  Affiches, tracts, kit militant seront proposés à cette fin dans les jours à venir.

"Le changement ? Il va falloir que les citoyens s'en mèlent.
Un édito de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
 
Oui, « l'alternative à l'austérité est possible », le thème de cette campagne, sera le point de ralliement de toutes celles et de tous ceux qui ne renoncent pas au changement.
Les parlementaires de nos deux groupes, nos élus de toutes collectivités, joueront à nouveau un rôle important. Ils sont mobilisés à fond pour faire entendre ces propositions. Ils sont disponibles à tout moment pour des pas en avant. Je tiens ici à rendre hommage à leur action déterminée, à la clarté de leurs choix, comme à leur esprit de rassemblement et d'ouverture.
Nous lancerons la campagne du Front de gauche lors d'une conférence de presse demain et le premier meeting national de cette campagne aura lieu à Metz le 23 janvier, en présence de tous les dirigeants du Front de gauche, au cœur de cette Lorraine industrielle et sidérurgique qui lutte pour le redressement productif de notre pays. 
Et, nous en sommes fiers, ce sont les sidérurgistes de Florange, en présence de nombreux syndicalistes de la région, qui ouvriront ce beau meeting. Ce sera un magnifique signal de départ de notre campagne.
J'en suis, et le PCF en est, très heureux. J'avais lancé mi-novembre l'appel à construire cette campagne. Tout est fin prêt aujourd'hui. 
Nous allons une nouvelle fois pouvoir remettre en marche et en confiance toutes les forces de changement et d'alternative de ce pays sans lesquelles la gauche ne peut pas avancer.
Le Front de gauche repart donc uni, rassemblé, plus déterminé que jamais, dans une nouvelle année 2013 de luttes, de résistances, de propositions, d'alternatives. 
Au Front de gauche, Monsieur Cahuzac, personne n'est seul. Nous sommes ensemble parce que face aux puissants de la finance l'unité est notre force. Vous n'avez peut-être jamais cru à la lutte des classes. Nous, nous voyons tous les jours qu'elle existe bel et bien.
Nous n'entendons surtout pas dans cette campagne camper sur les lignes de crête établies au terme de la campagne présidentielle. Nous n'avons qu'un seul objectif : servir la France, la sortir de la crise, être utiles à des réponses conformes à l'intérêt général. Il nous faut donc rassembler encore et toujours.
De très nombreux citoyens, partisans du changement au printemps dernier, et quel qu'ait été leur vote, leurs a-priori plus ou moins positifs, ou plus ou moins sceptiques, sur les engagements de chef de l'État, en font aujourd'hui le constat : sans leur mobilisation convergente, rien de positif ne se fera.
Nous devons donc dialoguer et travailler tout azimut. Voilà pourquoi j'ai répondu en décembre à l'invitation de mes amis socialistes de Gauche Avenir et je compte bien poursuivre le travail en commun. 
Voilà pourquoi je dialogue avec mes amis écologistes sur le sens qu'il convient de donner à une politique de transition énergétique.  
Voilà pourquoi j'ai agi à la région Ile de France avec mon groupe Front de gauche pour voter avec tous les élus de gauche une résolution qui demande solennellement à l'État à la veille du nouvel acte de la décentralisation, la compensation de toutes les charges nettes issues de l'acte II de la décentralisation, la progression des dotations de l'État pour faire face aux nouveaux transferts de charges, l'inscription par l'État des ressources nécessaires à la réalisation du Grand Paris Express, un taux de TVA à 5% sur le logement social, les rénovations de logements et les transports publics.  
Oui, le combat doit se mener tout azimut.
Oui, aucune occasion ne sera jamais négligée par nous de faire progresser dans le sens du progrès social les solutions à la crise. 
Oui,il est possible de faire bouger les lignes du débat à gauche si les citoyens pèsent de tout leurs poids dans ce débat. 
Oui, il est possible de faire grandir une politique de gauche alternative aux logiques d'austérité actuelle et de rassembler autour d'elle jusqu'à la rendre majoritaire.
Nous n'opposons aucune de ces dimensions de la bataille. Le PCF, le Front de gauche entendent bien être les fers de lance de ce travail de rassemblement en 2013. 
Notre campagne nationale sera une très grande campagne du rassemblement à gauche, pour des solutions de gauche à la crise, contre les impasses de l'austérité et les régressions de la compétitivité patronale.
Au niveau du département du Gard c'est à Nîmes que cette semaine le Jeudi 24 janvier à 18 h à la salle Toro Loco (15 rue Benoit Malon) que le Front de Gauche présentera ses voeux sur le thème de l'alternative à l'austérité en présence de Martine Gayraud secrétaire fédérale du PCF, de Katy Laurent et Charles Menard responsables départementaux du PG, d'Agathe Pibarot de la Gauche Alternative et de Jany Arneguy des Alternatifs.
D'autres initiatives locales (et notamment dans le Gard Rhodanien) suivront dans les semaines à venir.
Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche