Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 09:15

François Hollande a brisé plusieurs tabous socialistes mardi soir lors de ses voeux aux Français pour affirmer clairement une ligne politique sociale-démocrate sinon sociale-libérale, au grand dam de la gauche de gauche qui a immédiatement dénoncé une politique de droite.

Baisses des charges et allègement des contraintes administratives pesant sur les entreprises, programme d’économies n’épargnant ni les collectivités locales ni les «abus» et les «excès» de la protection sociale, impôts «trop lourds»...

«Les masques sont complètement tombés: Hollande enfonce le clou de son orientation sociale-libérale», analyse Jérôme Fourquet (Ifop) qui relève un tournant rhétorique sinon politique.

«Faire mieux avec moins, c’est typiquement ce que la droite disait concernant la fonction publique et que la gauche critiquait en soutenant les fonctionnaires et en demandant plus de moyens», souligne le politologue.

Pour lui, le président Hollande a «touché au coeur nucléaire» de la doxa socialiste en promettant de «serrer la vis aux fonctionnaires et aux élus locaux et en faisant de la restauration des marges des entreprises une priorité».

L’explication, selon Jérôme Fourquet: «avec un chômage qui ne baisse pas aussi rapidement que prévu et un écart qui se creuse avec l’économie allemande, Hollande est condamné à appuyer sur l’accélérateur des réformes pour recoller à marche forcée au peloton de tête».

Depuis plusieurs mois, le chef de l’Etat l’exprime en filigrane: une politique de gauche est d’abord une politique pour l’emploi qui passe par une restauration des marges des entreprises françaises, parmi les plus faibles d’Europe, la réduction du coût du travail et des économies budgétaires.

Inflexion, tournant ou rupture ?

«Le progrès, c’est aussi de faire dans les moments difficiles des choix courageux pour préserver l’emploi, pour anticiper les mutations industrielles et c’est ce qu’a fait Gerhard Schröder, ici, en Allemagne», déclarait-il, lors des célébrations des 150 ans du parti social-démocrate allemand (SPD) à Leipzig, en mai dernier, au risque de prendre sa majorité à contre-pied.

Autre exemple: lundi, en déplacement à Ryad, le chef de l’Etat a pris «l’engagement», devant des chefs d’entreprise français et saoudiens, d’assurer une «stabilité fiscale» aux entreprises.

Si bien que «le pacte de responsabilité» pour les entreprises comprenant des baisses de charges, des réductions des contraintes en contrepartie d’emploi , annoncé par François Hollande mardi soir, a été accueilli favorablement mercredi par le Medef, la plus grande organisation patronale de France.

A l’inverse, le PCF a dénoncé l’intervention d’un président sourd «aux difficultés des Français»

«Le seul objectif dont il se déclare +personnellement garant+ c’est moins de dépenses publiques, c’est à dire moins de services publics de l’Etat, moins d’investissements publics des collectivités locales, moins de remboursements et de prestations de la Sécurité sociale», a dénoncé le parti, sentant une inflexion de la politique suivie.

Plus qu’un tournant ou une rupture, Brice Teinturier (Ipsos) voit plutôt dans les voeux présidentiels une «ligne qui se dessine de plus en plus» avec l’affirmation de «l’importance des entreprises dans la création d’emplois marchands», une «sorte de socialisme de l’offre».

Sur la forme, le politologue a noté la «volonté de remettre de la présidentialité» dans cet exercice avec l’image du président en incrustation sur celle de l’Elysée mais aussi une expression «moins figée». L’absence de toute mention du Premier ministre tout comme l’usage du «je» --«J’assumerai, moi-même...»-- relèvent selon lui d’une «volonté d’affirmation d’une autorité présidentielle plus forte».

Stéphane Rozès, président du cabinet CAP, est sur la même ligne. «François Hollande énonce plus clairement la cohérence de l’action menée par le gouvernement, assumant une ligne sociale-démocrate», analyse-t-il.

Jugeant la prestation du chef de l’Etat «réussie», il fait valoir que si «ses dernières interventions étaient apparues très décousues, techniques et économiques, cette fois, il remet en perspective l’année écoulée et s’inscrit dans le long terme».

Pour les Français, souligne Stéphane Rozès, «le seul sujet, c’est de savoir s’il est possible de préserver leur modèle social, ce qu’ils sont dans le monde tel qu’il est». Et si le président y a répondu en traçant une «ligne harmonique» de son action mardi soir, estime-t-il en substance, «la grande explication» est attendue le 14 janvier quand il tiendra sa grande conférence de presse semestrielle.

Comme le dit Patrick le Hyaric dans ses voeux : "Vivre mieux sur la planète n’a jamais été aussi possible. Et pourtant, cela apparaît comme inaccessible pour l’immense majorité tant ce pouvoir, comme l’a encore fait le Président de la République lors de ses vœux, ne fait que réciter et mettre en œuvre les directives européennes qui nous mènent dans le mur. Seule la nouvelle  caste des 500 familles qui accaparent près de 20% des richesses produites y trouve son compte. Et, il a annoncé qu’il allait encore la servir ! Voilà, le grand problème !"

2014 commence donc très mal et le Président de la République française envoie de très mauvais signes !

d'après l'AFP

 

Repost0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 00:36

Les chiffres mensuels du chômage viennent de tomber et... ils sont mauvais. Pourtant le ministre Sapin et le président Hollande continuent à affirmer que leur politique porte ses fruits !

Le gouvernement persiste à affirmer malgré les mauvais chiffres que "l’inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013". Des "stratégies de communication bien dérisoires" estime le PCF. Pour le PG, "l’explosion des plans sociaux est un indicateur plus performant que la propagande du gouvernement."

"Contrairement aux annonces, l'inversion de la courbe du chômage ne sera pas pour ce mois de novembre. Avec 4.876.100 chômeurs inscrits à Pôle-Emploi (5.174.300 Dom inclus), le nombre total de chômeurs a continué d'augmenter", a réagit ce vendredi le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles. "Face à une réalité implacable, incontestable, celle d'un chômage de masse qui détruit la vie de millions de personnes et de familles, les stratégies de communication apparaissent (...) bien dérisoires. Comment parler (d'inversion de la courbe du chômage) quand on enregistre une hausse en novembre du nombre de demandeurs d'emploi ?", se désole Olivier Dartigolles. Le chômage est "la conséquence directe d'une politique régressive au nom de l'austérité et de la compétitivité, avec une saignée sans précédent dans la dépense publique et sociale." "Il n'y a aucune fatalité à une impuissance face au chômage, à un traitement à la marge, à des communiqués élyséens et ministériels déconnectés des réalités. La solution passe par une grande politique de relance, en France et en Europe, par l'emploi et les salaires".

 Même condamnation du côté de Martine Billard, co-présidente du PG. "Ainsi donc le gouvernement se réjouit que le chômage augmente moins vite en cette fin d’année qu’à son début ! […] Le chômage n’est pas soluble dans les vœux pieux d’un réveillon. Les faits sont en effet têtus. Ils disent le mensonge d’un pouvoir dont la politique d’austérité et de l’offre pénalise l’activité économique du pays. L’explosion des plans sociaux (+14 % par rapport à la même période il y a un an) est malheureusement un indicateur plus performant que la propagande du gouvernement."

La CGT rappelle que des négociations sur l’assurance chômage vont s’ouvrir début 2014. Le patronnât fait pression pour éviter toute hausse de cotisation malgré la hausse de Français privés d’emploi. "Ces négociations débuteront le 17 janvier 2014. La CGT mettra tout en œuvre pour que les demandeurs d’emploi ne soient pas les dindons de la farce ; une autre répartition des richesses est indispensable. Pour l’imposer, la CGT appellent les salaries a se mobiliser le 6 février lors de la journée d’action interprofessionnelle pour l’emploi, les salaires, la protection sociale et les services publics."

d'après le journal l'Humanité.

Repost0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 00:28

Une tradition est maintenant bien installée ce sont les voeux parodiques du PCF en vidéo. On peut dire des choses très sérieuses en pratiquant l'humour. Une fois encore ce petit clip en est l'illustration.

L'année 2013 avec un gouvernement "Canada dry" (c'est à dire, comme disait la pub autrefois, ça a la couleur de la gauche, ça a le nom de la gauche mais ce n'est pas vraiment la gauche) il y a de quoi faire !

On espère de vrais changements en 2014 ! La vidéo est visible ci-dessous :

 
Les vœux du PCF pour 2014 par CN-PCF

Repost0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 06:50

TER manif Pont 9Alors que dans le Gard Rhodanien on travaille activement au retour du train sur la rive droite du Rhône, on reste attentif au service public de la SNCF dans le reste de la Région Languedoc-Roussillon.

Des contacts avec des associations d'usagers, des relais chez des cheminots communistes et la lecture de Midi-Libre (édition Lozère) nous apprennent que plusieurs arrêts qui avaient été supprimés sur le tracé du Translozérien seront rétablis.

Les explications fournies par le service des transports du Conseil régional du Languedoc-Roussillon, suite à l’intervention de Sophie Pantel (élue lozérienne à la Région), pour rétablir la desserte fine de la transversale lozérienne les vendredis et dimanches, fréquentée par les étudiants en fin de semaine, sont peu convaincantes.

D’après la Région, ce serait donc la SNCF qui aurait, à l’origine, imposé la suppression de certains arrêts à cause de quais trop courts pour recevoir les convois, dont la composition est effectivement renforcée, les vendredis et dimanches pour offrir une capacité accrue, vu la forte augmentation du trafic lors des migrations de fin de semaine. Pourtant, la Région semble opposée à cette décision et a demandé à la SNCF de faire machine arrière.

Comment se fait-il que la Région, autorité organisatrice des transports (AOT) ayant le pouvoir de décision et donc obligatoirement informée en amont de toute évolution de service, n’ait pas refusé la proposition de la SNCF dès les premières réunions de travail ? En effet, la machinerie lourde à déployer pour établir un service horaire annuel à la SNCF nécessite forcément une concertation préliminaire avec l’AOT plusieurs mois avant sa mise en application !

Satisfaction pour les usagers

Comment se fait-il que l’arrêt de Bagnols-Chadenet aurait continué, lui, à être desservi entre Mende et La Bastide alors que ceux d’Allenc, Belvezet et Chasseradès ne l’auraient plus été ? Si la vigilance des élus et défenseurs du réseau ferroviaire en Lozère n’était pas celle de tous les instants, l’affaire aurait été close. Mais heureusement, la Région Languedoc-Roussillon a su, pour une fois, réagir vite et efficacement, la SNCF ayant confirmé jeudi 19 décembre le prochain rétablissement des arrêts préalablement supprimés à Chasseradès, Belvezet et Allenc…Le principal, c’est donc que les usagers aient obtenu satisfaction. La SNCF fait machine arrière ; les arrêts sur le Translozèrien sont rétablis.

Moralités (comme on le disait dans les fables de notre enfance)

1) La mobilisation a payé. C'est encourageant pour ceux qui se battent sans relâche (notamment autour de notre camarade Laurette Bastaroli présidente de l'association des usagers TER-SNCF rive droite du Rhône).

2) La Région Languedoc-Roussillon (et ses élus) ne semble pas très active quand elle n'est pas secouée. C'est malheureusement un constat que l'on a pu faire en Gard Rhodanien où les élus (à l'exception des communistes) se font tirer l'oreille pour pousser le dossier du train.

3) Un petit message à l'attention des citoyens électeurs (sans faire de l'électoralisme), si vous voulez le retour effectif des trains de voyageurs dans le Gard Rhodanien (disparu depuis 1973 !), il conviendrait peut-être de vous mobiliser autour de ceux qui soutiennent vraiment le service public et s'activent sur ce dossier, plutôt que pour ceux qui disent qu'Edgard c'est bien suffisant ou encore que ce n'est pas possible ! 


Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 18:50

Ce samedi 21 décembre s'est tenu le dernier conseil municipal bagnolais de l'année. Un Conseil municipal relativement court  mais d'importance puisque c'était le vote du budget pour 2014.  Après l'approbation du compte rendu du conseil du 24/11/2012 … (c'est un peu lointain !!) vient  la 2ème décision budgétaire modificative de 2013 liée à des ajustements et des transferts vers l'Agglo représentant au total 0,23% du BP initial. 

C'est enfin le Budget primitif 2014 qui a animé les débats.

La présentation de cette question par l'adjointe aux finances puis soutenue par le Maire a été pour les oppositions de droite et leurs extrêmes l'occasion de reprises de leurs thèmes futiles et habituels (vidéo surveillance, containeurs poubelles qui brulent, etc.) sans remettre en cause le fond du volume et des choix de ce prévisionnel.

Le Maire a, entre autre, rappelé l'état (déficitaire) des finances locales en début de mandat.

 

Serge Rouquairol (UMP), actant le report des recettes potentielles sur la vente de terrain (l'Ancize), a rappelé que la réalité comptable serait lisible lors de l'arrêté des comptes administratifs

 

Pour le Groupe Communiste et Républicain, Laurent Castanier est ensuite intervenu :

 

Après avoir rappelé :

  • que nous sommes à moins de 3 mois des élections municipales
  • que ce sujet majeur ne se prêtait pas à surenchère électoraliste.
  • que les avis de notre groupe sont constants depuis le début du mandat
  • que nos divergences portent essentiellement sur le volume du budget qui met à terme en périls les priorités de répartition et qu'il doit donc s'apprécier dans un contexte de changement nécessaire.

 

Lors de notre débat d'orientation budgétaire, notre groupe a exprimé la crainte que notre Budget prévisionnel 2014, sous contraintes libérales, se traduise par "moins d'investissements ou moins de services, voir les deux" : nous y sommes !

"La déception et le mécontentement" débordent largement notre sensibilité politique. Bien éloignée d'un "pacte de confiance entre les collectivités et l'Etat", une large majorité d'élus de terrain manifeste ses désaccords avec ces choix régressifs.

Pour n'en citer qu'un - André Laignel (PS), 1er vice-Président de l'association des Maires de France, Président du Comité des finances locales, exprimait en présence de plusieurs Ministres : "entre 2013 et 2015 les collectivités perdront en cumulé 4,5 milliards de dotations. C'est sans précédent et nous craignons un effet de ciseau massif puisque nos charges vont augmenter aussi. Rien qu'en 2014, nous aurons 2 milliards de dépenses en plus entre les rythmes scolaires, la TVA, les cotisations retraites, … "  (j'ajouterai : la TGAP, l'écotaxe, etc.) Fort à propos, Il pointait : "les collectivités seront obligées de retenir leurs investissements, avec des impacts sur l'activité du pays".

Avec un fonctionnement en prévisionnel sous l'inflation et un investissement en recul de 14%, notre budget prévisionnel 2014 s'adapte aux dictats libéraux de réduction des Services et budgets publics. Ce n'est pas ce que souhaitent nos concitoyens.laurent_castanier.jpg

Une décennie de droite a plongé notre pays dans le déclin. Le gouvernement et la représentation nationale majoritaire actuels ont d'autant plus besoin d'être rappelés à leurs engagements vers un changement qui n'a que trop tardé.

L'érosion sans précédant des financements publics amplifie les déficiences en matière d'infrastructures, de services publics, d'emplois et de pouvoir d'achat.

Toutefois, nous considérons que ce BP préserve encore des priorités sociales, éducatives et collectives minimales plus que jamais nécessaires.

Coresponsable de la gestion municipale depuis 2008, nous en assumons pour partie le bilan.

Minoritaires au sein de la majorité choisie par les Bagnolais en 2010 et fidèle aux engagements, les élus communistes et républicains voteront ce budget prévisionnel 2014 dans l'objectif d'une transition au service de l'épanouissement humain.

Seul un changement de cap radicalement à Gauche, du pays et des collectivités, en donnera les moyens.

Le Maire a pris acte de nos divergences d'appréciations de la politique nationale …

Sans surprise, l'opposition s'est soit positionnée contre (droite) ou abstenue (FN).

  • Ont suivi les votes des budgets annexes (Assainissement, eau, caisse des écoles, zone d'activité) et la répartition des subventions aux associations, toutess adoptées à l'unanimité.
  • Une série de subventions à des associations sportives pour des événements particuliers,

 

  • puis à la MAS (maison des alternatives solidaires) pour la coparticipation à l'animation du Forum social local, cette question, exposée par Pierrette Pasquini lui a donné l'occasion de conclure la présentation magistralement par une citation de Nelson Mandela : " Tout ce qui est fait pour moi, sans moi est fait contre moi" 

 

  • La vente de l'avant dernier terrain de la zone d'activité de Berret.
  • L'adoption du principe d'une convention de maitrise d'ouvrage pour "la restructuration et l'extension de l'HEPDAP résidence le Bosquet". (Sujet particulièrement important !) Ces travaux devant revenir devant le Conseil (financement, etc.) pour la concrétisation du projet.

 

  • La dernière question a été l'adoption d'une convention de télétransmission des actes visant à simplifier et accélérer des opérations de contrôle budgétaire.

 

Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 18:48

Le décryptage des enjeux pour une fiscalité juste et efficace en 10  minutes chrono, avec les propositions du Front de gauche


Ep.22 - Révolution fiscale par CN-PCF pour une  révolution fiscale !

 

 

   Pour visionner les époques précédentes

cliquez ici pour accéder à la vidéothèque

 

visionner epoque précédente

 

Repost0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 18:31

Après une rencontre samedi dernier pour travailler au programme, jeudi 19 décembre Michel Tortey a réuni au local du "9 rue Villeneuve" une nouvelle fois ses co-listiers. Pour cette dernière rencontre avant la trêve des confiseurs, la tête de liste de "Pour Bagnols l'Humain d'abord" a souligné que "chacun d'entre nous, comme l'ensemble de nos concitoyens va, malgré la crise et les mauvais coups du gouvernement fêter Noël et le jour de l'an et que cette période est un moment privilégié pour se retrouver en famille ou entre amis" . Toutefois avant le réconfort les militants ne sont pas encore en vacances. En effet les élus ont participé ce samedi au Conseil Municipal de Bagnols pendant que d'autres co-listiers distribuaient le tract de la liste pour le mois de décembre. Cette distribution va se poursuivre dans les jours à venir. La maquette est à découvrir ci-dessous et notamment le flash-code qui permet d'accéder grâce à une application de smartphone directement à notre blog. Le recto du tract insiste sur la démocratie et les méthodes préconisées par notre liste  pendant que le verso est un portrait de notre tête de liste ainsi qu'une invitation à s'inscrire sur les listes électorales. Pour les retardataires il faut rappeler que cette démarche doit être faite avant le 31 décembre dernier délai.  tract-decembre-2013-1.jpg

tract-decembre-2013-2.jpg

Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 09:50

Notre camarade Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a été réélu à la tête de la présidence collégiale du Parti de gauche européenne (PGE) qui a désigné le Grec Alexis Tsipras candidat à la succession de Manuel barroso, a annoncé lundi le PCF.

L'élection a eu lieu lors du 4ème Congrès du PGE le week-end dernier à Madrid.

Outre le secrétaire national Pierre Laurent, la présidence collégiale est composée de M. Tsipras (Syriza), Marisa Mattias (Bloco, Portugal), Maïté Mola (PCE-IU, Espagne), Margarita Mileva (Gauche bulgare) et du trésorier Diether Dehm (Die Linke, Allemagne).

Le congrès du PGE a en outre décidé de présenter la candidature de M. Tsipras à l'élection de la présidence de la Commission européenne qui sera organisée à la suite des élections européennes de mai. "Alexis Tsipras portera la voix de la résistance et de l'espoir" de la gauche, s'est félicité le PCF.tsipras-pierre-laurent.jpeg

Pour le PCF, ce congrès, qui a réuni quelque 300 délégués, "fera date dans l'histoire du Parti de la gauche européenne (PGE) et pour une Europe solidaire".

Il a été décidé, a ajouté le PCF, "de faire du PGE dans les années qui viennent un acteur majeur du combat politique en Europe contre les politiques d'austérité, les régressions démocratiques et pour construire un front social et politique européen offrant aux forces sociales, politiques, de la culture, de la création et citoyennes du continent une alternative de gauche en Europe".

2014 année d'élections municipales est aussi une année d'élections européennes. Du travail en perspective pour les militants de terrain !

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 09:36

Les obsèques de Nelson Mandela viennent de se dérouler mettant un terme à une semaine d'hommages. Tout le "beau monde" était aux différentes manifestations autour de la mort de Madiba. Ceci a un peu un côté indécent quand on connait la vraie histoire du soutien au leader de l'ANC.

Nous autres communistes qui avons toujours été des soutiens sincères

et présents pendant les années de détention de Mandela, nous sourions jaune à cet unanimisme. Il convient toutefois de rétablir la vérité et c'est Pierre Laurent le secrétaire général du Parti communiste qui, à juste titre, a rappellé à la radio "qu'avant que le mouvement contre l'apartheid entraine tout le monde dans son sillage, il y a eu des années de solitude. 27 ans de prison, dont les 15 premières se sont faites dans l'indifférence générale". Vrai ou faux ? Réponse ici.

France Info a mené l'enquête... et sans surprise la réponse est bien entendue "Vrai".

Vrai

En Afrique du Sud, le nom de Mandela n'est pas prononcé dans les médias. Pierre Haski, actuel patron de Rue 89 était correspondant en Afrique-du-Sud pour l'AFP au moment des émeutes de Soweto en 1976. "Il faut savoir qu'à l'époque, Nelson Mandela était déjà en prison depuis 15 ans. Son visage et ses paroles ne pouvait plus être cités dans la presse. Et tous les jeunes ne l'avaient jamais connu", affirme le journaliste. C'est Winnie Mandela qui se chargera de faire vivre son époux politiquement pendant les années de prison.

Mandela peu connu en France  

L'indifférence est aussi mondiale pendant très longtemps. En France, par exemple. En 1984, un sondage Ifop pour l'Humanité Dimanche révèle que 68% des Français n'ont jamais entendu parler de Mandela. La longue indifférence sur son sort a une explication politique. En pleine guerre froide, l'ANC de Mandela est sous influence communiste.

Guerre froide

Antoine Glaser, spécialiste de l'Afrique explique que "toute personne qui luttait contre l'apartheid ou le développement séparé en Afrique du Sud était considérée comme un communiste". Le monde occidental s'accommodait du développement séparé avec les blancs. "Au moins, eux, ils préservent les matières premières stratégiques [...] comme l'uranium et l'or", ajoute Antoine Glaser, qui rappelle la crainte de les voir tomber "aux mains des soviétiques. Il n'était absolument pas question de soutenir l'ANC pour les occidentaux", conclut le spécialiste de l'Afrique.

Business

La France et la Grande-Bretagne font partie de ces occidentaux qui se souciaient peu de Mandela et de son combat.
Le pouvoir britannique restera longtemps favorable à l'apartheid. En 1987, soit trois avant la libération de Mandela, le Premier ministre Margaret Thatcher s'oppose à des sanctions contre l'Afrique du Sud et considère l'ANC comme "terroriste".
Quand à la France, elle a vendu des armes à l'Afrique du Sud. Elle a aussi construit là-bas la seule centrale nucléaire du continent africain, alors que le régime de Pretoria était condamné par une partie de la communauté internationale.

Aujourd'hui tout le monde pleure Mandela, mais nous, nous savons qui était vraiment de son côté. Les larmes de crocodile de certains ne nous trompent guère.

Michel Tortey secrétaire de la section Gard Rhodanien et tête de liste aux municipales de Bagnols sur Cèze a demandé à Jean-Christian Rey (maire de Bagnols) de baptiser un lieu de la ville en mémoire de Nelson Mandela. La réponse de Jean-Christian Rey semble favorable. On attend donc la suite.

Manifestation pour la libération de Mandela

Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 07:54

Midi-Libre a reçu Michel Tortey, Laurette Bastaroli et Laurent Castanier pour évoquer la liste "Pour Bagnols l'Humain d'abord". Nous reproduisons l'article paru ce mercredi 11 décembre ci-dessous.

Si Midi-Libre n'a pas repris tous les thèmes de campagne de notre liste, il en a extrait quelques éléments emblématiques, notamment la question de l'eau.

Pour que le débat se construise autour de cette question, nous mettons en ligne une vidéo explicative sur un exemple d'un retour en régie publique de l'eau.

Pour mémoire nous avons évoqué dans un précédent article la question

des DSP (délégations de service public).

 article ML Bagnols 11 décembre 2013

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche