Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 06:33

André Brouillet, animateur de la cellule cantonale de Roquemaure invite les communistes du canton à se réunir pour réfléchir ensemble.

Ci-dessous le contenu de la convocation :

"Comme dans tout le pays? réunissons nous pour débattre des travaux du Conseil National et des échéances de 2012.

Il y a la volonté très majoritaire d’aboutir à un accord politique de toutes les formations du Front de Gauche, et de créer toutes les conditions pour que le PCF et le Front de Gauche soient renforcés.

La majorité des participants aux assemblées, apprécie la démarche pour un programme partagé de transformation, avec d’autres forces politiques et des gens de bonne volonté.

Il y a aussi accord sur la place du Front de Gauche au cœur de la gauche, et non « à gauche de la gauche », accord aussi sur une campagne collective présidentielle et législative.

Il y a évidemment le choix du candidat ou de la candidate pour la présidentielle et pour notre circonscription; le choix de celui ou celle qui rassemblera le plus largement.

Nous aborderons l’actualité présente : quelle campagne contre la vie chère ! Quel pouvoir d’achat ?

De tout cela débattons-en le: Mercredi 18 mai à 17 h 30, salle de la mairie annexe, à l’Ardoise".

                                                                       André Brouillet

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 22:05

Oui, cela suffit ! Il est temps de demander des comptes à ceux qui sans vergogne tapent dans les caisses de l’Etat, vivent en s’enrichissant en dormant : les actionnaires et les PDG des entreprises ! 


Quels sont ceux qui pillent le plus les richesses de la France ?


Les bénéficiaires du RSA auxquels on octroie quelques centaines d’euros pour éviter l’explosion sociale ou bien les banques et assurances pour lesquels on a trouvé des blogPhoto-005--2-.jpgmilliards sans contre partie, milliards dont on présente l’addition aux salariés.

Qui sont les plu s assistés. Ceux qui survivent avec le RSA ou les PDG des entreprises qu’on exonère de cotisations sociales depuis des années et qui continuent impunément à licencier, le regard fixé sur la courbe des profits qui augmentent à chaque licenciement !

Qui ruine la France, les privés d’emplois ou les banques ? Ces banques qui refusent des crédits aux P MI/PME qui en auraient besoin pour justement créer de la richesse et des emplois pour les accorder à ceux qui jouent au monopoly planétaire pour le plus grand bonheur des actionnaires qui s’enrichissent que les actions montent ou baissent grâce à des mécanismes financiers spéculatifs!


Ce qui est le problème, ce n’est pas le RSA, mais le bouclier fiscal, les cadeaux faits aux plus riches qu’on prend bien garde de ne pas gêner par des mesures comme celle que nous préconisons de taxer les revenus financiers de la même manière que les revenus du travail.

Les difficultés de la France, la faute aux allocataires des minimas sociaux, aux immigrés, à tous ces gens qui ne paieraient pas d’impôts ? FAUX ! Le premier impôt en France, et le plus injuste,  est la TVA qui frappe tous de la même manière qu’il soit milliardaire ou smicard, français  ou imm igré ! Par contre ce qui est scandaleux, ce sont les Bettencourt et autres grandes fortunes qui échappent à l’impôt en se réfugiant dans des paradis fiscaux, des niches fiscales qui même « rabotées » restent très juteuses ! A l'exemple de "l'assouplissement" de l'ISF en contre partie de la suppression du bouclier fiscal qui va en fin de compte être un cadeau de plus aux plus riches!

Non Mr Laurent Wauquiez ce qui est scandaleux n’est pas le RSA trop élevé mais le SMIC trop bas !

Et ce qui est encore plus scandaleux est de vouloir « occuper » des demandeurs d’emplois qui ne demandent qu’à avoir un travail stable correctement rémunéré. Car il faut être clair : ou bien il y a du travail donc besoin de main d’œuvre et il faut créer des emplois stables et correctement payés (le PCF propose 1600€ brut de suite) ou il n’y a pas de travail et donc pas de possibilité « d’occuper » les gens ! Et dans ce dernier cas la solidarité doit jouer , les travailleurs privés d’emplois aidés à vivre.

Et la baisse du temps de travail reste à l'ordre du jour pour aller vers les 32h par semaine.

Le PCF propose la mise en place d’un système de "sécurité emploi-formation" tout au long de la vie qui fasse que l’on soit toujours avec un salaire soit employé, soit en formation.


Il faut dire que cet énarque, issu d’une famille d’industriels qui a démantelé l’industrie textile avant d’en faire autant dans les chantiers navals ne connaît du travail que les lambris des ambassades ou des ministères. Le patronat prenant au passage toutes les « aides à l’emploi » généreusement consenties par les différents gouvernements  a cassé l'industrie française du textile, des chantiers navals à la sidérurgie.


Oui Mr Wauquiez v otre droite « sociale » est bien de droite et n’a rien de social !  


Mr Wauquiez, ce qui est scandaleux c’est le niveau outrageusement bas des minimas sociaux et du SMIC. Ce qui l’est encore plus, c’est l’écart insolent entre le niveau de rémunération des salariés de France et le salaires des PDG, les dividendes versés aux actionnaires, les parachutes dorés, etc….

 

Le PCF avec le Front de Gauche propose un écart de 1 à 20 entre le plus bas et le plus haut salaire.


Ce qui est scandaleu x ce sont les 8 à 10 millions de revenus annuels des PDG du CAC 40! Totalement excessif et illégitime! Car la plupart d'entre eux ne sont pas des "entrepreneurs", des créateurs d'entreprises, mais des salariés propulsés par les gouvernement....et auxquels ils ont souvent appartenus dans le secret des cabinets ministériels! Photo-003--2-.jpg 

Pire! La droite, le MEDEF et les amis de Mr Wauquiez, Fillon, Sarkozy ne cessent de proclamer: " Les patrons créent de la valeur" FAUX! Par exemple depuis 10 ans, la valeur financière des entreprises du CAC 40 a été divisée par 2 tandis que leur salaire ont été multipliés par 2,5. (Rappelons-nous aussi, que durant ces mêmes 10 années, 10 points du PIB sont passés de la rémunération des salaires à celle des dividendes des actionnaires!).

Les tenants du libéralisme, pour justifier tous leurs cadeaux au capital,  ne cessent aussi de dire "Ils créent des emplois"! Chaque précaire et demandeur d'emploi appréciera, car malgré les chiffres triturés le chômage augmente!

Non, Mr Wauquiez, les actifs ou retraités, privés d’emplois ou salariés, occupant un emploi stable ou précaire, du privé ou fonctionnaire, savent bien que toutes vos manœuvres n’ont pour d’autre but que de diviser les français en tentant de les opposer, de faire encore plus pression sur leur pouvoir d’achat en utilisant le levier du chômage pour mieux les asservir, en stigmatisant les uns ou les autres pour mieux les exploiter.

Le "cancer" de notre société  c'est le capitalisme, pas les exploités, les salariés.

La valeur du travail devrait être la résultante de son utilité sociale, économique. Depuis 20 ans le capitalisme financier a éliminé certaines composantes dont la valeur sociale. Ce qui compte aux yeux des amis de Mr Wauquiez, c'est la stricte valeur financière.

C'est pourquoi un infirmier, une institutrice, un travailleur social, est beaucoup moins bien payé qu'un trader, un footballeur, ou un publicitaire!


Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Billet d'humeur
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 12:42

  Dans le prolongement des décisions du dernier conseil national, le Parti Communiste engage   une campagne nationale  intitulée "Front uni contre la vie chère".

A l'heure où la précarité explose, où la dégradation salariale touche une immense majorité des salariés et  où les retraites  sont en perpétuel recul, finir les fins de mois devient de plus en plus difficile pour un nombre sans cesse plus important de ménages.

Avec cette campagne nous voulons dénoncer la situation insupportable imposée à notre peuple, mais aussi avancer un grand nombre de propositions  pour mettre en œuvre d'autres choix. Ces propositions, dont quelques-unes sont pointées dans la pétition, nous voulons les populariser très largement. A l’heure où les grands médias ne s'intéressent qu'à la scénarisation de 2012 nous voulons mettre au cœur du débat politique la question sociale.

Avec cette campagne, donnons-nous l’ambition d’aller à la rencontre de centaines de milliers d'hommes et des femmes, donnons nous l’ambition de faire  grandir les exigences sur  l'augmentation des salaires, le blocage des prix et la taxation des profits.

Le premier grand rendez-vous est fixé le 3 juin avec un premier dépôt des pétitions avant l’ouverture de la conférence nationale.

Robert Injey

Responsable national du PCF

 

 

Analyse et propositions du PCF

Thème: « Vie chère », 

Thème: A qui profite la hausse des prix ?

Thème: Une forte dégradation salariale,

 

Thème: Les marchés financiers contre l'investissement et l'emploi.

 

 

 

 

Demandez la pétition à des militants de votre connaissance pour la signer et la faire signer. Rendez vous sur les marchés, les points de rencontre des communistes.

 

petition_viechere-pdf-image.jpg

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 12:41

Le logement

Constat :

Le logement est un reflet et un générateur de nouvelles inégalités : l'augmentation du logement pénalise en premier les plus modestes.

A la panne de l'ascenseur social se superpose la panne de l'ascenseur résidentiel : pas de possibilité d'améliorer sa condition résidentielle lors d'un changement de logement.

  •  La dépense moyenne engagée par les ménages pour se loger a augmenté de  23% entre 2002 et 2007.
  • 3.5 millions de femmes et d'hommes vivent dans des logements indignes ou sont sans-abris
  • 80% des français estiment qu'il est aujourd'hui difficile de trouver un logement
  • Il y a, fin de l'année dernière, 1 230 136 demandes de logements sociaux sans réponses. La crise du logement touche d'une manière ou d'une autre 10 millions de personnes en France et  se traduit par une hausse des loyers. Le coût du logement, dans le secteur privée, représente pour les familles  les plus modestes jusqu'à 50% du revenu.
  • Seuls 32 communes en 10 ans ont atteint le taux des 20% de logements sociaux sur 931 communes concernées par la loi.
  • 44 % des communes d’Ile-de-France (83 sur 181) ne respectent pas la loi SRU. Parmi les plus hors la loi : Neuilly-sur-Seine avec 3,6% de logements sociaux.
  •   Petit rappel : La loi SRU, votée en 2000, impose aux communes de plus de 3 500 habitants d'atteindre un quota de 20 % de logements sociaux, et prévoit un système de pénalités financières en cas de manquement à cette obligation

Propositions du PCF :

  • Limiter le montant des loyers à 20% du revenu des familles
  • Blocage des loyers
  •  Interdire les expulsions locatives de toute personne et famille en difficulté économique et sociale
  • Réquisitionner les logements vacants
  • Reconnaître le droit au logement comme un droit universel
  • Créer un service public national et décentralisé du logement et de l'habitat
  •  Faire respecter la loi SRU et l'élargir en remontant à 30% en zone de tension et 25% sur le reste du territoire le seuil minimal de logements sociaux.

Énergie / Alimentation

Constat :

  • Depuis 2004, le gaz a augmenté de 60%
  • La précarité énergétique touche 13% des ménages en France. Les ménages limitent leur consommation et souffrent du froid pour des raisons financières.
  •  Essence : super sans plomb + 11% en un an ; gazole : +14% en un an
  •  Certains produits alimentaires vont augmenter de 20% :
  •  - les farines : + 15 à 20%
  •  - les pâtes : + 5 à + 10%
  •  - le café : + 10 à +20%
  •  - l'huile : + 5 à + 8%
  • Les spéculateurs profitent de toutes les opportunités (crises politiques, sociales) pour spéculer sur les matières premières, à l'image des céréales dont les prix à doublé en 1 an, de l'augmentation du baril de pétrole avec les soulèvements en Libye...

Propositions du PCF :

  •  Création d'un véritable service public de l'eau pour la mise en œuvre de prix inférieurs à ceux pratiqués par le privé.
  •  Renationaliser EDF/GDF.
  •  Instaurer un prix maximal à la pompe, une diminution de 5% de la TIPP (58%du prix de l'essence), financée par la taxation des compagnies pétrolières.
  •  Blocage du prix d'un ensemble de première nécessité.

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 12:40

Constat :

La période actuelle est marquée par la crise financière et ses conséquences. Avec une dette publique qui explose à cause de la récession, et le coût du sauvetage des banques et des marchés financiers. Sarkozy, FMI, UE et Medef font payer la crise aux peuples et au monde du travail

 

De tous les côtés, c’est le renforcement de l’exploitation capitaliste, pour augmenter la rentabilité financière des capitaux :

  • La précarisation et l'intensification du travail avec son cortège de souffrances au travail et de drames.
  • L'allongement de la durée du travail avec la réforme des retraites .
  • Le retour de l'inflation qui rabote les revenus des plus modestes d’abord !

 

Ce retour de l’inflation n'est pas le fait des salariés puisque la rémunération du travail et des prestations sociales sont en recul par rapport à la hausse des dépenses incompressibles (loyers, EDF...). Ce n'est pas non plus le fait des dépenses publiques utiles puisque là encore la part des rémunérations publiques dans le PIB baisse (OCDE ).

 

Par contre les premiers à supporter le retour de l'inflation ce sont les salariés les plus modestes, au travers du blocage des rémunérations des fonctionnaires, de la prime fantôme pour ceux du privé, de la perte du pouvoir d’achat, des retraites...

L’inflation a des causes et elle n’est pas perdue pour tout le monde !

  •  Une inflation importée due d’abord aux spéculations, notamment sur les matières premières  et aux dérégulations des marchés,
  • La répercussion dans les prix des frais financiers (coût des crédits) par les entreprises non financières
  • La hausse des prix permet de relever artificiellement la rentabilité de certains placements et capitaux ( immobilier...)
  • Le libéralisme et les déréglementations ( dépassements d’honoraires...)

Il y a des bénéficiaires de l’inflation : les marchés, les banques, les spéculateurs, les entreprises qui peuvent jouer sur les prix relatifs entre leurs filiales en France et à l’étranger, les grands groupes qui la font supporter aux sous traitants, et tous les acteurs en position dominantes sur des marchés où l’offre est trop étroite et déformée  ( logements) ...

Propositions du PCF :

Lutter dès maintenant contre la vie chère

  • Blocage du prix de l'énergie.
  • Blocage des loyers
  • Blocage du prix d’un ensemble de produits de première nécessité
  • Mise en place d'un dispositif pour la totale transparence des taux de marges des activités, notamment celles liées à l'énergie, la grandes distribution et les banques.
  • Création d'une contribution spécifique pour les grands groupes intervenants dans ces secteurs.

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 12:39

Constat :

Le salaire réel par tête dans les sociétés non financières a diminué de 1% en 2009 et de 0,8% en 2010, il va reculer à nouveau en 2011.

Cela touche de plein fouet les familles les plus modestes dont les dépenses contraintes (logement, assurance, électricité, gaz, télécommunications..), représentent jusqu'à trois quarts des revenus.

8 millions de français (13% de la population) vivent sous le seuil de pauvreté, et entre 1,9 et 3,7 millions de personnes  vivent dans un ménage pauvre dont le chef de famille dispose d’un emploi.

La majorité des salariés est touchée par les bas salaires : 50% des Français gagnent moins de 1 580€  nets par mois et 70 % des salaires mensuels nets de tous prélèvements sont inférieurs à 2074€.

Pourtant les gains de productivité du travail dans les entreprises auront été de 0,6% en 2010 et sans doute plus en 2011,  et le patronat refuse toute négociation générale sur les salaires.

Cette dégradation salariale et ce blocage patronal sont les ingrédients de la montée du mécontentement et de la grande défiance à l'égard de tout ceux qui cautionnent les politiques d'austérité en France et en Europe. 

Au menu de 2012 : Promesses et austérités

Pour répondre à ce mécontentement Nicolas Sarkozy promet une « prime » aux salariés dans les seules grandes entreprises où il y aura « une forte augmentation des dividendes » et dans les petites « si ça va mieux ».

Pour inciter les entreprises à jouer ce jeu-là on leur promet de nouvelles exonérations de cotisations sociales... Ce qui aura pour effet d’alourdir le déficit de la Sécu !

Ce marché de dupes tente de faire oublier le « Pacte pour l'euro plus » interdisant toute hausse générale des salaires et des augmentations inférieures aux gains de productivité.

Une politique d’austérité, efficace pour les profits financiers et les grandes fortunes, mais  qui pénalise l’emploi et la croissance.

Ancrer au traité de Lisbonne, la politique de Sarkozy comme le programme du PS, présente plusieurs constantes 

  •  Pas de coup de pouce au SMIC
  • Pas d'augmentation générale des salaires ;
  • Freinage systématique de la masse salariale dans la fonction publique ;
  • Poursuite de la baisse des cotisations sociales patronales.

Propositions du PCF :

Revaloriser le travail

  • Création d’une sécurisation de l'emploi, de la formation et du revenu de chacun-e.
  • Sensible augmentation du SMIC et des minima sociaux avec un salaire minimum porté tout de suite à 1 600€ bruts par mois.
  • Une contribution immédiate des grandes fortunes, via un renforcement de l'ISF,  pour redonner à l'État les moyens de conserver et créer des emplois utiles dans l’éducation, la santé, la police.
  • Refonte du Code du travail pour abolir la précarité et établir l’égalité femme-homme

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 12:38

Constat :

La domination des capitaux financiers et leurs exigences de revenus (intérêts et dividendes) exercent une pression terrible sur les salaires et la qualité des investissements.

Cette domination se traduit par :

  •  L'envolée des bénéfices nets des sociétés du CAC 40 (83 milliards d'euros en 2010), distribués à plus de 40% sous forme de dividendes.
  • Des intérêts versés aux banques et des dividendes payés aux actionnaires qui atteignent 326,2 milliards d'euros en 2009, dans les sociétés non financières, et absorbent 34,11% de la valeur ajoutée (richesses douvelles) produites.
  • L'explosion des profits des principales banques françaises, alors que celles-ci, continuent de bénéficier de larges aides publiques (dont un taux de refinancement de 1% auprès de la BCE),
  • Une politique du crédit au profit des opérations financières, de la spéculation et des délocalisations, au détriment des PME et de l'investissement productif,
  • L’économie réelle particulièrement affaiblie en France championne du monde de l’exportation de capitaux! En 2009 les actifs des entreprises françaises à l’étranger = 58,6% du PIB, contre seulement 40% pour l’Allemagne, 22% pour les USA, et 14% pour le Japon !

Propositions du PCF :

Reprendre le pouvoir sur l'argent

  • Suppression des 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales patronales.
  • Taxer les revenus financiers des entreprises.
  • Moduler l’impôt sur les sociétés et les cotisations sociales pour pénaliser les entreprises qui délocalisent, qui développent leurs placements financiers, ou qui se servent des nouvelles technologies pour supprimer des emplois et dégrader les conditions de travail.
  • Créer un Pôle public bancaire et financier pour développer un autre logique du crédit à partir de la Caisse des Dépôts et Consignations, des banques semi-publiques, mutualistes ou coopératives, et de banques nationalisées.
  • Créer un « Fonds national de sécurisation de l'emploi, de la formation et des revenus » alimenté par le redéploiement de tous les fonds d'État créés depuis 2007-2008 et les fonds publics dévolus aux exonérations de cotisations sociales patronales. Ce fond prendrait en charge les intérêts versés aux banques par les entreprises sur leurs crédits pour les investissements  en fonction de critères basés sur la création d'emplois, la formations, les progrès écologiques et l' augmentation de la masse salariale.
  • Transformer la BCE et la Banque de France. Création d'un Fond européen de développement social, écologique et solidaire au service de l'emploi et des investissements utiles.
  • Création de pouvoirs nouveaux pour les salariés et leurs représentants dans leurs entreprises, ainsi que des citoyens dans les institutions bancaires et les collectivités territoriales.

Bonus

Laurence Parisot assure que la richesse est bien partagée en France : la blague !

Quelques chiffres significatifs :

  • 10.3 milliards d'euros de profits pour Total en 2010 sans aucune imposition sur la société.
  • Liliane Bettencourt devrait être imposée à 4% en 2011. La femme la plus riche de France se verra donc appliquer le même taux qu’un contribuable touchant 1.300 euros net par mois. Elle bénéficie de la réforme de l’impôt sur la fortune.
  • Bénéfices nets des sociétés du CAC 40 en 2010 : 83 milliards d'euros, 40% de dividendes reversés aux actionnaires et une imposition de seulement 8%. En plus de ces bénéfices records, les grands patrons du CAC 40 augmentent leurs salaires de 24%.
  • Plus on est riche, moins on paie d'impôt : pour 36 000€ de revenus annuels familiaux, l'impôt s'élève à 25% alors que pour 100 000€ de revenus annuels familiaux, il s'élève à 17%.
  • ¼ des salariés gagne à peine 25€ par jour.

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 10:24

Préparer une alternative

Patrick Le Hyaric | 12 mai 2011  

Les forces de la réaction mettent en place leur dispositif en vue de l’échéance présidentielle. Plusieurs combinaisons politiciennes semblent être à l’étude, avec l'objectif, dans la crise, de préserver, quoi qu'il arrive,  les intérêts du capital. Le parti sarkozyste serre les rangs. Une machinerie médiatique au service de la droite est déjà bien en place. L’UMP est sommée d'y  défendre le bilan présidentiel.

En vérité, nul besoin de lire ce bilan sur papier glacé tant la vie de plus en plus dure de chaque famille populaire parle malheureusement d'elle-même. Le pouvoir tente de dégager sa responsabilité en mettant tout sur le dos de la crise. Quel détournement de la réalité pour faire accepter son sort comme une fatalité ! La crise est précisément le résultat des politiques capitalistes mises en œuvre par M. Sarkozy qui se présente lui-même comme l’un des leaders de ce système. Il a donc été décidé en haut lieu, parce que cela correspond aux intérêts suprêmes des puissances d’argent, de défendre l’austérité comme un mal nécessaire.

C’est en ce sens que le pouvoir tente de modifier la Constitution sur injonction et en connivence avec la Commission de Bruxelles pour inscrire dans le marbre, dans le plus grand silence, la réduction des dépenses sociales et publiques au nom de l’équilibre des comptes publics, pendant que les cadeaux fiscaux aux plus fortunés et au capital se poursuivent. Mieux, la droite commence à faire entendre cette petite musique selon laquelle elle ne fait qu’appliquer les directives du Fonds monétaire international, présidé par M. Strauss-Kahn. Ce qui n’est pas faux et révèle du même coup la tentative d’enfoncement de notre peuple dans la politique ultralibérale comme seule « non » perspective.

Situation encore aggravée avec la reprise méthodique, depuis des mois, des thèmes nauséabonds de l’extrême-droite lepéniste qui en fait ses choux gras. Même ripolinée, souriante, avenante, avec un discours social, l’extrême-droite c’est l’extrême-droite. Hitler est venu au pouvoir dans une période de crise, de dégénérescence politique, avec un discours social. Le nom de son parti incluait même le mot « socialisme ». La situation a un an des élections législatives et présidentielles a ceci de grave et de dangereux qu’elle peut bloquer tout débat démocratique fondamental sur un vrai choix politique. En faisant planer en permanence le risque de l’extrême-droite au second tour, on tue tout pluralisme, tout débat, toute confrontation politique réelle sur des options possibles et on pousse par avance à une bipolarité entre deux candidats qui, peu ou prou, pourraient être élus sur des programmes voisins d’austérité, de chômage, de paupérisation obligatoire pour sauver les marchés financiers et l'oligarchie.

Nous sommes donc à un moment bien plus critique qu'il n'y parait. Alors qu'il conviendrait, face à la crise du système,  d'écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays, de l'Europe  et de l’humanité toute entière, c'est une marche forcée dans le mur qui est imposée. L’heure est pourtant à inventer de nouveaux chemins adaptés aux conditions d’aujourd’hui d’un nouveau progressisme français et européen, répondant aux urgences sociales, démocratiques, écologiques.

Voilà bien la responsabilité de toute la gauche, de toutes les électrices et de tous les électeurs de gauche et de l’écologie politique progressiste. Depuis la Révolution française, la gauche a deux branches. L’une qui considère qu’on peut améliorer le sort des gens dans le cadre du système actuel, parce qu’on ne pourrait pas transformer l’Europe et la mondialisation. Une autre –dont nous sommes- porteuse de l’idée d’un processus de transformation sociale et écologique en sortant du monde de l’austérité et du carcan des traités européens. Cette partie représente une force considérable qui peut se situer entre 14 et 20% de l’électorat. Son unité et son apport peuvent  être décisifs pour battre Nicolas Sarkozy et assurer  la victoire de la gauche aux législatives qui suivront. Mais surtout, si les citoyennes et les citoyens s'en mêlent, une dynamique est possible qui construise un rapport de forces pour ancrer la gauche bien à gauche et aider ainsi le mouvement populaire, dans un va et vient avec des mouvements sociaux, citoyens, culturels autonomes, à affronter la haute finance et les institutions européennes, en recherchant des alliances avec les autres peuples européens.

C’est pour cela qu’est né le Front de gauche. Il lui reste beaucoup d’efforts à accomplir pour être un Front plus populaire, plus enraciné dans les quartiers et dans les entreprises, plus actif aujourd’hui  même dans le débat et l’action. L’annonce d’O. Besancenot de ne pas être candidat à la présidentielle modifie un peu la donne. Ce pourrait être l’occasion d’élargir le Front de gauche, d’en faire une grande force unitaire au service de la majorité de celles et ceux qui aspirent à une vie meilleure, solidaire et fraternelle. L'occasion, pour cet objectif, sur des propositions communes, de présenter des candidats de rassemblement communs à toute la gauche de transformation sociale et écologique, au premier tour des élections présidentielle et législatives. Rien de tel pour garantir une victoire de toute la gauche et de l'écologie politique au second tour ! C’est de ce côté, au cœur de la gauche et de son peuple,  que peut naître et grandir une espérance active de changement. Une vraie alternative !

.

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Les Edito de P. Le Hyaric dans L'Huma Dimanche
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 10:22

UE, ONU : les conditions sont réunies pour la reconnaissance de l'Etat palestinien

Patrick Le Hyaric | 11 mai 2011  

Je suis intervenu en session plénière du Parlement européen ce matin après la déclaration de Mme Ashton sur la Politique Extérieure et de Sécurité Commune. Voici le texte de mon intervention :

"Je considère que les mots que vous avez employés dans votre première intervention à propos de votre souhait de l'existence de l'État palestinien, après la réconciliation inter-palestinienne, sont très importants. Cette entente palestinienne est un fait politique de premier ordre.

Contrairement à ce qui a été dit tout à l'heure, le Hamas a admis l'OLP et l'Autorité palestinienne comme interlocuteurs des négociations. Il accepte les frontières de 1967 et les conditions du Quartet dont le refus de la violence.

Un gouvernement transitoire, chargé de préparer les élections va être mis en place. Les conditions sont réunies pour la reconnaissance de l'État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, à l'Organisation des Nations Unies en septembre prochain".

En conclusion de mon intervention j'ai posé deux questions à la Haute représentante de l'UE aux affaires étrangères et à la politique de sécurité :

"Au delà de ce que vous venez de dire, quel nouvel acte va produire l'Union européenne pour reconnaitre l'État palestinien et défendre cette idée auprès de l'ONU ?

D'autre part, pouvez-vous nous faire connaitre les initiatives que compte prendre l'Union européenne pour que le gouvernement israélien restitue les produits des taxes et impôts qui doivent revenir à l'Autorité palestinienne ?"

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Déclarations d'élus communistes
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 05:08

Nous continuons en ce mois de mai 2011 à réfléchir à la période de mai 1981 avec le recul des trente ans. Les avancées sociales et politiques du début du mandat de François Mitterrand puis les manques et les faiblesses.

Cette analyse est importante notamment dans la perspective de 2012. En 2012 il ne s'agit pas de battre Sarkozy, pour battre Sarkozy mais pour impulser une véritable politique de gauche. Les présidentielles et les législatives de 2012 devront incarner cette perspective.

En attendant écoutons Georges Marchais peu après l'élection de François Mitterrand.

 

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche