Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 13:51

Le marronnier journalistique est un sujet qui est fréquemment repris et développé dans les médias. On sait que le « marronnier » a pour origine le fait que tous les ans, aux premiers jours du printemps, un marronnier rose fleurissait sur la tombe des Gardes suisses tués lors de la journée du 20 juin 1792, au Cours-la-Reine à Paris; et tous les ans un article paraissait dans la presse pour s'en faire l'écho. On voit bien que dès le départ c’est une notion réactionnaire qui sent l’Ancien Régime. Il faut donc se méfier du marronnier ou des « idées reçues » reprises sans réfléchir par le journaliste en manque d’information. En ce qui concerne le PCF l’information récurrente c’est qu’il est mort ou en voie de disparition. Idée du XXe siècle, il ne pourrait survivre à la fin du Soviétisme, au XXIe siècle, au triomphe du Libéralisme… On avait annoncé la fin de l’Histoire dans les années 1989-1991. Peu importe que 20 ans plus tard nous soyons toujours là, nous sommes morts, pas plus de crédit aux centaines de milliers de personnes qui fréquentent la fête de l’Huma, aux milliers d’élus nationaux et locaux affiliés au PCF, aux dizaines de milliers de militants sur le terrain. Tout est prétexte à tuer le PCF : si le candidat du Front de Gauche à la Présidentielle a fait un score à deux chiffres, c’est forcément qu’il a tué le PCF (sic) ; si le PCF a empêché le passage de lois néfastes au Parlement c’est un accident de parcours et si le PCF fait de nombreuses adhésions de jeunes et bien… on fait semblant de ne rien voir.

On aurait pu penser que la crise économique suite au libéralisme forcené aurait fait un peu douter nos amis journalistes. Tout comme l’arrogance du monde de la finance ou de la Bourse. Et bien non. C’est donc à Toussaint que le Parti Communiste pour rire de cette situation qui au bout d’un moment devient risible tant elle est caricaturale a choisi de montrer aux journalistes qu’ils devraient faire preuve d’un peu plus de jugeote. Vendredi 2 novembre les journalistes ont eu dans leurs boîtes aux lettres, en pleine Toussaint, un bien étrange faire-part : un courrier cerné de gris mais surmonté d'un gros point d'interrogation rouge. "Monsieur Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français ainsi que tous les membres du Conseil national du PCF vous invitent à enterrer l'enterrement du PCF, né à Tours le 30 décembre 1920", est-il écrit. Un texte à ne pas lire en diagonale, sous peine de contre-sens... Suivent la date et le lieu de "ces funérailles", le 10 novembre place du Colonel Fabien, le siège parisien du PCF. "Ni fleur ni couronne", précise le parti dans la plus pure tradition des faire-part de décès.

Ceci était tout simplement une invitation à rencontrer un échantillon représentatifs des plus de 5 000 nouvelles adhésions effectuées depuis le début de l'année 2012 afin qu’ils comprennent enfin que le PCF n’est pas mort !

Bel exemple d’humour noir, mais sera-ce suffisant pour changer la tendance et éviter le marronnier journalistique ?

enterrement-du-PCF.jpgUn faire-part humoristique qui ressemble comme deux gouttes d'eau à un vrai ! En 2020 pour le centenaire messieurs les journalistes, on peut vous donner un scoop le PCF sera toujours là !

 

Les réactions de:

Libération

Le Monde

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche