Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 18:52

La Gauche est une famille de pensée, à l’intérieur de cette famille comme dans toutes les familles on a de bons contacts ou de moins bons, de bonnes relations ou des conflits. Ceci n’empêche pas qu’au-delà des circonstances, de l’Histoire, de la vie de nos organisations politiques respectives et de nos engagements respectifs des liens se tissent parfois entre les militants. Aujourd’hui un militant de la Gauche en Gard Rhodanien vient de disparaître et les Communistes de ce territoire tiennent à lui rendre un hommage mérité. En effet Gérard Peillet vient de nous quitter. 

Gérard était engagé dans la dernière période à Europe Ecologie Les Verts, malgré tout le Parti Communiste Français faisait partie de son histoire personnelle. Il le répétait souvent.

Petit-fils d’un agriculteur très engagé dans notre courant de pensée et assez jusqu’au boutiste, Gérard avait été marqué par ce grand-père. L’histoire familiale et sa propre histoire feront qu’il aura toujours eu des relations particulières avec nous entre attirance et répulsion, admiration et critique. Issu du monde paysan il a fait un autre choix de vie en s’engageant dans une carrière professionnelle dans le secteur social. Ce choix de privilégier l’être humain et le mettre au centre de ses préoccupations était un point commun qu’il partageait avec nous. Toutefois comme beaucoup de jeunes dans les années soixante-dix, il contestait le mode de vie des trente glorieuses et la vie politique de cette époque. Présent avec une régularité remarquable dans les réunions de la Jeunesse Communiste de Bagnols il disait se reconnaître plus dans la mouvance maoïste. Il refusa ainsi toujours de prendre sa carte dans notre organisation tout en la côtoyant de près. Les années soixante-dix ce fut notamment aussi les événements autour du Larzac ou de Canjuers, des mouvements qui ont marqué son engagement notamment à partir de son goût de la langue d’oc. « Gardarem lou Larzac » tel était un des mots d’ordre de l’époque comme « viure e trabalhar al païs ». Cette langue qui, peut-être, lui permettait de rester en contact avec ses origines familiales rurales et agricoles.

         Gérard (entre Lili et Pierrette) à la MAS lors de la venue des Indiens.lesindiensàBagnols

Dans les oppositions nombreuses que nous avons eues avec lui, il y avait cette recherche d’une autre civilisation à l’instar du monde du Larzac plus proche de la nature que l’industriel et nucléaire territoire du Gard Rhodanien. Il nous reprochait notre attachement à une politique productiviste et notre soutien à l’industrie nucléaire. Il gardait peut-être une vision ancienne du PCF mais avait raison sur d’autres aspects. C’est un triste clin d’œil de savoir qu’il est mort au lendemain d’un accident qui a fait parler de Marcoule dans la France entière. Un événement tragique qui n’a rien tranché entre les partisans et les opposants au nucléaire.

C’est donc à une autre civilisation qu’il rêvait avec d’autres valeurs et sur ce terrain nous ne pouvions que nous rejoindre. Les directions et les objectifs étaient peut-être différents la finalité était la même dans nos têtes respectives.

Oui nous avions parfois des divergences et des mots avec Gérard. Les militants de la gauche radicale sont toujours des « réboussiers », en lutte contre le système établi. Cette attitude comporte parfois des excès mais souvent des colères légitimes et saines. Gérard était de ceux-là, comme nous il avait donc du caractère. Un caractère qu’il est indispensable d’avoir quand on a un idéal ambitieux. Une façon différente de voir que celle des moutons de Panurge ne signifie pas que l’on a mauvais caractère.

Au-delà des mots c’était le bon fond que l’on retiendra de Gérard. Son engagement social que l’on a pu partager dans les derniers mois à la Maison des Alternatives Solidaires et d’en bien d’autres occasions. Auparavant Gérard était investi politiquement en étant élu au Conseil Municipal de Saint Nazaire dont il suivait toujours les affaires de près. Peut-être que son tempérament ne convenait pas avec les compromis obligatoires d’une gestion municipale.

Vert il l’était assurément mais avec un cœur rouge certainement. Il n’était pas pour un capitalisme repeint en vert pour donner l’illusion d’un monde meilleur, il souhaitait réellement une société plus juste, plus douce. Voilà pourquoi il existait de nombreuses passerelles entre sa pensée et la nôtre.

C’est pourquoi nous sommes tristes de son départ, nous avons perdu un compagnon de route, un compagnon de lutte.

Adieu l’ami ou plutôt pour le dire dans la langue d’oc adieussiatz l’amic.lesindiensabagnols2.JPG

Gérard (en chemise bleue) entre Geneviève et Dominique, un jour où nous avions refait le monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans nécrologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche