Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 15:33

Alain Duhamel est le nouveau Marx! Dans sa chronique hebdomadaire de Libération, il a découvert « la nouvelle lutte  des classes ».

                    Le Front national, écrit-il, est devenu le parti de la classe ouvrière et donc « la lutte des classes a changé de visage », enten­dons qu’elle a pris celui de Marine Le Pen... Allons, c’est un peu court. Parce que cette dernière colle à certaines problé­matiques sociales et que sa démagogie n’est pas sans effets, elle serait devenue révolutionnaire ?

La lutte des classes, Alain Duhamel l’ignore-t-il, c’est le rapport d’exploitation capitaliste. Ce rapport qui fait que  le pro­priétaire des capitaux et des moyens de production va tout faire pour tirer le plus possible du travail salarié. Augmenter les cadences, allonger les horaires, remettre en cause le repos hebdomadaire ou les congés payés, repousser l’âge du départ en retraite, peser sur les salaires ou, tiens, charger les immigrés de tous les maux pour mieux diviser la classe ouvrière, attiser les rancœurs et les frustrations pour les transformer en racisme et en xénophobie. Ce camp est celui de Marine Le Pen,  du Front national et de toutes les extrêmes droites. Jamais aucune d’elles n’a remis en cause l’exploitation capita­liste et toutes l’ont servie en détournant les révoltes, les colères et la contestation sociale.

                      Mais il arrive parfois qu’Alain Duhamel dise des choses justes. Ainsi : « Dans les milieux populaires, la part de l’indigna­tion, du ressentiment, de la protestation ne reculera que si la situation économique et sociale s’améliore de façon significative et durable. » Mais comment ? Eh bien, semble lui répondre la une du même journal, en mettant la gauche « au bou­lot ». Et le nouveau directeur de sa rédac­tion, Nicolas Demorand, s’en explique dans son éditorial : « À quatorze mois de la présidentielle, les socialistes n’ont rien ou pas grand-chose à dire au peuple. Pas d’alternative crédible ou tout simplement audible sur le chômage et l’emploi, l’in­dustrie, la mondialisation. […] Peut-être que tout cela existe dans les placards de la Rue de Solferino : si c’est le cas, il devient urgent de le faire savoir. »

                     Soit, la gauche, pour Nicolas Demorand, c’est le PS. Mais pourquoi ne visite-t-il pas les placards du Front de gauche, du Parti communiste ou du Parti de gauche, ou mieux, pourquoi ne pas rendre compte d’une manière ouverte de ce qui se dit dans les débats qu’ils organisent un peu partout dans le pays, avec précisément l’ambition de construire réellement une et des alternatives, non seulement à Nicolas Sarkozy, mais à la politique du capital qu’il sert ? Pourquoi encore, et ce n’est qu’un exemple, les projets de régression sociale de la Commission de Bruxelles sont-ils restés dans les placards à Libéra­tion et n’ont trouvé aucune place dans ses colonnes ? Pourquoi les débats des élec­tions cantonales y sont-ils ignorés ? Ça aussi, c’est la gauche  au boulot.  

                     La gauche au boulot ? Mais toutes celles et ceux qui rejettent la politique de Nicolas Sarkozy, qui veulent parler emploi, salaires, services publics, acquis sociaux, parler d’une tout autre utilisation de l’argent, des profits, du crédit, ne demandent que ça, une gauche au boulot. Nombre d’entre eux s’y sont mis. Mais il est de bon ton de les ignorer.   


Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Témoignages des atteintes à la démocratie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche