Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 10:24

Préparer une alternative

Patrick Le Hyaric | 12 mai 2011  

Les forces de la réaction mettent en place leur dispositif en vue de l’échéance présidentielle. Plusieurs combinaisons politiciennes semblent être à l’étude, avec l'objectif, dans la crise, de préserver, quoi qu'il arrive,  les intérêts du capital. Le parti sarkozyste serre les rangs. Une machinerie médiatique au service de la droite est déjà bien en place. L’UMP est sommée d'y  défendre le bilan présidentiel.

En vérité, nul besoin de lire ce bilan sur papier glacé tant la vie de plus en plus dure de chaque famille populaire parle malheureusement d'elle-même. Le pouvoir tente de dégager sa responsabilité en mettant tout sur le dos de la crise. Quel détournement de la réalité pour faire accepter son sort comme une fatalité ! La crise est précisément le résultat des politiques capitalistes mises en œuvre par M. Sarkozy qui se présente lui-même comme l’un des leaders de ce système. Il a donc été décidé en haut lieu, parce que cela correspond aux intérêts suprêmes des puissances d’argent, de défendre l’austérité comme un mal nécessaire.

C’est en ce sens que le pouvoir tente de modifier la Constitution sur injonction et en connivence avec la Commission de Bruxelles pour inscrire dans le marbre, dans le plus grand silence, la réduction des dépenses sociales et publiques au nom de l’équilibre des comptes publics, pendant que les cadeaux fiscaux aux plus fortunés et au capital se poursuivent. Mieux, la droite commence à faire entendre cette petite musique selon laquelle elle ne fait qu’appliquer les directives du Fonds monétaire international, présidé par M. Strauss-Kahn. Ce qui n’est pas faux et révèle du même coup la tentative d’enfoncement de notre peuple dans la politique ultralibérale comme seule « non » perspective.

Situation encore aggravée avec la reprise méthodique, depuis des mois, des thèmes nauséabonds de l’extrême-droite lepéniste qui en fait ses choux gras. Même ripolinée, souriante, avenante, avec un discours social, l’extrême-droite c’est l’extrême-droite. Hitler est venu au pouvoir dans une période de crise, de dégénérescence politique, avec un discours social. Le nom de son parti incluait même le mot « socialisme ». La situation a un an des élections législatives et présidentielles a ceci de grave et de dangereux qu’elle peut bloquer tout débat démocratique fondamental sur un vrai choix politique. En faisant planer en permanence le risque de l’extrême-droite au second tour, on tue tout pluralisme, tout débat, toute confrontation politique réelle sur des options possibles et on pousse par avance à une bipolarité entre deux candidats qui, peu ou prou, pourraient être élus sur des programmes voisins d’austérité, de chômage, de paupérisation obligatoire pour sauver les marchés financiers et l'oligarchie.

Nous sommes donc à un moment bien plus critique qu'il n'y parait. Alors qu'il conviendrait, face à la crise du système,  d'écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays, de l'Europe  et de l’humanité toute entière, c'est une marche forcée dans le mur qui est imposée. L’heure est pourtant à inventer de nouveaux chemins adaptés aux conditions d’aujourd’hui d’un nouveau progressisme français et européen, répondant aux urgences sociales, démocratiques, écologiques.

Voilà bien la responsabilité de toute la gauche, de toutes les électrices et de tous les électeurs de gauche et de l’écologie politique progressiste. Depuis la Révolution française, la gauche a deux branches. L’une qui considère qu’on peut améliorer le sort des gens dans le cadre du système actuel, parce qu’on ne pourrait pas transformer l’Europe et la mondialisation. Une autre –dont nous sommes- porteuse de l’idée d’un processus de transformation sociale et écologique en sortant du monde de l’austérité et du carcan des traités européens. Cette partie représente une force considérable qui peut se situer entre 14 et 20% de l’électorat. Son unité et son apport peuvent  être décisifs pour battre Nicolas Sarkozy et assurer  la victoire de la gauche aux législatives qui suivront. Mais surtout, si les citoyennes et les citoyens s'en mêlent, une dynamique est possible qui construise un rapport de forces pour ancrer la gauche bien à gauche et aider ainsi le mouvement populaire, dans un va et vient avec des mouvements sociaux, citoyens, culturels autonomes, à affronter la haute finance et les institutions européennes, en recherchant des alliances avec les autres peuples européens.

C’est pour cela qu’est né le Front de gauche. Il lui reste beaucoup d’efforts à accomplir pour être un Front plus populaire, plus enraciné dans les quartiers et dans les entreprises, plus actif aujourd’hui  même dans le débat et l’action. L’annonce d’O. Besancenot de ne pas être candidat à la présidentielle modifie un peu la donne. Ce pourrait être l’occasion d’élargir le Front de gauche, d’en faire une grande force unitaire au service de la majorité de celles et ceux qui aspirent à une vie meilleure, solidaire et fraternelle. L'occasion, pour cet objectif, sur des propositions communes, de présenter des candidats de rassemblement communs à toute la gauche de transformation sociale et écologique, au premier tour des élections présidentielle et législatives. Rien de tel pour garantir une victoire de toute la gauche et de l'écologie politique au second tour ! C’est de ce côté, au cœur de la gauche et de son peuple,  que peut naître et grandir une espérance active de changement. Une vraie alternative !

.

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Les Edito de P. Le Hyaric dans L'Huma Dimanche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche