Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 12:37
Amendes requises pour les lanceurs de tomates

DR

 

Tribunal Amendes requises pour les lanceurs de tomates


RAPPEL

Un couple de Spiripontains, Annick et Jean-Marie Cavazzana, était jugé hier à Nîmes pour avoir lancé des projectiles sur des élus

Le jugement a été mis en délibéré au 15 décembre prochain. Le procureur a requis des peines d'amendes, respectivement de 400 et 1 000 à l'encontre d'Annick et Jean-Marie Cavazzana. Ce couple de Spiripontains se trouvait hier devant la barre du tribunal correctionnel de Nîmes. Le 28 août 2009, jour de conseil municipal et de commémoration de la libération de Pont-Saint-Esprit, des bombardements du 15 août 1944, les deux prévenus avaient lancé des tomates en direction d'Odette et Jean-Pierre Colombet. Le premier adjoint et son épouse avait alors porté plainte. Le troisième adjoint, Jacques Chailloux, s'était vu aspergé, lui, d'une mixture de farine et d'eau. Annick et Jean-Marie Cavazzana ont reconnu les faits. Une « infraction caractérisées », dira le président du tribunal.
« Un geste imbécile » que le couple de prévenus disait regretter hier. Trois témoins de moralité, dont le conseiller municipal Jean-Marie Daver, ont décrit le couple comme « d'honnêtes citoyens, irréprochables et exemplaires ». Le Tribunal a également pris acte du fait que leur casier judiciaire est vierge. Le débat s'est donc déplacé sur le terrain du
« symbolique ». L'avocat des plaignants a demandé une « lourde » sanction, estimant que ses clients avaient été « physiquement et moralement heurtés ». Aussi, dira-t-il au président :
« Vous aurez à juger simplement de la haine de deux personnes à l'égard des autorités de leur commune ». Et d'ajouter :
« On n'est pas dans l'anarchie. On vit dans une République ». L'infraction ayant été commise dans un contexte de tension politique, le procureur a rappelé que la démocratie « doit s'exprimer dans le calme et par le moyen du bulletin de vote ». L'audience correctionnelle se tenait en effet au lendemain de l'arrêt du Conseil d'État, qui déclarait définitive la démission du maire Baumet. Et qui par voie de conséquence, redonne la possibilité au préfet de prendre un nouvel arrêté de convocation d'élections. Un facteur que la défense du couple Cavazzana a intégré dans sa plaidoirie.
« Ils ont le courage de leurs opinions. C'était leur façon de rabattre le caquet des élus qui se croient tout permis ». L'avocat a ensuite ironisé sur le jet des tomates.
« L'entartrage des personnalités est une réalité qui consiste à remettre certains ego à leur juste place ». Dans la salle, la soixantaine d'opposants qui était venue soutenir le couple approuve.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche