Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:21

A quelques jours de la manifestation pour le TER en Gard Rhodanien et après l'article de Michel Tortey qui soupçonne une collusion entre les Régions et la SNCF, il est intéressant d'entendre la voix des cheminots communistes. Organisés à l'intérieur de l'entreprise ils connaissent mieux que quiconque les problématiques du transports et mieux que la direction elle-même qui confond usagers avec clients. Le récent accident mortel en est une triste illustration.

Sur notre territoire les cheminots communistes ont une expertise, des compétences et une connaissance des dossiers qui confirment que la réouverture de la rive droite du Rhône aux voyageurs n'est pas une chimère. Il est donc de lire leur dernière publication.

Nous la reproduisons ci-dessous :

 

Edito

 

2013 restera comme l’année qui aura été marquée par des catastrophes ferroviaires.

Elle restera aussi une année de souffrance pour la majorité des Français.

Beaucoup parlent déjà de 2014 comme une année de tous les dangers.

Et si c’était l’inverse ?

Si, après avoir été sonnées par les renoncements du gouvernement, les forces de gauche anti-austérité reprenaient le dessus ?

C’est le défi que nous vous proposons de relever. Ensemble, unissons nos énergies pour construire un nouvel espoir.

Nous nous adressons à vous, à tous ceux qui n’ont pas renoncé à en finir avec cette société du fric, à retrouver le chemin de l’action, de l’unité, de notre force commune.

C’est possible parce que, dans notre pays, nous sommes toujours aussi nombreux à préférer « l’humain d’abord » au « chacun pour soi ».

Parce que les richesses sont là, confisquées par les prédateurs financiers, et qu’il est possible d’en produire beaucoup d’autres, encore mieux, en libérant le travail et les entreprises du pillage des actionnaires, de la finance et des banques.

Parce que nous ne sommes pas condamnés à ce que les intérêts de la finance continuent à contrôler nos vies et les choix du pays. La France est capable de créer suffisamment de richesses pour que nous vivions ensemble dans la justice et l’égalité.

Parce que les cheminots, par leur mobilisation, leur unité syndicale, ont montré en 2013 qu’il était possible de se rassembler sur des objectifs de défense du service public.

Emploi, salaires, services publics, réforme du système ferroviaire… Nous ne lâcherons sur aucun de ces objectifs, en démontrant autant qu’il le faudra que c’est le coût du capital et non celui du travail qui est la cause de la crise.

Pendant toute cette année 2014, nous vous invitons, à unir nos forces pour reconstruire l’espoir et répondre aux défis qui attendent notre entreprise.

Les cheminots communistes vous souhaite une bonne année 2014.

 

 4 Eme Paquet ferroviaire : la mobilisation ne fait que commencer !

 

 

 

 

Le 17 décembre 2013, la commission Transport du parlement européen a entériné les principes du 4

ème paquet ferroviaire.

L’ouverture à la concurrence du transport voyageurs est prévue en 2022.

Publié le 30 janvier dernier, ce quatrième paquet comporte 6 rapports, propositions de directives et de règlements, dont le seul but est d’ouvrir grand les portes de la mise en concurrence du transport de passagers, comme pour le fret.

Ces rapports, qui visent à achever la libéralisation du rail, ont obtenu un large soutien, au-delà de la majorité de droite.

Les deux rapports composant le volet politique de ce paquet, le rapport de Mathieu Grosch sur l’ouverture du marché et celui de Saïd El Khadraoui sur la gouvernance de l’infrastructure ferroviaire ont été adoptés avec respectivement 28 voix pour et 8 contre, et 28 voix pour et 11 voix contre. Le groupe GUE-NGL, dont font partie les élus du Front de Gauche, a déposé de nombreux amendements pour reconnaître les droits des travailleurs du rail ou les droits des collectivités à décider

de leur politique de transport. Aucun d’entre eux n’a été adopté !

Les premiers paquets ferroviaires ont seulement mené à des hausses des prix pour les passagers et à une détérioration des conditions de travail pour les salariés. Malgré ces échecs, certains veulent à nouveau répéter les mêmes erreurs dont la logique est de continuer à servir exclusivement les intérêts des grands groupes financiers.

L’avis du groupe GUE-NGL sera annexé au rapport officiel pour affirmer son refus de cette nouvelle étape de la libéralisation.

Ce vote ne sonne pas la fin du débat sur l’avenir du rail, mais le début de la mobilisation.

La Commission européenne veut terminer le travail avant les élections européennes ! Ne la laissons pas faire !

Nous soutenons le rassemblement d’ETF (Fédération européenne des travailleurs des transports) fin février à Strasbourg.

Le train est le moyen de transport le plus sûr et le plus écologique. Faisons de la préservation d’un service public du rail accessible à tous l’un des sujets phares d’ici les élections européennes de mai 2014.



Nos propositions

 

Un projet de loi a été déposé par le Front de gauche. Il précise que le gouvernement de la France doit engager une réorientation de la politique des transports au niveau européen. Pour cela, il propose un moratoire sur les trois paquets ferroviaires. Il réalise un bilan contradictoire et indépendant sur l’impact de la libéralisation du transport ferroviaire en termes d’emplois, d’aménagement du territoire et de qualité du service rendu. Il effectue un bilan carbone de ces politiques européennes. Sur cette base, il prévoit : l'abandon du dogme libéral et de la concurrence effrénée, la maîtrise publique des infrastructures,

 

l’unité du réseau d’infrastructures ferroviaires, l'objectif assumé de permettre un aménagement équilibré du territoire.

 

 

Réforme du ferroviaire : des élus interpellent le gouvernement

 

 

Le 11 décembre 2013, 24 parlementaires du Front de Gauche et 11 vice-présidents au transport dans les régions ont interpellé le gouvernement pour qu’il confirme son engagement d’un débat parlementaire sur la réforme du ferroviaire. S’il était reporté, voire oublié, cela

 

 

 

laisserait les décisions sur l’avenir du système ferroviaire français au diktat de la commission européenne et de son 4ème paquet ferroviaire. Le 1er Ministre et le Ministre des Transports doivent s’engager solennellement à respecter le calendrier qu’ils ont décidé !

Les Présidents des entreprises publiques SNCF et RFF mènent une grande campagne de communication. Face aux indécisions gouvernementales, ils tentent de mettre en place leur réforme avant le débat parlementaire et le vote de la loi, pensant ainsi rendre leur nouvelle organisation incontournable. C’est inacceptable !

C’est l’avenir du système ferroviaire et du Service public ferroviaire tant fret que voyageurs qui est en jeu.

Depuis le 16 octobre, les syndicats, associations et partis politiques de gauche et écologiste, soulèvent le manque d’ambition du projet de loi et portent l’exigence d’une réforme du ferroviaire à la hauteur des défis à relever.

  

Face à l’accélération de la dégradation des infrastructures, de

s dysfonctionnements de l’exploitation, face à la décision gouvernementale de suspendre l’écotaxe, il y a urgence à mettre en oeuvre une réforme ambitieuse intégrant les questions du désendettement, des nouveaux financements pérennes, d’une véritable intégration industrielle du système ferroviaire.

 

Il appartient au Gouvernement et au Parlement de prendre en compte les exigences qui s’expriment afin de construire un projet de loi répondant aux besoins de la Nation et des usagers, à partir d’un système ferroviaire intégré, seul capable de répondre aux enjeux de sécurité, d’aménagement du territoire et d’égalité de traitement.

Les enjeux sont d’une telle importance qu’ils appellent un grand débat public, qui dépasse le cercle des spécialistes. Nous appelons aux rassemblements et aux actions les plus larges sur tous les territoires.

 

 

 

 

 

Nos propositions

  1. L’État doit désendetter le ferroviaire et impulser une politique des transports multimodale et complémentaire.
  2. Les infrastructures ferroviaires doivent relever d’une maîtrise publique exercée par la SNCF sous tutelle de l’État propriétaire.
  3. La SNCF doit être réunifiée et organisée de manière à mutualiser ses ressources pour redynamiser le service public. Cette organisation garantit l’unicité du réseau et son entretien, ainsi que le respect des principes du service public, comme l’égalité d’accès.
  4. La cohérence nationale apportée par une SNCF intégrée permet une évolution du rôle des Régions. En leur confiant la coordination des autorités organisatrices de transport sur leur territoire, cela permettra d’organiser la réponse aux besoins de transport de manière plus efficiente.
  5. Le Conseil d’Administration de la SNCF doit être majoritairement composé de représentants des usagers et du personnel, d’élus régionaux et parlementaires.
  6.  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche