Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 12:02

Etre confronté aux réalités du terrain et lire des informations dans le journal qui contredisent les faits, est un sentiment que l'on aime jamais ressentir. Michel Tortey secrétaire de la section PCF du Gard Rhodanien et candidat aux municipales à Bagnols, plutôt que ruminer a choisir d'interpeller le Préfet de Région, représentant local de l'Etat. Se faire le relais des politiques du gouvernement n'exempte pas le Haut Fonctionnaire d'une rigueur indispensable à sa fonction. Michel Tortey ne laissant rien passer n'a pas hésité à répondre à Pierre de Bousquet.

 

Lettre de Michel Tortey

 

Monsieur le Préfet,
Par voie de presse ce 21 janvier, je prends connaissance de votre "volonté de stimuler les filières d'avenir …".
La crédibilité de votre propos s'oppose aux contraintes budgétaires imposées sur les services publics dans notre pays.
Les choix de l'Etat, pour la recherche notamment, se traduit par un projet aberrant d'abandon des Sciences du vivant sur le CEA1 Marcoule.
Le Service de Biologie et de Toxicologie Nucléaire, de par son dynamisme, ses collaborations, ses capacités de transfert vers les industries "d'avenirs", les universités et la médecine fait pourtant preuve de son utilité. L'incompréhension, l'indignation des salariés et des élus face à ce projet est exacerbés par les mises en cause collatérales de Cisbio et du Parc régional d'activités Marcel Boiteux.
Dans ce contexte, il est souhaitable que vous clarifiez les positionnements du gouvernement. Seuls l'annonce du renoncement à ce projet nauséeux et des choix politiques à mêmes de développer la recherche et la production en Gard rhodanien, comme sur l'ensemble du pays, sont recevables.
Tout autres discours, contredits par les faits, accentuent la défiance envers l'Etat.
Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet de région, en l'assurance de mes respectueuses salutations..
Michel TORTEY

Article paru dans Midi-Libre

Languedoc-Roussillon : la bataille pour l'emploi est lancée, selon le préfet

OLIVIER SCHLAMA
21/01/2014, 14 h 27 | Mis à jour le 21/01/2014, 14 h 41
Soutenir les secteurs à fort potentiel comme la santé et le biomédical.
Soutenir les secteurs à fort potentiel comme la santé et le biomédical. (VINCENT DAMOURETTE)

Le préfet Pierre de Bousquet a annoncé, lundi, vouloir stimuler les filières d’avenir tout en misant sur le tourisme et les services.

Le Languedoc-Roussillon n’aura pas son plan d’urgence pour l’emploi, comme l’a obtenu la Bretagne. "On n’en est pas là", a répondu lundi le préfet, interrogé à ce sujet lors d’une conférence de presse, où Pierre de Bousquet a pourtant décrété la lutte pour l’emploi prioritaire en 2014.

15,3 % de chômeurs

Certes, la région affiche le triste record de 15,3 % de chômeurs, soit quatre points au-dessus de la moyenne nationale. Certes, pour 100 habitants, on ne compte que 28,7 emplois (35 en France). Certes, la région s’appuie sur une économie dite “présentielle” comprenant des pans aussi variés que la grande distribution, les services à la personne, le commerce, l’administration, l’hôtellerie, le tourisme... Et dont la performance ralentit sous l’effet d’un pouvoir d’achat qui s’effrite depuis 2011.

Mais la région a des atouts

"Il faut continuer à consolider ce que l’on sait faire déjà et développer une économie productive, a ajouté le préfet. L’avantage, c’est que l’on ne doit pas reconstruire à partir d’un champ de ruines industriel comme dans le Pas-de-Calais. On peut se concentrer sur les industries de demain."

Puisque d’industrie traditionnelle, il n’y en a peu, la lutte pour l’emploi, c’est aussi, pour le représentant de l’État, "stimuler les filières d’avenir". Santé et biomédical. Agroalimentaire. Cycle de l’eau. "Là où nous avons un vrai savoir-faire, il faut soutenir la recherche et encourager les transferts de savoir-faire entre recherche et industrie", accompagner les start-up comme de possibles pépites "en leur trouvant des financements. En espérant que la mayonnaise prendra", plaide Pierre de Bousquet.

Une politique d’emploi aidé

En "attendant" et en "préparant le rebond économique", l’État développe une politique d’emploi aidé (lire ci-dessous) et mise aussi sur des chantiers "considérables".

Les grands chantiers : source d'emplois

Le contournement SNCF de Nîmes-Montpellier apportera ainsi son lot de travaux et d’ouvrages d’art en 2014 où l’État versera 300 M€. Il y a aussi le doublement de l’A9 à Montpellier qui générera cette année 110 M€ de travaux. Sans oublier les 1,2 milliard d’euros de fonds structurels européens, au lieu des 900 M€ à l’origine.

Quant à l’inquiétant taux de chômage, le préfet de région a tenu a le relativiser à cause "des nombreux emplois saisonniers". Et du travail au noir : "C’est vrai, beaucoup de gens “bricolent” ; beaucoup s’en contentent, vivent dans ce type d’économie. On ne peut pas se satisfaire de cette médiocrité. Il y a aussi beaucoup de gens qui voudraient bosser. Il en va aussi de la santé de nos systèmes qui suppose qu’il y a plus de gens au travail qu’au chômage, une spécificité de notre région due au poids très fort de cette économie “présentielle”", a reconnu Pierre de Bousquet.

"Un tourisme plus sophistiqué"

Le préfet a aussi évoqué des pistes de travail comme l’élargissement de la saison touristique estivale, notamment, pour que les Languedociens eux-mêmes prennent leurs vacances dans la région. "Le balnéaire, c’est bien. Mais notre arrière-pays offre des atouts." Pierre de Bousquet milite aussi pour "un tourisme plus sophistiqué, haut de gamme".

Contrats aidés : 26 000 bénéficiaires en 2013

 

« En 2013, a détaillé hier le préfet Pierre de Bousquet, 20 480 contrats aidés classiques ont été signés dans la région, plus 3 981 emplois d’avenir (1955 sont prévus pour ce premier semestre 2014) et 589 contrats de génération et 1 610 formations d’urgence. Au total, 26 660 personnes ont bénéficié de ces dispositifs d’aide de l’État pour sortir du chômage. Auxquelles nous avons remis le pied à l’étrier. »

Avec un coût non négligeable : 250 M€ versés par l’État. Le préfet a reconnu que le nombre de ces contrats était en deçà
« de 10 % des objectifs pour les emplois d’avenir ». Mais que ces objectifs étaient « élevés et ambitieux. C’est d’ailleurs stimulant. Avec nos services et Pôle emploi, nous sommes en ordre de bataille. »

En 2014 ? « Nous allons prospecter les collectivités locales et les associations et mobiliser le secteur marchand et ceux du médico-social ou de l’insertion économique. Il y a des marges de progrès. »

S’agissant des entreprises, 400 d’entre elles ont bénéficié du pacte de compétitivité pour quelque 20 M€. Le préfet de région a aussi évoqué le logement. « En 2013, l’État a financé 6 100 logements sociaux, soit une hausse de 12 % par rapport à 2012. »

Dès cette année, les communes auront des « obligations renforcées. Les sanctions envers les communes en retard seront de plus en plus lourdes ». Enfin, l’État a apporté pas moins de 1 milliard d’euros pour financer les APL (aides personnalisées
au logement) en 2013.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche