Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 1499 6 28 /12 /décembre /1499 00:51

FICHE 5 : UN PROGRAMME ULTRA LIBERAL MAIS FLOU

 

La fermeture des frontières économiques

comme riposte à la mondialisation

 

Le Front national ne propose aucune alternative à la mondialisation et encore moins d'en changer le cours en favorisant des politiques de coopération renforcée et de solidarité. C'est donc la politique d'une France renfermée sur elle-même qui constitue le credo du FN. On notera que nulle part, dans ses propositions économiques Marine Le Pen ne parle de lutter contre l'ultralibéralisme si cher à son père. Elle n'invoque que la lutte contre le «mondialisme».

 

Le bénévolat comme levier pour réindustrialiser la France

 

Marine Le Pen propose de réindustrialiser la France. Elle « pense à tous nos retraités de l'industrie, ouvriers, ingénieurs, chercheurs, mais aussi à tous nos seniors, jetés du marché du travail beaucoup trop tôt. [Elle est] convaincue, il y aura l'armée des volontaires bénévoles, qui ne demanderont rien, mais qui seront simplement désireux et heureux de pouvoir transmettre leurs talents aux jeunes générations, celles qui feront la France rayonnante et industrielle de demain.» C'est à proprement parler sidérant. Une main d’œuvre bénévole, même Laurence Parisot n'ose pas le proposer !

Afin d'assurer la bonne santé de la nouvelle industrie française et de toutes les entreprises, il faudrait leur permettre d'être les plus libres possible, avec moins d'impôt, de taxes et de contraintes afin qu'elle puisse combattre au sein du marché mondial. Ce n'est ni plus, ni moins que du dumping fiscal et social dont les salariés seront les premières victimes.

 

Remboursement de la dette publique

 

A propos de la dette publique, Marine Le Pen fait feu de tout bois mais n'indique aucune solution précise ou réaliste. Elle dénonce la fraude sociale et les immigrés. En revanche, elle ne dit mot des exonérations de charges sociales pour les patrons qui coûtent cher et ne rapportent rien.

Ce discours est connu, c'est celui dont nous abreuvent à longueur d'année les zélateurs de l'ultralibéralisme.

On sait pourtant que l'immigration n'est pas une charge pour l'état. La volonté de Le Pen et de Sarkozy de pointer du doigt la fraude aux allocations sociales par des familles, vise à faire oublier l'autre fraude, celle d'une partie des entreprises qui représente 80 % de la fraude sociale.

Sans parler du manque à gagner total, pour l’État, des allègements accordés aux entreprises de 172 milliards d'euros en année pleine, soit 67,7% du total des recettes fiscales nettes du budget 2011 et 1,87 fois le déficit prévu ! Dans ce total, on retrouve les exonérations de cotisations sociales patronales dont la compensation coûte annuellement quelque 30 milliards d'euros (29,8 milliards en

2009).

 

Sortie de l'Euro : le sujet de prédilection de Marine Le Pen

 

Dans un contexte où les réflexes nationalistes et xénophobes se développent en Europe, ce retour de chaque pays vers sa monnaie nationale risquerait surtout d'exacerber de nouvelles formes de guerre économique, notamment sous forme de dévaluations compétitives, etc... Au dumping social et fiscal s'ajouterait un dumping monétaire. Pas vraiment une réponse donc au besoin de nouvelles coopérations ! Et surtout pas une réponse à la domination des marchés financiers pouvant encore plus jouer des rivalités et différences entre pays dans les spéculations, les taux d'intérêts, etc...

La dette contractée en euros sur les marchés internationaux de capitaux (les 2/3 de la dette française par exemple) resterait libellée dans cette monnaie pour le ou les pays sortants de l'euro.

Non seulement leur nouvelle monnaie nationale connaîtrait une dévaluation volontaire (l'objectif des partisans d'une sortie de l'euro étant notamment de retrouver une compétitivité prix à l'exportation par une dévaluation monétaire), mais la dette ancienne libellée en euro exploserait.

 

Pouvoir d'achat

 

Pour le Front national, le redressement du pouvoir d'achat des ménages se fera essentiellement par le retour de la croissance et une réforme de la fiscalité touchant les classes moyennes. Marine Le Pen souhaite également bloquer les prix de certains produits de première nécessité (pain, lait...).

Nulle part n'est mentionnée une augmentation des salaires, ni du SMIC.

 

Un État fort, mais impuissant face aux marchés

 

Le Front national dit défendre un État fort. Toutefois, une fois son discours décrypté, on voit qu'il s'agit en fait d'un État recentré sur ses missions régaliennes que sont la sécurité et la défense nationale. Pour le reste, en totale cohérence avec les thèses ultralibérales, il n'a pas à intervenir ou presque. Il peut le faire dans des secteurs stratégiques et essentiels pour la nation comme l'industrie automobile ou le nucléaire. Toutefois, et même pour ce qui concerne la politique énergétique, il n'est pas question d'un grand service public. On reste dans le cadre de l'économie capitaliste. Les droits des salariés, leur implication dans le choix des grandes stratégies n'est pas à l'ordre du jour.

 

 ALLER FICHE 6

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche