Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 18:54

 

Le Parti communiste français apporte son soutien actif à la manifestation Anem Oc ! de Carcassonne du 24 octobre 2009

Le député UMP Roubaud lui, la « joue à l’envers » !


A l’heure où la mondialisation est dominée par une nouvelle offensive de l’économie capitaliste, à la recherche du profit financier aux dépens des êtres humains et de leur environnement, la défense et la promotion du patrimoine culturel et linguistique se posent en termes nouveaux.

De même que la défense et la promotion de notre langue nationale à l’échelle du monde ne saurait se traduire par le mépris et la lutte contre les autres langues, l’intérêt historique attaché à juste titre à la langue commune aux citoyens français ne peut signifier le laisser faire, dans la jungle de la concurrence des langues, pour les langues minoritaires et leurs cultures à l’intérieur du territoire national.

Les langues de France sont une richesse qui ne saurait relever de la seule initiative privée. Elles doivent avoir une place dans l’espace public qui leur permette d’être visibles et audibles. C’est la condition première de leur pratique. Si l’accès aux langues régionales à l’école doit continuer à relever du libre choix, être « facultatif, optionnel mais de droit », disions nous dans notre proposition de loi, présentée par le député de Marseille Guy Hermier en 1988, l’Etat a l’obligation de rendre ce choix effectivement

possible, d’abord en informant les familles, et plus largement la société, de la richesse linguistique et culturelle de la France, puis en proposant une offre généralisée, partout où l’une de ces langues est pratiquée, partout où une demande se manifeste. En raison de l’existence d’une diaspora, un enseignement des langues régionales doit également être proposé dans les grandes métropoles comme Paris ou Lyon.

La création en langue régionale doit être soutenue par une aide singulièrement accrue du ministère de la culture et de la communication, en relation avec les collectivités locales, afin notamment de favoriser le

contact et l’échange entre les créations et les grands lieux d’affichage culturel que sont par exemple les diverses manifestations nationales et régionales.

Les actions et les débats qui ont permis d’obtenir, en 2008, la reconnaissance des Langues et des Cultures de France dans la Constitution appellent aujourd’hui la mise en place d’une politique ambitieuse. Celle-ci

devant permettre à la nation de valoriser la diversité de ses pratiques linguistiques. Cette politique doit s’accompagner de la création d’instances de contrôle indépendantes chargées de faire respecter la loi, de

suivre l’évolution de sa mise en oeuvre et d’évaluer les effets des mesures prises. Ses observations devraient faire l’objet d’un rapport annuel devant la représentation nationale, l’Etat ne cherchant pas à fuir ses responsabilités en renvoyant au niveau régional les mesures à prendre.

La cohésion sociale, garante de l’unité républicaine, suppose que notre République accueille enfin la diversité comme une richesse à partager entre tous. C’est pourquoi, fidèle à une tradition continue depuis

sa création, le PCF, dans la continuité du travail entrepris en 2004 par ses Députés en liaison avec le Réseau Langues et Culture de France, entend présenter une nouvelle proposition de loi sur les langues régionales de France, en la préparant avec toutes celles et tous ceux qui le souhaiteront.

L’on pourra juger enfin de la sincérité de ceux qui affirment par ailleurs, en paroles, leur intérêt pour notre patrimoine linguistique et culturel, au regard des moyens qu’ils veulent mettre en oeuvre pour faire face à

ces besoins, tant dans la sphère culturelle que dans l’enseignement, à l’heure où des coupes claires affectent gravement et continûment ses domaines.

 

C’est dans ces perspectives que le PCF apporte son soutien actif à la manifestation du 24 octobre à Carcassonne

A notre grand regret le 3 octobre dernier a eu lieu une manifestation entre Beaucaire et Tarascon soutenue par l’action du député Roubaud qui a déposé le 4 août dernier une question écrite à l’Assemblée Nationale (dont le contenu est ci-dessous) qui va à l’opposé de la visée des organisateurs de la manifestation du 24 octobre à Carcassonne. Au moment où Sarkozy en supprimant une partie des collectivités locales (départements) participe à une casse de la décentralisation le député Roubaud son complice et une poignée de réactionnaires mènent un combat d’arrière-garde. Nous ne pouvons que le dénoncer et soutenir l’action des progressistes c’est donc dans ces perspectives que le PCF apporte son soutien actif à la manifestation du 24 octobre à Carcassonne.

Des membres du PCF Gard Rhodanien seront à Carcassonne le 24 octobre.

 

Question écrite déposée par le député Roubaud le 04/08/2009 

 

M. Jean-Marc Roubaud attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la reconnaissance de la langue provençale par la Direction générale des langues de France (DGLF). En 2009 la DGLF prévoit de publier une liste officielle des langues régionales françaises. La reconnaissance de celles-ci par le pays fait suite à un long débat tranché par la réforme constitutionnelle de 2008 (article 75.1). Celle-ci vise à valoriser le patrimoine et l'héritage de nos cultures nationales. Si cette évolution vient parapher la reconnaissance de la diversité culturelle de la France, ajoutant au prestige international de la langue française celui de la tradition enracinée dans nos terroirs, les modalités d'application restent toutefois notre préoccupation première. A ce titre, il voudrait porter son attention sur la qualification de la langue provençale prévue par la DGLF. La langue provençale, largement parlée dans le sud-est français, est vivace, s'appuyant sur plus de 500 000 locuteurs, 1 500 000 individus capables de la comprendre et une base d'auteurs dynamiques luttant pour sa reconnaissance. Leur objectif est d'avantage d'assurer la reconnaissance de cette langue que de maintenir sa survivance puisque celle-ci est garantie par les assises solides de la culture provençale. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui faire connaître quelle est la qualification réservée  à la langue provençale dans la classification de la DGLF.


Commentaires à cette question du député :


Les universitaires et les linguistiques sérieux savent bien que le Provençal n’est pas une langue mais un dialecte d’une langue qui s’appelle la langue d’oc ou occitan. Soutenir des micros-particularismes est ridicule et scientifiquement une ineptie. La manifestation (ratée) de Beaucaire et le relais parlementaire de Roubaud n’apportent rien à la cause des langues régionales bien au contraire

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche