Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2000 5 31 /03 /mars /2000 00:50

La crise qui secoue le continent illustre le besoin de changer en profondeur la construction européenne. La vieille Europe, celle de Maastricht, de Lisbonne, du pacte de stabilité, est en proie à des forces centrifuges. On nous avait expliqué que pour rapprocher les pays, faire de l’Union un havre de paix, de prospérité, de cohésion, il ne fallait pas désespérer la Bourse ; au contraire, une fiscalité avantageuse pour les entreprises et les capitaux, une réduction du coût du travail, un encadrement des dépenses publiques, un développement des marchés financiers s’imposaient.

À quoi cela a-t-il abouti ? Les inégalités se sont aggravées, le risque de pauvreté s’étend, le taux de chômage frôle les 10 %. Dans nombre de domaines touchant aux nouvelles technologies, le retard s’accentue. Le rôle économique et politique de l’Europe dans le monde s’affaiblit.

Des États de la zone euro sont aujourd’hui au bord de la banqueroute.

L’échec est retentissant mais une autre Europe ne surgira pas spontanément de cette mésaventure.

En France, après les élections régionales, un débat s’impose à gauche pour élaborer des propositions novatrices. Il n’est plus possible de considérer la mission de la BCE inscrite dans le marbre pour l’éternité. Actuellement, la Banque centrale est le sponsor des places financières européennes, des banques et des grands groupes capitalistes. Attentive au sort de la monnaie et de la finance, elle reste l’arme au pied lorsqu’une crise affecte les finances publiques des pays européens, alors que son homologue aux États-Unis se préoccupe de l’emploi et, en pleine crise, prend la décision de financer le budget de l’État fédéral en achetant directement des bons du Trésor.

La BCE doit pouvoir elle aussi financer les dépenses et les services publics, et la lutte contre le chômage doit devenir également sa priorité. Mais, contrairement à ce qui se fait aux États-Unis, sa politique de financement du système bancaire européen et des budgets publics doit obéir enfin à des critères sociaux de création d’emplois et de développement des hommes. Il y a là un enjeu de civilisation auquel la gauche ne peut rester insensible. Sans attendre la modification des traités, il est possible de commencer à réorienter l’utilisation de l’argent, à réformer l’Europe par le bas.

En France, les communistes et des élus du Front de gauche ont proposé notamment la création de fonds régionaux pour la sécurité de l’emploi et de la formation. La question d’un autre financement des retraites va venir dans l’actualité. C’est sur sa capacité à apporter des réponses originales, favorables au peuple travailleur, et à rassembler largement, dans l’unité, que la gauche sera jugée.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche