Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 19:39

 D'un point de vue stratégique, les pays visent généralement l'indépendance énergétique.  .
Mais à quel prix?  En France, "la géologie des différents bassins sédimentaires est plutôt favorable à leur développement, notamment dans le bassin du Sud-est, dans le triangle valence-Montpellier-Nice", estime Roland Vially, géologue à l’IFP énergies nouvelles. À en croire un document interne de Total cité par Les Échos, les ­gisements du sud de la France renfermeraient 2380 milliards de mètres cubes de gaz, soit cinquante ans de consommation natio­nale.

 

Or, il ne s'agit pas seulement d'économie, mais aussi d'environnement et de choix de société. Il s'agit aussi de notre santé, celle de nos enfants car nous risquons à terme de consommer de l'eau cancérigène......

Le gaz de schiste est un gaz naturel contenu dans des profondes roches sédimentaires. Le mode d’extraction de ce gaz pose de nombreux problèmes environnementaux.

  L’impact sur le paysage, d’abord : sachant que les puits s’épuisent rapidement, il faut régulièrement en forer de nouveaux. On peut ainsi en trouver tous les 500 mètres. Aux Etats-Unis, on compte plus de 500 000 puits répartis dans 31 Etats.

 Les ressources en eau, ensuite : pour exploiter cette énergie fossile et non-renouvelable, il faut recourir à la technique dite de "fracturation hydraulique". D’énormes quantités d’eau et de produits chimiques sont injectées à très haute pression afin de fracturer la roche et d’extraire le gaz. On estime qu’entre 10 à 15 millions de litres d’eau sont nécessaires pour une seule opération de fracturation. De plus, plusieurs associations américaines ont fait état de contaminations des nappes phréatiques à proximité des sites d’extraction de gaz de schistes.  

En effet, aux millions de litres d’eau les exploitants rajoutent des produits chimiques (un cocktail d’antibactériens, de biocides, d’anticorrosifs) dont la composition exacte est pour partie inconnue du public. Et pour cause : que ce soit au Canada ou aux États-Unis, la recette de ces additifs est protégée par le secret industriel. Et  le groupe Haliburton, à l’origine de cette mixture  n’a jamais voulu céder egaz1-a58ef.jpgt  en révéler les composants. Pire, l’ancien PDG d’Haliburton  Dick Cheney (1) a  fait voter une loi en 2005 qui empêchait  d’analyser les eaux utilisées pour les fracturations. Des analyses ont déjà retrouvé des composés hautement cancérigènes, tandis que 3 ou 4 cas de pollution des nappes aquifères adjacentes et de contamination de l’eau ont été relevés aux USA. En se basant sur l’étude menée, l’Etat de New York a décrété un moratoire sur l’exploitation du gaz de schistes pour protéger ses réserves d’eau potable. Suivi par le conseil municipal de Pittsburg. 50 représentants de la Chambre des représentants ont aussi présenté un projet de loi pour remettre en cause la loi Dick Cheney. 

D'autres études  montrent que ces forages peuvent traverser des roches riches en radium ou en uranium et ainsi diffuser de la radioactivité dans les nappes phréatique.

L'expérience montre aussi que là où l'exploitation a lieu, la quantité d'eau nécessaire n'étant pas toujours sur le lieux d'exploitation une noria de camion est nécessaire pour alimenter les sites d'extraction!

C'est dire si les permis d'exploiter ont été délivrés, au mieux avec une négligence coupable du ministère, au pire par une complaisance envers les barons du CAC 40 que sont TOTAL, GDF-SUEZ,........!

 

Les communistes Gard-Rhodanien sont opposés à cette technique d’extraction. Ils exigent l’annulation pure et simple des permis délivrés par JL BORLOO alors ministre de l’environnement de Sarkozy.  La satisfaction des besoins énergétiques est une réalité, c’est pourquoi nous préconisons dès maintenant que les nouvelles habitations soient « autosuffisantes » énergétiquement grâce au techniques géothermiques et photovoltaïques. C’est aussi pourquoi nous pensons que la production d’énergie nucléaire reste indispensable.

De plus, encore novices dans l’exploitation des gaz de schistes, les groupes français ne peuvent se passer de partenaires américains, les seuls à maîtriser la technique clef d’extraction de ces nouvelles ressources. Raison de plus pour être inquiets !

Le PCF Gard-Rhodanien y est d’autant plus opposé que la politique de destruction des services publics EDF-GDF a conduit à la création du groupe GDF SUEZ qui depuis sa création s’illustre par des hausses incessantes du prix du gaz ( + 5% pour la dernière en date !) pour satisfaire les appétits des actionnaires. Une fois de plus, sous couvert d’indépendance énergétique, ce sont bien les requins de la finances qui sont à l’œuvre.

 Le PCF exige une maîtrise publique des ressources énergétiques : gaz, électricité, eau, notamment, la consultation des populations après un débat démocratique et l’arrêt de décisions qui engagent la vie des futures générations dans le secret des cabinets d’une élite coupée du plus grand nombre, avec une fois de plus la complicité de la plupart des  grands médias aux ordres, sinon complices du capitalisme.

La PCF Gard-Rhodanien  propose que le Conseil Général du Gard déclare son territoire «HORS ZONE DE RECHERCHE ET EXPLOITATION DE GAZ DE SCHISTES». Il va écrire aux maires des communes  pour leur demander de prendre elles aussi des arrêtés dans le même sens.

La section Gard-Rhodanien du PCF, invite donc tout naturellement les communistes, sympathisants, à participer activement aux rassemblements, collectifs qui se créent, dans le respect de la diversité de chacun. 

 

(1)   Le même triste individu qui disait avoir les preuves d’armes de destructions massives en Irak pour justifier l’intervention militaire U.S.

 

Pour mémoire, ci après la déclaration de Jean Marie Daver, candidat à l’élection cantonale à ce sujet :

"Ils sont capables de tuer le dernier oiseau, le dernier lapin, le dernier renard et par là même le dernier Humain sur la planète. Pour faire du fric la société Total: après de multiples marées noires et pollutions sur toute la planète s’apprête à renouveler son for­fait dans le midi et particulièrement à notre porte dans tout le sud et avec la recherche sur le gaz de schiste.

Le profit à tout prix et quel prix empoisonnement des terres, des nappes phréatiques, de la nature, pille des res­sources en eau à des fins mercantiles, tout cela dans le plus grand secret, il nous faut stopper ce processus de recherche, pour cela j’appelle toute la population de Pont-Saint-Esprit et du canton à soutenir l’action sous toutes ces formes contre le permis d’exploitation qui à été octroyé à la société Total en mars 2010 sur une surface de 9672 KM2 de notre sol.

Je m’inscris en opposition total à la poursuite de ces recherches qui ont été catastrophiques dans tous les pays qui ont engagé l’exploitation de ce gaz.

Cher concitoyen, je m’engage si je suis élu à poursuivre l’action au sein du Conseil Général du Gard pour arrêter la criminelle activité entreprise contre notre belle nature et reve­nir à une science qui a retrouvé sa conscience"

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans Agir avec le PCF
commenter cet article

commentaires

Pierrette Pasquini 06/03/2011 00:49



 


Je suis solidaire de cette position et pour information, je vous fait parvenir la déclaration du M'pep dont je suis le porte parole pour le Gard.


La déclaration de Jean Marie Daver est très pertinente.


Fraternellement,


Pierrette Pasquini, M'pep Gard


 


 


LE GAZ DE SCHISTE EN FRANCE : UNE INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE AU PRIX D’UN DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE
?

1er mars 2011.

Le M’PEP soutient la pétition contre les opérations visant à explorer le sous-sol français à la recherche de gaz de
schiste (dans le sud de la France) et d’huile de schiste (dans le Bassin parisien).

Sans aucune information, ni consultation publique, Jean-Louis Borloo (qui s’était autoproclamé champion des énergies renouvelables) a octroyé au 1er mars 2010 aux pétroliers français Total et
Texan Schuepbach (avec comme partenaire GDF-Suez), trois permis de recherche (Permis de Montélimar, Permis de Nant et Permis de Villeneuve de Berg) pour rechercher le gaz de schiste sur une zone
de près de 10 000 km2 dans le Sud de la France, touchant les départements de la Drome, Ardèche, Vaucluse, Gard, Hérault, Aveyron et Lozère, allant de Montélimar à Montpellier et remontant à
l’ouest le long du parc naturel des Cévennes.

La montée des résistances contre les opérations d’exploration du gaz de schiste dans les départements concernés du Sud de la France s’inscrit dans un front du refus des politiques libérales de
l’Union européenne dont les seuls objectifs concernent les intérêts privés et non les intérêts communs sociaux (droit à l’énergie) et environnementaux (protection des milieux et des ressources
naturelles comme l’eau).

( . . . )

Pour lire la suite et accéder à la pétition cliquez sur ce lien :
http://www.m-pep.org/spip.php?article1997



Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche