Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 15:28

Deux affaires "tombées" hier dans l'actualité nous donnent un aperçu effarant des conditions de travail dans le monde d'aujourd'hui.

Capitalisme mondialisé et ultralibéralisme font des ravages. Les deux exemples sont développés ci-dessous. Hallucinant !

Affaire n°1 : des couches-culottes plutôt qu'une pause pipi pour des salariés au Honduras

L'entreprise Kyungshin-Lear, fabricant de pièces automobiles, a décidé d'interdire la pause pipi à ses salariés, puisqu'elle nuirait à leur productivité. Ceux-ci seraient donc obligés de porter des couches. C'est le secrétaire général de la Central General de Trabajadores, l'un des principaux syndicats du pays, Daniel Durón, qui a expliqué que les employés devaient acheter des couches pour pouvoir garder leurs emplois.

L'affaire qui a fait les titres de nombreux journaux au Honduras, a été confirmée par une ex-employée de l'entreprise qui a expliqué que porter des couches était "embarrassant" mais nécessaire faute de "permission d'aller aux toilettes".

De plus, selon ABC news, l'entreprise aurait placé des caméras de surveillance dans les toilettes des employés. Le représentant de la joint-venture a formellement démenti ces accusations. Pour ce dernier, la polémique est "un mensonge de travailleurs manipulés par des syndicats américains, qui veulent retrouver les emplois perdus dans leur pays", rapporte le Point.

Une délégation d'inspecteurs du travail devrait venir prochainement vérifier "la véracité des déclarations", ainsi qu'une délégation américaine qui devrait rencontrer l'employeur et le ministre du Travail.

Affaire n° 2 : un stagiaire meurt d'épuisement dans une banque à Londres

 

 

Un stagiaire de la filiale londonnienne de la Bank of America serait mort d'épuisement le 15 août dernier. Le jeune homme de 21 ans avait seulement dormi 9 heures en trois jours.

Ce drame relance la polémique sur les conditions de travail des stagiaires en Grande-Bretagne.

Les entreprises abusent-elles de leurs stagiaires ? Un drame remet cette question à la Une des médias en Grande-Bretagne. Moritz Erhard, un étudiant allemand de 21 ans en stage chez Merrill Lynch, une filiale de la Bank of America, serait mort d'épuisement, à Londres, le 15 août dernier.

D'après The Independent, le jeune homme, qui souffrait apparemment d'épilepsie, aurait seulement dormi 9 heures en 72 heures, enchaînant pratiquement trois jours de travail. En Grande-Bretagne, la durée maximale de travail est fixée à 48 heures par semaine, mais la règlementationstipule, cependant, que les employés peuvent travailler plus "s'ils le souhaitent".

Cette précision laisse sans doute une grande marge de manœuvre aux entreprises.

 

Selon un de ses collègues stagiaires, cité par The Guardian, le jeune homme, qui était payé 2.700 livres (3.100 euros) par mois, travaillait "très dur". "Nous travaillons généralement 15 heures par jour ou plus. On n'aurait pas pu trouver plus travailleur que lui", décrit-il.

Le site anglophone FinanceInterns qui conseille les étudiants souhaitant faire carrière dans la finance, a commenté dans un long article une nouvelle "choquante", mais non "pas surprenante".

"Les jeunes qui acceptent joyeusement un stage d"été pensent qu'ils vont pouvoir décrocher le job de leur rêve, se disent que ça va être un été plein d'espoir.  Mais, en réalité, ce sont les trois pires mois de leur vie à cause des heures supplémentaires de nuit, des week-ends travaillés..."

En Grande-Bretagne comme en France, l'été est souvent synonyme de période de stage pour les étudiants qui viennent la plupart du temps remplacer les salariés partis en vacances. Selon le collectif Génération précaire, l'Hexagone compte près d'1,5 million de stagiaires. Et les banques en sont friandes. Pourtant, la règlementation française stipule clairement que les stagiaires ne doivent pas suppléer un employé ou aider les entreprises à faire face à un accroissement temporaire d'activité.

Si la vision des stages où les jeunes se surmènent pour montrer "de quoi ils sont capables" est bel et bien réelle, elle n'en reste pas moins illicite puisque les stagiaires ne doivent normalement pas travailler autant qu'un salarié.

Dans un communiqué, Bank of America a déclaré que Moritz Erhardt était un jeune homme "apprécié de ses collègues" et un interne "très appliqué" avec "un futur prometteur". Un futur qu'il n'aura finalement pas la chance de connaître...

 

Moralité

 

Les salariés français plutôt que de croire qu'ils sont privilégiés devraient revendiquer, se syndiquer, défendre leur retraite sinon dans peu de temps ils porteront eux-aussi des couches, mourront d'épuisement au travail et se contenteront d'un bol de riz ! Tout ça pour être "compétitifs !"

travailler-plus.png

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche