Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 17:40
http://www.humanite.fr/local/cache-vignettes/L97xH135/arton2768326.jpgL’écrivain et prix Nobel portugais José Saramago est décédé à l’âge de 87 ans sur l’île espagnole de Lanzarote (Canaries), a annoncé vendredi une porte-parole de sa maison d’édition en Espagne.

L’auteur de "Le Dieu manchot", "L’évangile selon Jésus-Christ", ou "Le Radeau de Pierre", qui avait reçu le prix Nobel de littérature en 1998, vivait à Lanzarote depuis 1993 avec son épouse, la journaliste Pilar del Rio.

Il avait été hospitalisé à plusieurs reprises ces dernières années, notamment en raison de problèmes respiratoires.

Selon les médias espagnols, citant des sources dans sa famille, l’écrivain est mort vendredi à son domicile après avoir passé "une nuit tranquille".

Le Nobel ? " C’est comme Miss Portugal, dit-il dans un entretien accordé à l’Humanité, l’an prochain, on l’aura oubliée. "

Lors du Forum social européen de 2003, l’écrivain engagé, membre depuis 1969 du Parti communiste portugais, signataire du Manifeste altermondialiste de Porto Alegre écrivait :

"Une Europe de cultures plurielles, une Europe décentrée, une Europe de différences serait obligée, par sa nouvelle nature, à faire observer une relation de parité opérationnelle entre les diverses cultures qui la composent, toutes les z lcultures sans exception. Elle devrait respecter l’espace propre de chacun comme partenaire de plein et entier droit sans sujétion à ces autres, qui pour des raisons politiques et stratégiques se conduisent encore d’une façon impériale, comme par une espèce de droit divin, en recueillant tous les bénéfices et avantages grossièrement matériels que n’importe quel type d’hégémonisme favorise (…). Ce qui présupposerait certainement la nécessité d’une nouvelle idée de la démocratie, si l’on ne veut pas sombrer dans le désastre, voilà donc ce que je propose aux Européens."

Saramago par lui-même :

"Je suis un écrivain réaliste, se défendait-il. Au sens large du mot. J’estime néanmoins que c’est perdre son temps que de coller des étiquettes sur des tiroirs : réalisme, surréalisme, expressionnisme, symbolisme… La vie, dans sa profusion, jaillit à tout moment hors des catégories édifiées a priori. Imaginons une haute tour. Au sommet, dans une salle ronde, il n’y aurait qu’une fenêtre par où observer le paysage. S’il y avait plusieurs fenêtres, on pourrait embrasser du regard un plus vaste paysage. Si l’on s’obstine à me dire : " Voilà votre fenêtre ", on me prive du plus grand angle de vue possible. J’utilise, dans mon travail d’écrivain, tout ce dont j’ai besoin, que cela vienne du surréalisme, de l’expressionnisme, de l’existentialisme ou de je ne sais quoi. Je prends mon bien où je le trouve, jusque dans les XVIe et XVIIe siècles, véritable âge d’or de la littérature qui pour moi demeure vivant, ne serait-ce que par sa maîtrise de l’allégorie".

"Prene’Aveuglement, cette histoire au cours de laquelle, soudain, la cécité devient une maladie contagieuse… Ç’aurait pu être un roman noir, mais j’ai voulu que ce soit une allégorie, une manière métaphorique de signifier que nous sommes tous des aveugles, qui utilisent la raison contre la vie.

Quatorze producteurs nord-américains, pas moins, m’ont proposé de réaliser un film avec l’Aveuglement. J’ai refusé. Ils auraient fait de mon roman une chose abominable, avec le pourcentage obligé de violence et de sexe. Ce que j’ai cherché à signifier de grave aurait disparu".


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche