Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 09:03

Une analyse du festival de reggae de Bagnols sur Cèze s’impose après plusieurs jours aux couleurs jamaïcaines. Il convient surtout de s’interroger sur l’apport de ce festival à la ville capitale du Gard Rhodanien. Bien entendu il ne s’agit pas de dresser un bilan économique et matériel mais de tenter d’évaluer un bilan culturel et humain. Une façon de répondre à la question suivante : les locaux profitent-ils des apports du festival ? Encore une fois il n’est pas question de revenir sur la manne financière, les festivaliers ne doivent pas être considérés comme des «  portes-monnaies sur pattes » même si indéniablement le festival Garance est une bouffée d’air pour la ville. Non, il est intéressant de voir ce que nous apportent ou pourraient nous apporter ces milliers de jeunes venus des quatre coins de l’Europe. Pour cela il faut arriver à s’extirper des clichés et autres idées reçues qui polluent les esprits. Non les rastas ne peuvent être résumés aux «  joints, aux dreadlocks et à la nourriture Ital »l qui sont souvent l’aspect visible mais caricatural qui ne peuvent pas définir la majorité des festivaliers. Il suffit d’aller voir travailler les bouchers bagnolais ces jours derniers pour voir que tous nos visiteurs ne sont pas végétariens ! Dépasser les a prioris et comprendre le mouvement reggae voilà la gageure qu’il conviendrait que la population locale entreprenne. Et c’est possible avec un peu de curiosité.

Il convient donc de saluer les initiatives qu’ont prises cette année Jérome Levasseur le directeur artistique du Garance Festival, la médiathèque de Bagnols sur Cèze et le cinéma Casino en organisant des rencontres et des projections. clinton-fearon.JPG

Ainsi on peut mieux comprendre la « mouvance rasta » et échapper aux poncifs.  Le blog du PCF Gard Rhodanien par l’intermédiaire de plusieurs militants bagnolais a participé à cette programmation et est en mesure d’en faire une synthèse. Avant de le faire il est à regretter que

                     Clinton Fearon (en acoustique) à la médiathèque Léon Alègre de Bagnols

malheureusement les habitants locaux ne se sont pas suffisamment investis  d’où l’intérêt d’en faire un compte-rendu.

La projection du film « le premier rasta » d’Hélène Lee  a permis de comprendre que les origines du rastafarisme sont surtout sociales, politiques, révolutionnaires et identitaires. Le film avec Jimmy Cliff « The Harder they come », même s’il est une fiction montre bien aussi les difficultés sociales de la Jamaïque et l’extrême pauvreté de la population. Un film de 1972 mais la réalité malheureusement aujourd’hui est toujours la même du côté de Kingston. Les rencontres d’artistes Clinton Fearon ex-membre des Gladiators ou les frères Grant des Twinkle Brothers à la médiathèque ont été aussi de riches moments de partage. Humilité, sagesse, philosophie de la vie se dégagent de ces musiciens mais aussi engagement social et politique. jerome-levasseur-et-les-twinckle-brothers.2JPG.JPG

Des valeurs portées par les musiciens, comme Tiken Jah Fakoly (mais aussi par un grand nombre de festivaliers) qu’on aurait voulu que les bagnolais  entendent  car la plupart sont heureux de ce festival. Il n’est qu’à voir les nombreux locaux attablés aux terrasses des cafés de la ville écoutant

Jérome Levasseur (cheville ouvrière du Festival) traduit les propos des frères Norman (Twinckle Brothers)

le sound system de Gonzalez et Hostein au bas de la rue de la République. Cependant on ne peut s’empêcher de penser que c’est la même ville qui a voté à 16,5 % pour le Front National aux dernières élections municipales de 2010. Tous ces noirs dans la ville ça doit faire grincer des dents ! (humour) Là encore c’est la curiosité intellectuelle et le goût des autres qui pourraient permettre de faire tomber des barrières dans certains cerveaux. Dans ces jours qui suivent la terrible tragédie qui a frappé la Norvège dont on connait la cause (les idées nauséabondes de la Droite Extrême), le festival de reggae et son brassage culturel est très important. Espérons que les expositions de photos de Mickaël Anisset à la médiathèque, les peintures de Kissewon à la Cave Mallet, les rencontres et projections auront contribué à l’ouverture d’esprit et à la tolérance de certains. Tout comme le Zion Garden initiative 100 % gratuite et 100 % locale.

Des initiatives culturelles à renouveler pour l’édition 2012 ! gisele-coutaud-abu-jamal-001.jpg

Notre camarade Gisèle Coutaud pendant tout le festival sensibilise le public au sort de Mumia Abu Jamal le journaliste afro-américain condamné à mort aux Etats-Unis pour un crime commis en 1982 pour lequel il n'a cessé de clamer son innocence. De nombreux groupes de musique (notamment reggae) ont composé des chansons sur le thème de Mumia Abu Jamal. Ce festival c'est aussi l'occasion de débattre de questions politiques avec cette jeunesse en recherche de valeurs. Ici les militants autour de Gisèle étaient au cinéma Casino lors de la projection du film avec Jimmy Cliff.

Pour en savoir plus sur Mumia Abu Jamal voir le lien suivant

Mumia Abu-Jamal est toujours en danger de mort : initiative à Bagnols sur Cèze le lundi 4 avril prochain

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bernard GOBERT 30/07/2011 07:36



Très bon papier et excellente analyse. Pour ce qui est de sensibliser et mobiliser les bagnolais, il y a encore du pain sur la planche !!!



SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF 30/07/2011 08:44



Merci pour le compliments, on espère que les bagnolais et ceux qui les dirigent auront compris la nécessité de faire un travail intellectuel en liaison entre les bagnolais et les festivaliers.



Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche