Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 13:04

Compte-rendu de la conférence-débat des communistes du Gard qui s’est tenue dans le cadre du 36e congrès du PCF le lundi 26 novembre 2012 à Bagnols sur Cèze et qui avait pour thème « L’avenir du Front de Gauche ».


Cette réunion s’est déroulée en présence de 80 personnes. Cet échange était ouvert aux communistes mais aussi aux non-communistes même si cette réflexion s’inscrit dans le cadre du prochain congrès du PCF.

La section Gard Rhodanien était organisatrice de ce débat qui s’inscrit dans une série de 5 débats départementaux. Celui de Bagnols sur Cèze est le second après celui de Vauvert qui avait pour thème « la fragmentation de la société » et avant ceux de Nîmes « la gauche et le changement » ; Alès « la crise et son issue » ; Vallabrix (Uzès) « les transformations du PCF ».

C’est Michel Tortey (secrétaire de la section Gard Rhodanien) qui a introduit les débats et a servi de modérateur lors des prises de paroles. Martine Gayraud (secrétaire départementale et membre de l’exécutif national du PCF) a pris la parole en seconde position. Son intervention a rappelé la nature de cette réunion dans la série des consultations de conférence congrès Bagnols 005préparation du 36e congrès du PCF, évoquant le thème du jour « l’avenir du Front de Gauche » elle a cerné le contexte politique actuel dans lequel s’inscrit notre réflexion à savoir un gouvernement socialiste, une forte bipolarisation politique, un fort sentiment d’impuissance d’une partie de la population…

L’intervenante suivante a été Marie-Pierre Vieu (Membre de la coordination nationale du Front de Gauche et membre de l’exécutif national du PCF) qui était la représentante du « national » et qui a fait part de son expérience comme membre de la coordination du Front de Gauche. Elle a d’abord rappelée la cartographie du Front de Gauche au niveau national et fait un bilan de ces premières années du Front de Gauche depuis sa création lors des élections européennes de 2009. Faisant une analyse des différentes expériences auxquelles a été confronté notre peuple lors d’une gestion de gauche des institutions, Marie-Pierre Vieu a évoqué les scénarii qui ont vu une participation ou pas des communistes. Union de la Gauche et programme commun ; participation gouvernementale dans le premier mandat de François Mitterrand ; Gauche Plurielle lors du gouvernement Jospin et donc pas de participation gouvernementale sous la gestion Hollande/Ayrault. Toutes ces situations ont malheureusement renforcé le PS et une recomposition de la Gauche est en cours. Nous travaillons avec le Front de Gauche a une vraie alternative politique faisant le constat que la gestion social-démocrate n’est pas satisfaisante pour notre peuple. La récente austérité gouvernementale sous prétexte de crise en est une illustration flagrante et nous conforte dans notre position de ne pas cautionner les décisions de ce gouvernement. La genèse du Front de Gauche qui est né en 2009 va chercher ses racines dans le séisme politique des présidentielles de 2002 (second tour en présence de JM Le Pen et pas de candidat de gauche) ; le référendum de 2005 sur le Traité Constitutionnel Européen ; la création du PG par une partie de membres du PS qui ont quitté cette formation politique (notamment autour de Jean-Luc Mélenchon) ; le constat d’échec de la transformation de la LCR en NPA. Ainsi le nouveau Front de Gauche pouvait accueillir la Gauche Unitaire de Christian Piquet qui quittait le NPA.conference-congres-Bagnols-006.jpg

Dans ce contexte le Front de Gauche rappelle Marie-Pierre Vieu est un rassemblement qui a vocation d’être majoritaire et veut changer le rapport de force à gauche en souhaitant élargir ce rassemblement.

Outre les Européennes de 2009 le Front de Gauche a participé à trois autres batailles électorales les Régionales, les Présidentielles, les Législatives. Un constat si le Front de Gauche gagne en visibilité et en influence dans les esprits, ça ne se concrétise pas au niveau des élus. Cette réflexion qui ne s’inscrit pas dans une vision « électoraliste » de la politique mérite d’être toutefois développée. La question bien entendu du mode de scrutin handicape nos candidats. La proportionnelle étant toujours une revendication de notre mouvement.

En dehors des batailles électorales le Front de Gauche participe à son développement en travaillant sur la société.

Le Front des luttes permet d’entrer dans les entreprises. Le Front de Gauche a permis de renouer avec une partie des intellectuels. Pour mémoire lors des présidentielles un appel de 1500 signataires avait soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Le positionnement et les interventions du membre du Front de Gauche participent à mettre des éléments de réflexion ou de langage dans le débat par exemple sur la question de la crise, la dette, l’austérité. La repolitisation d’une partie de la population a été constatée notamment pendant les présidentielles sur certains thèmes comme les déçus du PS ou de la critique du FN pas assez présente auparavant.

Pour la première fois depuis 1981 deux candidats étiquetés à gauche ont fait un score à deux chiffres (Hollande et Mélenchon) ce qui est donc une bonne performance du Front de Gauche aux présidentielles même si certains ont pu être déçu par les 11% de Jean-Luc Mélenchon.

Les Fronts de Gauche thématiques (front de l’agriculture, front de la Culture...) participent à la mise en mouvement d’une partie de la société tout comme les Assemblées Citoyennes.

Aujourd’hui ce sont 9 formations qui ont intégré le Front de Gauche puisque « les Alternatifs » viennent récemment de rejoindre ce mouvement.

Il faut encore travailler à son élargissement autant au niveau national que local. Les « Verts » qui font une cruelle expérience de la participation gouvernementale ne pourrait-il pas dans un délai bref (en totalité ou en partie) se joindre au Front de Gauche ? C’est une des inconnues de l’avenir du Front de Gauche.

Pour l’instant le Front de gauche avait un « Conseil de campagne » au niveau national mais il doit aujourd’hui réfléchir à son fonctionnement en période non électorale et à son élargissement citoyen. Une future « Convention du Front de Gauche » ou « des Etats Généraux du Front de Gauche » devrait se tenir prochainement pour réfléchir à tout ça. Pour l’instant il y a eu des rencontres notamment les « universités d’été du Front de Gauche » mais une réflexion plus générale doit intervenir. Marie-Pierre Vieu termine son intervention en évoquant la question des municipales qui doit être abordée sans « tabou », on ne doit pas faire l’impasse d’un débat sur cette question selon elle.

Place aux échanges avec la salle.

Intervenant 1 pose la question du financement du Front de Gauche et fait remarquer à Marie-Pierre Vieu qu’elle n’a pas parlé d’une éventuelle « coopérative ». En effet pour l’instant ce sont les partis qui abondent pour financer les actions du Front de Gauche ou ce sont les dispositifs lors de campagnes électorales. Comment fait-on en dehors des campagnes électorales ?

Intervenant 2 regrette que depuis la présidentielle le Front de Gauche ait été (selon lui) moins présent. Pas de distribution de tracts régulièrement. La question du maintien d’une activité militante du Front de Gauche en dehors des activités militantes des partis politiques qui composent le Front de Gauche est donc évoquée notamment pour ceux qui, comme lui, n’ont pas d’appartenance à une organisation politique directe.

Intervenant 3 évoque la non-visibilité des élus « Front de Gauche » qui sont souvent dans des majorités estampillées « Union de la Gauche » et sont donc pas productifs pour le Front de Gauche notamment au niveau municipal.

Intervenant 4 trouve que le PCF dans le Front de Gauche par son poids en adhérents et par son activité militante occupe la place principale en dehors de la visibilité de Jean-Luc Mélenchon au niveau national. Comment inventer un travail en commun plus efficace pour retrouver sur le terrain des militants différents. Autre question le Front de Gauche est-il marxiste ?

Martine Gayraud répond à cette première salve de questions et de remarques. Effectivement il faut retrouver le dynamisme, l’élan, l’enthousiasme que nos militants avaient pendant la campagne des Présidentielles. 2013 (année sans élection) ne doit pas être une année d’attente et seulement de réflexion, il faut monter d’un cran dans nos revendications auprès du gouvernement. Se faire entendre plus et combattre le défaitisme qui laisserait croire qu’il n’y a rien à faire pour sortir de la crise en dehors de se serrer la ceinture. La question du financement du Front de Gauche pose effectivement question : doit-on aller vers une cotisation directe au Front de Gauche pour ceux qui ne veulent adhérer à aucune des composantes du Front de Gauche ? Une cotisation individuelle pour ceux qui seraient membre et d’un parti et du Front de Gauche ? La réflexion doit se poursuivre.

Marie Pierre Vieu complète les réponses de Martine Gayraud sur cette première série d’interventions de la salle. Créer un parti du Front de Gauche ce n’est pas l’idée mais la question d’une « coopérative » semble plutôt envisagée. Marie-Pierre revient sur le peu d’enthousiasme qu’ont soulevé les six premiers mois de la Présidence Hollande. Il faut « bousculer » le gouvernement. conference-congres-Bagnols-011.jpg

Intervenant 5 Une seconde salve de remarques de la salle commence par la question « juridique » du Front de Gauche et notamment comment financer les « comités locaux » du Front de Gauche ?

Intervenant 6 Un militant invite les militants à rester proche des gens, ne pas faire de compromis avec une partie de la Gauche qui se sont transformées selon lui à des compromissions. Etre à leur service, il se dit (comme Jean-Luc Mélenchon) convaincu que nous devons être prêts à intervenir car notre heure va bientôt arriver.

Intervenant 7 La question du rassemblement autour du Front de Gauche ne doit pas seulement se poser au niveau national mais au niveau local. Etre un cartel d’organisations ne peut suffire, il faut une participation citoyenne « en bas », participer à mettre en mouvement la population localement.

Intervenant 8 Ce militant rappelle que nous ne sommes pas restés l’arme au pied depuis les Présidentielles et les Législatives. Rappelant les initiatives importantes « l’Université d’été du Front de Gauche » ; la « Fête de l’Huma » qui a été une caisse de résonnance des idées du Front de Gauche ; la manifestation du 30 septembre qui a été un succès même si localement dans le Gard ça nous a été difficile de mobiliser pour des questions financières les transports à Paris. Selon lui ne pas attendre les consignes venues d’en haut, poursuivre les Assemblées Citoyennes.

Intervenant 9 Dirigeant départemental du PG, il tient à remercier le PCF pour son engagement dans le Front de Gauche et sur la bonne entente qui permet un bon fonctionnement du Front de Gauche. Soutient l’intervention du précédent intervenant selon lui la consigne est « ne pas attendre la consigne ».conference-congres-Bagnols-010.jpg

Intervenant 10 Va dans le même sens, se poser la question « qu’est-ce que je fais moi ? » se mettre en mouvement soi-même participe de l’élan général. Les formes peuvent diverger selon les fonctions et les motivations de chacun.

Intervenant 11 revient sur la question de l’adhésion au Front de Gauche. Il dit avoir rencontré des gens qui veulent « adhérer » au Front de Gauche. Il convient de trouver rapidement une solution pour ces gens. Rappelle que le FN est en embuscade et que nous ne devons pas baisser les bras contre ce mouvement surtout dans le Gard compte-tenu des résultats électoraux.

Intervenant 12 Communiste, il rappelle que nous sommes dans une phase de réflexion dans le cadre du 36e congrès du PCF. Il y a plusieurs textes à débattre dans le cadre de ce congrès. Il faut réfléchir à la notion de gauche. Les différentes formules de gauche ont échoué (programme commun, gauche plurielle…). De même le Capitalisme lui-même n’est pas le même que par le passé. Il convient donc de faire une grosse bataille idéologique pour faire prendre conscience des repaires de classe car ceux-ci ont disparu. Il y a un recul idéologique fort. Attention au fait que les partis organisés sont nécessaire et important. S’organiser est obligatoire, la question d’une adhésion directe au Front de Gauche peut interroger dans cette logique.

Intervenant 13 Nous devons mesurer l’ampleur de la crise et des difficultés des gens. Le Front de Gauche a donc toute sa légitimité mais l’on peut s’interroger sur les positions de certains votes à l’Assemblée Nationales de députés du Front de Gauche. Il faut une cohérence d’ensemble. D’autre part on a besoin de l’activité communiste mais on a besoin aussi de l’activité des citoyens. Il faut donc réfléchir comment les mettre en mouvement. D’accord sur l’idée qu’un cartel dirigé par le haut ne peut convenir. conference-congres-Bagnols-009.jpg

Le moment de conclure cette soirée est arrivée. Martine Gayraud qui intervient ne prétend pas conclure et mettre un terme aux débats qui doivent se poursuivre. Elle confirme que la crise affecte d’une façon terrible la population. Elle a notamment en tête des remarques d’organismes caritatifs comme le Secours Populaire ou les Restos du Cœur dont les dirigeants lui font remonter la misère qui sévit avec de plus en plus de force. Elle a bien noté que la question de l’organisation du Front de Gauche et de son financement sont des préoccupations de tous les intervenants. Elle rappelle qu’en tant que dirigeante du PCF elle se sent bien dans le Front de Gauche et veut poursuivre dans cette voie. C’est pour cela qu’elle soutient le texte de la base commune dans le cadre du Congrès du PCF. Elle laisse la parole à Marie Pierre Vieu, qui elle non plus, ne prétend apporter le mot de la fin. Profiter de cette année 2013 (sans élection) pour poursuivre la construction du Front de Gauche. L’inscrire dans le paysage national mais aussi dans le paysage européen. Il est fait référence à Siriza en Grèce mais aussi à l’Espagne et aux prochaines élections en Allemagne.

Michel Tortey secrétaire de la section remercie tous les intervenants et rappelle les autres réunions dans le cadre des débats départementaux mais aussi des Assemblées Citoyennes locales (Comps, Roquemaure).

20 h 30 Les débats sont clos après deux heures de travaux.

On aura noté la présence de la librairie Diderot qui a proposé le livre de Marie Pierre Vieu « Pour une gauche décomplexée » que cette dernière a dédicacé à de nombreux participants en bonne place à côté de celui de Pierre Laurent "Prenez le pouvoir".

A constater aussi la présence « du philistin » qui a tenu un stand pour la vente de produits fabriqués en Palestine.

conference-congres-Bagnols-012.jpg

conference-congres-Bagnols-013.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche