Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 13:48

Le 7 avril dernier les militants de la section Gard Rhodanien du PCF à la veille de l’Assemblée Générale des actionnaires de Sanofi-Aventis étaient venus à la porte du site d’Aramon pour alerter les salariés sur l’emploi dans leur groupe. Presque trois mois après l’inquiétude est grande à Aramon.

En effet le groupe pharmacetuique Sanofi-Aventis, qui possède un centre de recherche à Montpellier et une unité de production dans le Gard, s’apprête à supprimer des centaines d’emplois à travers le pays. Le 29 juillet, des actions ont eu lieu sur de nombreux sites à l’appel de l’intersyndicale CFDT-CGT-FO-CFTC-CFE-CGC-SUD chimie. Celle-ci s’est adressée aux pouvoirs publics afin d’interpeller le plus tôt et le plus fermement possible la direction de Sanofi-Aventis à propos d’une « politique purement comptable ». Hier matin 3 août sur Europe 1, le ministre de l’Industrie Christian Estrosi, se voulant rassurant, a déclaré : « J’ai pris contact avec le PDG de Sanofi-Aventis, qui m’a garanti qu’il n’était pas question de fermer le site de Porcheville ». En attendant le laboratoire, qui emploie environ 100 000 personnes dans le monde, a déjà annoncé un plan de départs volontaires concernant potentiellement 1 300 salariés français, dont 850 chercheurs, ainsi que des projets de vente de son site de production de Porcheville (Yvelines), 220 salariés, et de fermeture d’un site administratif parisien employant 850 personnes qui seront transférées vers des locaux en région parisienne. Dans la recherche, il prévoit la fermeture de huit sites dans le monde, dont quatre sur quatorze en France, et l’abandon du développement de près d’un cinquième de ses projets de nouveaux produits.

A Montpellier, mercredi dernier lors d’un débrayage de deux heures, plusieurs centaines de salariés du groupe pharmaceutique qui affiche une excellente santé, une pétition recueillait plus de 500 signatures. A propos des profits, Philippe Mercey (CGT) s’indignait : « C’est inadmissible de voir de tels résultats et d’annoncer une restructuration ». En effet, en 2008 le bénéfice net du groupe européen s’élevait à 7,18 milliards d’euros ; au premier semestre 2009, le chiffre d’affaires a progressé de 6,7 % et le bénéfice net par action de 23,1 %. Le groupe affirme que d’ici 2013 il souhaite « adapter l’ensemble de ses structures aux challenges à venir », l’objectif étant de réaliser 2 milliards d’économies. Ainsi à Montpellier, Marie-Josée Cossec-Vion (CFDT) estime « qu’il n’existe aucune raison économique à ce plan ». Montpellier, un de des sites les plus importants du groupe ( 1 300 salariés), devrait voir partir 204 personnes dans le cadre d’un plan de cessation anticipée d’activité, des mesures considérées par l’intersyndicale comme étant « destructrices d’emplois ». Par ailleurs, le département d’oncologie (cancérologie) est voué à disparaître, l’activité étant transférée à Vitry, la direction proposant des mutations sur ce site ou bien un reclassement localement.

L’inquiétude est grande également dans le Gard où le site de production d’Aramon emploie 800 personnes, le processus légal de discussions qui devrait s’enclencher en septembre n’augure rien de bon, selon les syndicalistes. La direction, qui comprend que « le changement puisse générer de l’angoisse », justifie cette réorganisation du secteur recherche et développement par « la nécessité de faire face à un environnement qui change : développement des médicaments génériques, lutte contre les déficits des systèmes de santé… » et dit « se préparer à la perte programmée de brevets de ses médicaments phares ». Côté syndicats, on pense davantage « à une volonté d’entretenir la santé de l’actionnaire par la vente et la réduction de la masse salariale ». La section PCF du Gard Rhodanien apporte son soutien aux salariés en lutte.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche