Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 16:39

Le poète Louis Aragon est mort en 1982 : cela fait donc 30 ans. C’est dans le cadre de cette commémoration-anniversaire qu’une série d’hommages lui est rendue. Disparu un 24 décembre c’est donc le dernier trimestre de 2012 qui va voir se succéder les spectacles. Ce samedi 29 septembre à la maison Elsa-Triolet-Aragon à Saint Arnoult-en-Yvelines le coup d’envoi de plusieurs dates a été donné avec une soirée de lectures exceptionnelles qui a réuni les comédiens Didier Bezace et Denis Podalydès suivies par un concert de Bernard Lavilliers. D’autres manifestations de ce genre se dérouleront à la maison Elsa-Triolet-Aragon jusqu’à la date anniversaire de la mort de Louis le 24 décembre.

Notre territoire, le Gard Rhodanien, participe lui aussi à cette année « Louis Aragon » en ce mois d’octobre. Chronologiquement c’est l’association « les amis d’Albert André » qui associe les deux amis « George Besson et Louis Aragon » dans une soirée autour de la peinture à la médiathèque de Laudun le vendredi 5 octobre à 20 h 30. Le groupe « ça ira » bien connu dans le secteur jouera « celui qui dit les choses sans rien dire », un très joli texte de Louis Aragon sur la peinture de Marc Chagall mis en musique par Tonio Bastaroli avant la présentation d'une biographie du critique d'art et collectionneur George Besson. 

A Bagnols sur Cèze c’est le service culture de la municipalité qui fait venir la chanteuse Isabelle Aubret le dimanche 28 octobre à 15 heures au centre culturel Léo Lagrange. La célèbre artiste interprètera donc Louis Aragon et Jean Ferrat. http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/dd/Seghers_Aragon_%26_Triolet_1942.jpg

Nous ne pouvons que nous féliciter que le Gard Rhodanien participe à l’hommage rendu au poète qui fut engagé aux côtés des Communistes. On se souviendra que Louis Aragon séjourna pendant la seconde guerre mondiale avec Elsa Triolet à Villeneuve-les-Avignon chez leur ami éditeur Pierre Seghers. Au moins deux textes littéraires reviennent sur cet événement. Elsa Triolet dans le roman « les amants d’Avignon », écrit à cette époque  évoque la Résistance.

« Le médecin de Villeneuve » poème de Louis Aragon décrit la chasse aux Juifs dans Villeneuve-lès-Avignon en août 1942. Deux textes qui, dans notre contexte politique actuel résonnent toujours avec beaucoup de force.

Voilà donc deux dates à cocher dans son calendrier du mois d’octobre pour se souvenir de la poésie de Louis Aragon.

Ci-dessous le texte de Louis Aragon "Le médecin de Villeneuve"

Dans ce pays de fenêtres étranges

Il fait trop nuit pour qu'un sanglot dérange

Les jardins clos qui sont des coeurs murés

Tout est de pierre et tout démesuré

Dans ce pays de fenêtres étranges

 

La lune est restée au détour des toits

Où le Moyen-Age étoilé chatoie

De tous les côtés des tours et des tours

Sauf un rayon pris au puits dans la cour

La lune est restée au détour des toits

Il règne ici la paix cardinalice

Aux cils des volets une pourpre glisse

Porche complice enfer désaffecté

Un chapeau s'écorche au balcon sculpté

Il règne ici la paix cardinalice

 

Sommeil de l'homme énorme panoplie

Enfin le ciel est couleur de l'oubli

Toute mémoire y perd son abeillage

Celui qui rêve immobile voyage

Sommeil de l'homme énorme panoplie

 

Qui frappe à la porte au noir du silence

Il se lève un vent de la violence

Sur la ville un vol de coquecigrues

Traque des fuyards à travers les rues

Qui frappe à la porte au noir du silence

 

Docteur docteur ouvrez votre maison

Le souffle me faut me feint la raison

Ouvrez que j'entre et me donnez asile

Je reprendrai le bâton de l'exil

Docteur docteur plus au pied des autels

 

Celle-ci qui croit son heure venue

Court à la croisée et folle mi-nue

Crie à minuit Mon amour au revoir

Et boit la mort qu'elle craint recevoir

Celle-ci qui croit son heure venue

 

D'autres sont partis courir la campagne

Vignes où la peur leurs pas accompagne

Laissant la chaleur de cendres des draps

Avec leurs petits serrés dans leurs bras

D'autres sont partis courir la campagne

 

Ouvrez la porte et me sauvez la vie

A votre seuil les monstres m'ont suivi

Qu'il faisait beau ce soir à la Chartreuse

Vous qui reposez dans l'alcôve heureuse

Ouvrez la porte et me sauvez la vie

 

Le deuxième étage allume une braise

La lumière éveille un spectre de chaise

On a remué dans l'appartement

Un enfant gémit se tourne en dormant

Le deuxième étage allume une braise

 

Sur la colline obscure aux pins bronzés

Afin de mieux l'ombre dramatiser

Chante un oiseau commme aux vers de Pétrarque

Et comme alors l'amant grave ses marques

Sur la colline aux pins bronzés

 

Cette complainte une autre recommence

D'une autre peste et d'une peine immense

Et non d'amour mais de meurtre et de sang

Miroir ancien d'un malheur renaissant

Cette complainte une autre recommence

 

C'était hier le temps des Pastoureaux

Le temps qui passe embellit le bourreau

La pierre fend à force de bourrasques

A chaque siècle il suffit sa tarasque

C'était hier le temps des Pastoureaux

 

Dans ce pays de fenêtres étranges

Il fait trop nuit pour qu'un sanglot dérange

Les jardins clos qui sont des coeurs murés

Tout est de pierre et tout démesuré

Dans ce pays de fenêtres étranges.

         Louis Aragon "en français dans le texte" (1941-1942)

Partager cet article

Repost 0
Published by SECTION GARD RHÔDANIEN du PCF - dans culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • Le blog de la  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants et des élu(e)s du PCF du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche