Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 01:00

    Dans le cadre de ces quatre mois de programmation culturelle consacrée à la mémoire des exilés républicains espagnols , la soirée du 4 décembre avec la venue à Bagnols sur Cèze de Jean Ortiz est à mes yeux un évènement majeur.


    Jean Ortiz est un universitaire, maître de conférence à l’université de Pau, spécialiste de la guerre d’Espagne et de Cuba. Cinéaste, il tourne avec Dominique Gautier de nombreux documentaires ( souvent pour la télévision) autour de la thématique de l’exil des républicains et de la récupération de la mémoire.


    Récupérer la mémoire ça peut paraître un peu vague. Il s’agit plus précisément de faire la lumière sur  les crimes franquistes , au cours des années qui ont suivi la victoire des fascistes en Espagne mais aussi pendant la guerre civile.

    Presque tous les espagnols «  de France » sont ou ont été marqués dans leur famille par ses exactions impunies. Les républicains étaient appréhendés chez eux, la nuit, tués par les vainqueurs puis jetés dans des fosses communes. Les résistants morts étaient exposés dans la place du village pour terrifier les habitants. Leurs dépouilles disparaissent également dans des fosses.

    C’était déjà la même chose pendant  la guerre. Lorsque les putschistes tuaient un combattant républicain ils jetaient son cadavre dans un ravin ou à la mer afin que leur famille ne le retrouve jamais.

C’est ce qui est arrivé au frère de mon père. A 19 ans il est parti défendre la république .

    Ma famille est asturienne, alors il est allé sur le front de Galice car c’est de là que partaient les attaques au début de la guerre.

    Ma grand mère lui avait confectionné un costume vert pour son départ.Il a été porté disparu dès les premières semaines de combats, sa dépouille n’a jamais été retrouvée. Ma grand mère pendant des années, lorsqu’elle voyait un jeune homme blond de dos , en vert, se précipitait , espérant toujours retrouver son fils.

    Les familles ont besoin de faire leur deuil, de donner une sépulture  à ceux qu’elles aiment .

 

    Voilà ce que Jean Ortiz, les associations de fils de républicains sont en train de faire en ce moment en Espagne.

  • Rouvrir les fosses et rendre les dépouilles aux familles.
  • Récupérer la mémoire c’est cela. C’est rendre la dignité et la justice aux défenseurs de la République espagnole.

    C’est aussi dire tout haut que des crimes ont été commis et que ce n’est pas juste de les ignorer.


Voilà pourquoi la soirée du 4. décembre 2008 avec la projection du film "Le cri du silence" et la présence du réalisateur Jean Ortiz me semble un événement remarquable


Corinne Cancel


 

- Projet et évènement que la nouvelle municipalité de gauche a porté, l’ancienne mairie y étant opposée.

 

 

- Ghislaine Courbey Tastevin adjointe à la culture a largement contribué à la réalisation toutes ces manifestations.

- Laurette Bastaroli adjointe au développement durable, conseillère régionale a fait au nom du  Groupe Communiste et apparenté, lors du Conseil Municipal du 8 novembre 2008, la déclaration suivante:

 

"La Région participe au financement des initiatives de commémoration  et manifestations culturelles de la Retirada c’est-à-dire l’exil des Républicains Espagnols chassés de leur pays sous les bombardements fascistes de Franco.

 

Notre Région a vécu cette période de l’Histoire Noire espagnole de 1939 à 1945 et accueilli ces réfugiés hélas dans des camps de concentration ou d’internement.

Ils fuyaient les massacres franquistes – ils n’ont pas reçu la compassion qui convenait  pour ce peuple meurtri et courageux. Nous devons assumer cette période nous aussi de leur histoire. Ce fut les camps de Rivesaltes – d’Argelès  - St Cyprien  - Bram  - d’autres en France et en Algérie,  parfois la prison pour les réfugiés politiques  qui les accueillirent d’abord.

Certains ont été des Résistants aux côtés de la Résistance française.

Il y a à Bagnols une grande communauté espagnole.

Il est bon  de perpétuer cette mémoire pour les enfants et petits enfants  et pour toute la population bagnolaise. Bagnols a vu arriver des camps ces nouveaux travailleurs. Ils ont construit leur vie et une famille ici.

 

Ils ont marché plusieurs jours sous les rafales des avions

Ils avaient combattu sur l’Ebre

Ils étaient chassés par la phalange au son de « viva la muerte ! »

Eux avaient choisi « !No pasaran ! »

Ils étaient hommes, femmes, enfants perdus dans la débâcle

Arrivés en France en février sous la neige.

 

J’invite tous nos collègues et les citoyens de notre ville à voir les expositions – entendre les débats et conférences – participer aussi aux spectacles qui vous sont proposés."

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche