Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 00:20

Sauver le service public audiovisuel

Des moyens pour le développer

Les salariés de l'audiovisuel public sont dans la rue aujourd'hui, inquiets mais déterminés. Ils ont raison et le Parti Communiste est avec eux.

Assez d'hypocrisie ! Derrière les beaux discours sur la télévision publique, les intentions véritables du gouvernement apparaissent au grand jour. Il prépare la vente à la découpe de FR3 ou la privatisation des chaînes pour renforcer la concentration des moyens audiovisuels et d'information dans les mains de groupes privés « faiseurs d'opinion ». Le service public est en danger, son périmètre et ses ressources.

 


 II faut mettre en échec ce projet

« Moi quand on me confie une mission, je ne recule jamais, je ne renonce jamais. » a déclaré Copé. Les préconisations de la commission Copé en matière de « contenus » et de « gouvernance » font craindre le pire. Et rappelle que Sarkozy lorsqu'il n'était que candidat, avait déjà la Trois en ligne de mire.

D'un côté, elles organisent le renflouement des profits des chaînes privées par le volume publicitaire qui n'ira plus sur le service public et par la deuxième coupure publicitaire des films. De l'autre, elles réduisent les capacités du service public en ne compensant pas les pertes de recettes sans tenir compte des besoins nouveaux de productions liés aux créneaux horaire dégagés, sans tenir compte non plus des besoins de développements technologiques et de créations.

Déjà les directions de France Télévisions se félicitent de leur mercato télévisuel et de leur nouvelles recrues, issues du privé pur jus. Bonjour la différence!

Et il faut une grande réforme de l'audiovisuel public en France.

Pour étendre et garantir son financement, pour qu'il puisse produire des programmes de qualité, être un soutien réel à la création, mailler étroitement l'ensemble de notre territoire pour être au plus près de l'information locale, du terrain mais également réunir les moyens pour le rayonnement de toutes les cultures portées notamment par la francophonie. Il faut enfin lui donner les moyens de prendre le virage technologique du numérique, de l'Internet et de la TNT c'est à dire de la diversification des canaux de diffusion de ses programmes. Il est nécessaire de développer un réel pluralisme dans les médias. C'est à dire une télévision publique où on entendrait les sans voix autant que les puissant, une télévision s'adressant à l'intelligence, au désir de chacun et non à ses pulsions, une télévision de l'éveil, qui ne confondrait plus vulgarité et distraction, élitisme et culture. Ces défis sont essentiels et urgents. Ils appellent un effort budgétaire significatif et donc de revisiter les modes de financement.

Refinancer l'audiovisuel public

Les communistes font la proposition d'aller vers la suppression de la publicité sur le service public. C'est un choix de société, un choix profond,, mais aussi un levier pour permettre aux chaînes publiques de sortir de la logique infernale dans laquelle elles se trouvent embarquées, faute de moyens : une course à l'audimat qui les a progressivement conduites à adopter les mêmes méthodes, les mêmes types de programmes que ceux des chaînes privées, s'écartant de leurs missions de service public pour faire la place au populisme de rigueur.

Faire ce choix sérieusement suppose des modes de financements sérieux à l'issue d'un débat qui engage les personnels et au-delà, la nation toute entière. C'est dans cet état d'esprit que Marie-George Buffet a déposé à l'Assemblée Nationale, et au nom du groupe Communiste, une résolution visant à la création d'une commission d'enquête sur le financement de l'audiovisuel public permettant sa pérennité et son développement.

Le PCF avance deux pistes

  • La redevance audiovisuelle doit être confirmée comme principale ressource et être augmenté globalement. Pour ne pas pénaliser le pouvoir d'achat des ménages, nous proposons qu'elle soit modulée en fonction des revenus des foyers.
  • Une taxation à hauteur 5% de l'ensemble du chiffre d'affaire de la publicité, y compris le hors média, au bénéfice des médias publics, de l'AFP et du tiers secteur.

Ces deux mesures, dont les conditions de mise en oeuvre doivent faire l'objet d'un grand débat national, permettront non seulement d'aller vers la suppression de la publicité sur les antennes publiques mais également de dégager des marges nouvelles pour assurer le développement d'un véritable pôle public des médias, qui rassemblerait les chaînes et radios publiques, des moyens de production et de diffusion, mais également l'AFP et l'INA. Elles s'accompagnent d'une volonté de réduction de la publicité sur les chaînes privées et particulièrement sa suppression pour les émissions enfantines.

Mais parce qu'un financement public intégral ne doit pas s'accompagner d'un retour à l'ORTF, ce sont aussi de nouvelles formes de gestion qu'il faut inventer. Il faut démocratiser le fonctionnement du service public, en mettant un terme aux nominations « politiques » relayées par le CSA et en construisant les formes de gouvernance associant les salariés et les usages du service public. Nous proposons d'un Conseil Supérieur des médias associant élus, professionnels et citoyens.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche