Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 22:28


Le PCF interpelle

le président du CSA

 

Suite au Conseil national du 24 mai où elle était intervenue pour s’inquiéter de la situation des médias et du pluralisme, Marie-George Buffet a demandé une entrevue au président du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Une initiative particulièrement bien venue au regard du tableau (publié ci-dessous) comptabilisant le temps de parole du Président de la République, du gouvernement et des principaux partis politiques au cours des journaux télévisés de janvier 2008. Il montre qu’on est loin de la règle des 3/3 régissant les temps de parole impartis initialement à l’exécutif, la majorité et l’opposition parlementaire. Il montre aussi que dans le temps attribué à l’opposition, le déséquilibre entre le poids réel du PCF et son temps de passage dans les médias n’a cessé de s’accroître, renforçant un bipartisme dangereux pour le débat d’idées et la démocratie.  

 

Temps de parole attribué au Président de la République, au gouvernement et aux partis politiques lors des journaux télévisés de janvier 2008 (Source CSA).

Décomptes des temps de paroles en minutes de: TF1 France 2 FR3 CANAL+ M6 TOTAL
Président de la République 18,63 143,6 36,2 6,5 3,7 208,6
Gouvernement 11,12 114,3 45,4 9,8 1,9 182,5
UMP 4,5 45,7 43,2 6,3 2,9 102,6
MODEM 0,9 11,1 6,9 1,38 0,35 20,5
PS 14,6 91,5 79,2 8,4 3,07 196,07
PCF 0,8 2,4 2,9 00 0,14 6,2
VERTS 0,9 5,2 1,3 0,7 00 8,1
LCR 3,2 7,3 10,2 00 0,15 20,8

Lettre de Marie-George Buffet à Michel Boyon, président du CSA

Monsieur le Président,
L'univers des médias a connu ces dernières années des bouleversements majeurs : multiplication des canaux de diffusion, irruption et massification des nouvelles technologies de communication, évolution des usages...
Ces bouleversements ont été porteurs d'avancées concrètes. Mais ils ont aussi fragilisé un secteur d'activité déjà lourdement malmené par les logiques de concentration capitalistique et de financiarisation de leur gestion. La course aux recettes publicitaires a ainsi eu tendance à unifier les programmations et à envisager information et divertissement en fonction de seuls critères de recherche d'audience, sans pour autant empêcher une répartition inégale de ces recettes.
Entre révolutions technologiques, attentes des citoyen-ne-s et assimilation des médias à une activité économique comme les autres, l'avenir de ce secteur reste incertain, alors qu'il est naturellement au coeur de la vie culturelle et démocratique de la nation.
Depuis quelques mois, la confusion se trouve accélérée. L'omniprésence médiatique du chef de l'Etat et les pressions politiques inadmissibles à l'encontre des journalistes, et notamment de l'AFP, posent de nouveaux problèmes de garantie du pluralisme de l'information dans notre pays.
Et ce déséquilibre dans l'information s'aggrave donc dans le rapport gauche/droite mais aussi de façon caricaturale à l'intérieur de la gauche. Les derniers chiffres que vous avez publiés sur les temps d'intervention font apparaître une véritable disparition du courant d'opinion représenté par le Parti communiste.
L'exemple nous concerne. Mais il pose avant tout la question de la représentation légitime dans les médias d'un parti dont les résultats lors des dernières élections cantonales et municipales ont montré qu'il se positionnait à la troisième place dans notre pays.
La bipolarisation de la vie politique française, que certains appellent de leur voeux, se trouve ainsi confirmée voire anticipée par des pratiques éditoriales qu'il vous revient de qualifier et de corriger. Il en va du respect du pluralisme politique et de l'information auquel je le sais un grand nombre de journalistes est attaché.
Il va sans dire que notre conception du pluralisme ne se résume pas, comme nous vous l'avons déjà signifié, au seul décompte des temps de parole des partis politiques ; l'absence de pluralisme dans le choix des éditorialistes, l'absence répétée de « paroles » citoyennes et syndicales à hauteur de leur place dans la société ne font que confirmer et aggraver « l'excommunication » dont notre peuple est victime.
Cette situation me semble être symptomatique d'un malaise plus profond, touchant directement à l'honnêteté de l'information.
Qu'il s'agisse des lourdes incertitudes financières qui pèsent sur l'avenir du service public audiovisuel et des rédactions régionales, ou des pressions exercées sur l'Agence France Presse, tout indique que la situation actuelle ne peut perdurer. Les pressions, ou les restructurations contre nature portent atteinte au travail mené par les journalistes, et mettent en danger l'information et l'impartialité de son traitement.
Je me félicite du rendez-vous que vous m'avez accordé pour mardi prochain, mais je tenais par la présente à vous indiquer quelques aspects de notre réflexion et qui seront, je l'espère, au coeur de notre échange.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments respectueux.
Paris, le 2 juin 2008

Marie-George Buffet a été reçue hier par Michel Boyon, président du CSA. Elle était accompagnée de Francis Parny, membre du Comité exécutif du PCF en charge des médias, et d'Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche