Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 10:03

L’ouverture de la ligne ferroviaire rive droite du Rhône aux voyageurs pour la partie

Pont Saint Esprit – Bagnols – Avignon à l’horizon de décembre 2021 rend la mise en place des PEM (Pôle d’échange multimodal) de Bagnols et de Pont Saint Esprit
urgente. D’ici peu va se tenir une réunion du comité de pilotage (COPIL), il nous semble donc important dans ce contexte de faire remonter les réflexions et les travaux
des communistes bagnolais investis depuis des décennies dans ces problématiques.
L’étude du PEM de Bagnols doit prendre en compte plusieurs domaines que nous allons décliner dans ce document.

1) Circulation
La gare doit se greffer aux questions de la circulation dans la ville. Le plan de circulation a été travaillé plusieurs fois (études) par la municipalité Rey à Bagnols mais elle ne l’a jamais mis en place. La modification du carrefour Jean Jaurès (Bourgneuf) oblige maintenant les camions à ne plus passer par l’axe Mont-Cotton /
avenue Jean-Jaurès / avenue de l’Europe, mais à partir du rond-point de l’entrée sud passage obligé par l’avenue de la Mayre, place de la Gare, avenue Général de Gaulle, avenue Robert Gourdon. Cela crée déjà des ralentissements ou bouchons aux heures de pointe notamment en direction de Marcoule ou de l’Ardoise.

Il faut donc réfléchir à améliorer les croisements.

L’achat de la maison du chef de gare (revendue depuis à la jardinerie Coulange) aurait permis de revoir le carrefour et de supprimer les feux tricolores par un giratoire. Comment revenir en arrière ? D’autant que pour les débuts de la mise en service du train, en l’absence de la passerelle ou d’un tunnel il faudra
que les voyageurs passent sous la voie pour aller de l’autre côté. Il apparaît nécessaire (au moins avant la création d’une passerelle ou d’un tunnel) que le passage souterrain soit piétonnisé et cycliste d’autant qu’il est utilisé en période scolaire quotidiennement par les élèves piétons de l’annexe du lycée Sainte-Marie.

Raser la maison du chef de gare pourrait permettre de faire un « cheminement » sécurisé pour
aller de l’autre côté de la voie. Cela permettrait aussi de faire un couloir pour les bus et autres taxis (type dépose-minute) et la place dégagée par cette « langue » qui déborde sur l’axe autoriserait la création d’un giratoire.

Le second feu tricolore dans la direction de Pont Saint Esprit au niveau du tourne à gauche en direction de Bagnols (avenue Général de Gaulle) doit aussi être supprimépour fluidifier la circulation. L’utilisation des terrains de la SNCF pour faire une voie de circulation routière pourrait permettre en plus de supprimer le feu tricolore de mettre à disposition une voie supplémentaire en direction du rond-point du pont de la
Cèze.

La 2 X 2 voies n’étant pas au programme à court terme, la suppression des feux tricolores ne règle pas l’étranglement au niveau du passage de la rivière mais peut permettre une fluidification du trafic qui ne créerait pas de ralentissement au niveau de la gare.

Il faut aussi envisager la question des déplacements de la ville vers la gare. L’achat de l’ancien hôtel de la gare pourrait permettre notamment, par la rue qui longe le square des marronniers (Eugène Thome) de faire une rue piétonne et cyclable. Il convient d’entendre les revendications des associations «environnementales» et de défense et promotion du vélo pour un véritable «programme de pistes cyclables» à Bagnols qui est très en retard dans ce domaine. Plus généralement la gare doit s’inscrire dans un plan de circulation global de la ville.

2) Parkings

L’idée première est sans doute qu’il faut que les usagers trouvent des places pour se garer très proche de la gare. La perte de temps par la prise du train doit être minimisée par le fait que l’utilisateur des transports en

commun doit pouvoir descendre de sa voiture, de son bus, de son vélo, de sa trottinette pour monter dans le train.

La «gare routière » doit être à proximité immédiate de la gare. Il faut utiliser les terrains à proximité immédiate de la gare. Les parkings « voitures individuelles » doivent être en nombre suffisant et dans l’environnement proche des quais.

Autre problématique à prendre en compte : une partie de la zone de la gare est considérée comme inondable. Les véhicules immobilisés plusieurs jours (dans le cas d’un voyageur qui serait parti depuis Bagnols sur Cèze) peuvent en cas de changement  météorologique se trouver donc en danger. L’espace parking « longue durée » doit donc être dans les zones pas ou peu touchées par la montée de la Cèze. Au passage les inondations peuvent aussi venir par la Mayre (ancien cours d’eau enterré), cet axe
en pente débouchant au point bas que représente la place de la Gare. Tous les travaux envisagés doivent tenir compte de cette problématique hydraulique. N’oublions pas que le passage souterrain n’a pas été créé pour traverser la voie (à l’époque il y avait un passage à niveau) mais pour les écoulements des eaux de pluie. A noter que l’avenue Charrier a déjà tendance à s’inonder en cas de fortes précipitations : en atteste la hauteur inhabituelle des trottoirs.

En ce qui concerne les parkings ils doivent être gratuits et ne doivent pas être utilisés pour un autre usage que ceux liés aux transports. Il faut tenir compte du fait qu’à partir de la mise en service de la ligne le
développement va être exponentiel. Le nombre de places de parkings doit donc être calibré en fonction de cette progression. Les parkings à vélo doivent répondre aux attentes d’aujourd’hui. Il n’est plus question de faire un simple « rack » en acier pour mettre un antivol. Il faut faire une offre de meilleure qualité : abri couvert et sécurisé, possibilité de recharge pour les vélos électriques, etc. De même une offre de location
de vélos électriques (peut-être aussi de trottinettes) peut trouver sa place à proximité immédiate de la gare. Là encore les associations dédiées peuvent avoir des revendications spécifiques.

Dans un avenir à deux ou trois décennies il peut être envisagé une modification des comportements au niveau des transports. Peut-être que le véhicule personnel ne sera plus la norme. Sans faire de la science-fiction des véhicules autonomes pourront peut-être desservir les gares depuis les différents lieux
d’habitation de la zone. Les élus municipaux en 2001 n’avaient sans doute pas envisagé dans les grandes villes le phénomène des trottinettes électriques qui pourtant ont fait leur apparition une dizaine d’années plus tard et sont aujourd’hui un souci majeur dans bien des métropoles.

Envisager l’aménagement des PEM c’est donc aussi anticiper sur deux, trois décennies les modes de déplacements du futur. On a bien vu avec le Covid 19 la montée en puissance du vélo, il faut donc réfléchir avec les changements concernant les modes de déplacement. Certains seront subis (coût et rareté de l’énergie, raisons économiques ou climatiques), d’autres seront choisis mais la période du « tout voiture » et du déplacement individuel est appelée à voir les volumes baisser drastiquement. Il faut être en capacité d’anticiper ces modifications comportementales et sociétales. Dans l’attente un espace de covoiturage doit être aussi pris en compte dans les PEM. Le M de PEM signifie multimodal la réflexion doit donc être large. La réflexion des abords de la gare pour la circulation et les parkings est donc fondamentale.

3) Commerces et services

L’usager au départ ou à l’arrivée de la gare peut avoir besoin de commerces ou de services. Achat d’un en-cas avant de monter dans son train, d’une revue, d’un livre ou d’un journal, d’ un café ou d’une autre boisson, etc. Un kiosque, une sandwicherie, des distributeurs peuvent trouver leur place à proximité des zones de départ.

Par contre il n’est pas certain que la transformation de cette partie de la ville en zone commerciale soit judicieuse. En effet au moment où on lance des plans pour revitaliser le centre-ville (opération Coeur de ville) il n’est pas forcément judicieux d’installer certains commerces qui risquent de nuire à l’existant. Actuellement à Bagnols il semblerait qu’un projet de déplacement d’un magasin discount soit au programme (Aldi ?) Quels sont les autres aménagements envisagés ? Cette question ne peut rester entre les mains des seuls investisseurs et des collectivités, les citoyens et futurs usagers doivent faire entendre leurs besoins et leurs demandes.

Attention à ne pas favoriser les intérêts privés au détriment des nécessités collectives. La question
des parkings revient donc de façon importante. Les places « commerciales » ne doivent pas être prises au détriment des usagers d’un pôle d’échange multimodal. Aucune transparence sur ces aménagements n’a été faite pour l’instant. L’intérêt général doit rester la philosophie d’un aménagement de ce type.

Autre élément à prendre en compte : l’espace actuel dit « des Cèdres » aux Escanaux devrait devenir un musée et un espace culturel. Là encore la réflexion des déplacements entre la gare et ce lieu doit être prise en compte en favorisant un déplacement agréable et adapté (comme toutes les autres installations) aux personnes à mobilité réduite. De façon générale il faut envisager les déplacements (et notamment les déplacements doux) entre la gare et différents lieux de la ville. Des bancs, des espaces arborés, des
passages protégés doivent permettre un cheminement agréable et sécurisé.

Dernier élément en forme de conclusion, les différents points doivent être envisagés pour les
personnes handicapées mais aussi dans une réflexion alliant fonctionnalité, esthétique et préoccupation environnementale. Pour anticiper le réchauffement climatique il faut donc par exemple végétaliser les voies de circulation piétonnes tout en ayant bien entendu un œil avisé sur les questions de sécurité.

Ceci est une base de réflexion initiale pour le PEM de Bagnols. Nous déplorons pour l’instant une forme d’absence de consultation des populations sur cet aménagement. L’enquête sur la mobilité
durable (en cours) a un caractère trop général et ne répond pas aux attentes spécifiques sur l’aménagement des PEM.
https://www.gardrhodanien.fr/services/transport/questionnaire-mobilite-durable/  

Nous qui sommes habitants et usagers de la ville, investis depuis longtemps dans cette problématique, nous revendiquons une bonne connaissance du terrain et donc d’une « expertise citoyenne » . C’est pourquoi nous demandons dès la rentrée la mise en place d’une séquence démocratique sur l’aménagement des PEM qui ne doit pas être une présentation d’un projet déjà ficelé réalisé par des cabinets d’études ou d’ingénierie mais une vraie élaboration collective par les futurs utilisateurs de ce lieu.
Nous l’appelons de nos vœux et encouragerons les citoyens et les associations à y participer.
Contribution des communistes bagnolais

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche