Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 23:27

 Y-a-t-il un pilote (et des co-pilotes) dans l’avion ?

Dans ce feuilleton nous avons démontré que l’agglomération du Gard Rhodanien a des problèmes financiers mais aussi des problèmes de gestion : gestion financière mais aussi gestion politique.

Déficit de démocratie, manque de vision pour le territoire, projets avortés sans rapport avec les besoins du secteur, négligence ou désintérêt pour des infrastructures nécessaires au développement (port, train, piscine couverte, etc) et situation financière préoccupante sans parler des erreurs connues (taxe Gémapi délibérée trop tardivement, défaut de paiement de la taxe de séjour au Département, gestion du dossier Interface…).

Une fois que l’on a fait ce constat qui est irréfutable il faut bien trouver des raisons à cette débâcle.

Nous sommes communistes et il ne faudra pas compter sur nous pour tenir un discours démagogique sur les fonctionnaires, les institutions, ni même sur les indemnités des élus. Oui mais là on est devant une situation difficilement défendable. On ne peut pas dresser le tableau que nous avons décrit dans les sept premiers épisodes du feuilleton et ne pas désigner les responsables.

En premier lieu il y a un responsable majeur de par la fonction qu’il occupe c’est le président de l’agglomération.

Comment l’abandon du poste de maire de Bagnols mais un maintien de président de l’agglomération a-t-elle pu être acceptée tant par les élus de cette collectivité que par les citoyens ?

A la fin de l’été 2017 au moment de sa démission, Jean-Christian Rey tient les propos suivants « Ça fait un an qu’on en parle avec Jean-Yves Chapelet (le premier adjoint, à l’époque), mon évolution personnelle et professionnelle font que j’ai moins de temps. J’ai essayé de composer avec Jean-Yves Chapelet, mais ce n’est plus jouable, Bagnols sur Cèze a besoin d’un maire à 200 %, et aujourd’hui je n’ai plus le temps de le faire ». 

C’est lui-même qui fait ce constat depuis 2016 (au moins) il n’a pas le temps de s’occuper de sa ville. Nous ne nous mêlons à aucun moment de la vie personnelle des élus qui ne nous regardent pas mais chacun savait dans le landerneau que Jean-Christian Rey était très souvent absent de Bagnols sur Cèze et du Gard Rhodanien donc de son bureau à l’agglomération.

Il n’y a pas eu de capitaine dans les deux avions qu’étaient la mairie de Bagnols sur Cèze et la communauté du Gard Rhodanien pendant de longs mois. Le problème a été partiellement tranché à Bagnols sur Cèze mais au niveau de l’agglomération on a fait semblant que les choses pouvaient continuer ainsi.

Nous disions précédemment que nous ne contestons pas les indemnités des élus mais, dans le cas présent quand le travail de l’élu n’est pas accompli ou qu’il est survolé alors la question se pose. Les problèmes présents de l’agglomération sont la résultante d’une présidence qui n’a pas exercé sa fonction. Le manque de projet fédérateur et les erreurs de gestion sont en partie dû à la conséquence de cet abandon de poste.

Toutefois il n’est pas possible que les responsabilités reposent sur le seul président. L’ensemble de la majorité de l’agglomération en acceptant cet état de fait porte une responsabilité collective. La question est : pourquoi les élus ont accepté la situation ? Bien sûr il y a des raisons politiques et une forme d’asservissement à une majorité mais ce n’est pas la seule explication.

Les raisons sont autres : si les élus de la majorité acceptent l’immobilisme de l’agglomération c’est qu’ils savent d’abord qu’il n’y a pas beaucoup de marges financières : on ne fait rien ou presque pour ne pas faire exploser les budgets.

La seconde raison est que les élus sont déjà bien occupés par le travail municipal dans leurs communes respectives (les conseillers communautaires sont presque tous maires de leur commune) et qu’ils ne s’investissent pas suffisamment dans le travail de l’agglomération. Là encore, devant l’absence de travail d’une partie des élus qui ont une délégation ou devant une implication moindre, la question des indemnités des élus peut apparaître comme excessive. Ne serait il pas normal d'avoir le bilan d'activité du Président et des Vices Président(e) de façon régulière.

Nous pourrions multiplier les exemples en guise de preuve de cette situation. Comment le dossier « Scène Campagne » a-t-il pu s’enliser si un élu avait fait un travail de fonds ? Idem pour le dossier « Recyclerie » à Laudun. La gestion du dossier tourisme est du même acabit : problèmes de l’association, démissions par deux fois des directrices, oubli du règlement de la taxe de séjour au département, etc.

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Comment un élu qui a la délégation de la culture peut-il s’engager quand en cours de mandat on lui retire ce secteur et qu’un théâtre récemment rénové est rendu à une commune ?

Un autre exemple ? les gens informés savent qu’une entreprise veut implanter sa logistique dans le Gard Rhodanien et que l’agglomération a tardé à lui faire une réponse malgré l’intervention de plusieurs personnes.

Encore un ? Les infrastructures : en 2014 un rapport important et édifiant est publié sur le port de l’Ardoise, comment se fait-il que l’agglomération ne prenne pas le dossier en main quitte à n’être qu’un facilitateur pour faire avancer le dossier ? Là encore rien sur le port de l’Ardoise jusqu’en 2019 mais ce n’est pas l’agglomération qui s’est mobilisé.

Pour le retour du TER, pas plus de volonté de fédérer les actions entre les différentes communes qui sont sur la rive droite, il faut attendre l’année 2019 pour que l’agglomération commence, à peine à se saisir de cette affaire. Une fois encore, nous ne faisons pas de démagogie et nous ne voulons pas généraliser mais il est évident que, pour toutes ces raisons, il n’y a aucune dynamique au niveau de cette collectivité.

Il faut être à quelques mois des élections pour que certains fassent semblant de prendre les choses en main.

Aujourd’hui les citoyens sont en droit de demander des comptes.

 

Ci-dessous, un récapitulatif du coût de la gouvernance de l'agglomération :

Le montant de la colonne « Indemnités et frais associés » est obtenu par l'addition des comptes budgétaires 6531 à 6535 avec par exemple les chiffres de 2017 :

Le montant des « Frais des élus et cadres » est obtenu par la somme des comptes 6238, 6251, 6256 et 6257 tels que ceux de 2018.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche